Recherche pour "référendum"

Afficher 1-7 de 7 résultats
Éditorial

Éditorial : Comment la communauté « canadiennisée » de la Terre Neuve s’est jointe au Canada

Lorsque les édifices du Parlement d’Ottawa sont réparés suite à un incendie qui a eu lieu durant la Première Guerre mondiale, des plaques de pierre sont érigées au-dessus de l’entrée de la tour de la Paix. On en compte dix ; neuf portent les armoiries des provinces, et une, laissée à nu, attend le jour où Terre-Neuve se joindra au Canada.

Article

Terre-Neuve-et-Labrador et la Confédération

Les efforts visant à intégrerTerre-Neuve dans la Confédération dans les années1860 et 1890 suscitent un intérêt mitigé dans la colonie. En 1934, la Grande Dépression pousse Terre-Neuve à la faillite. Le territoire suspend son gouvernement responsable et accepte l’établissement d’une Commission de gouvernement, non élue et dirigée par la Grande-Bretagne. Dans le cadre d’un référendum en 1948, les Terre-Neuviens doivent choisir entre la continuation de la gouvernance par la Commission de gouvernement, l’intégration au Canada ou encore le retour à un gouvernement responsable en tant que dominion indépendant. L’indépendance l’emporte d’abord, mais un second scrutin se solde par la victoire de l’option de la Confédération, avec 52,3% d’appuis. Les parlements britannique et canadien avalisent l’union, si bien que le 31mars 1949, Terre-Neuve est intégrée au Canada à titre de dixième province du pays. En 2001, le nom de la province devient officiellement Terre-Neuve-et-Labrador.

Article

Nunavik

Le Nunavik, le territoire correspondant à la partie de la province de Québec située au nord du 55e parallèle, couvre approximativement 500 000 km2 soit plus du tiers de la province de Québec. Depuis à peu près 4 000 ans, plusieurs peuples autochtones ont vécu au Nunavik, dont les Inuits qui en ont fait leur pays. De nos jours, à peu près 13 000 personnes vivent au Nunavik, dans 14 villages situés sur les côtes de la baie d’Ungava, du détroit d’Hudson et de l’est de la baie d’Hudson.

Article

Nunatsiavut

Nunatsiavut Le Nunatsiavut (un mot qui signifie « notre belle terre » en inuktitut), situé dans la partie septentrionale de la péninsule du Labrador et qui s’étend sur 72 520 km² sur terre et sur 44 030 km² sur mer, est le territoire sur lequel ont toujours vécu les Inuits du Labrador (également appelés Labradormiuts). Le 1er décembre 2005, ils ont fêté la création du gouvernement du Nunatsiavut, leur propre gouvernement régional, au sein de la province de Terre‑Neuve‑et‑Labrador. Les Labradormiuts sont devenus, à cette occasion, les premiers Inuits au Canada à parvenir à l’autonomie gouvernementale. Sur les quelque 6 500 personnes concernées par cette évolution politique (appelées des bénéficiaires), environ 2 500 vivent dans la zone de peuplement au sein de cinq collectivités, à savoir Rigolet, Postville, Makkovik, Hopedale (la capitale législative) et Nain (la capitale administrative).

Article

Québec

Le Québec est la plus grande des provinces canadiennes. Son territoire représente 15,5 % de celui du Canada et s'étend sur plus de 1,5 million de km². Elle possède des frontières communes avec les provinces de l'Ontario, du Nouveau-Brunswick et de Terre-Neuve. Le Québec partage aussi ses frontières avec quatre États américains : le Maine, le New Hampshire, le Vermont et l'État de New York. Le mot « Québec » tire son origine d'un mot algonquien signifiant « là où la rivière se rétrécit ». En Nouvelle-France, les Français l’utilisent exclusivement pour désigner la ville. Ce sont les Britanniques qui sont les premiers à employer le nom pour l'ensemble de la province.

Article

Terre-Neuve-et-Labrador

Terre-Neuve-et-Labrador est la plus jeune province du Canada; elle se joint à la Confédération en 1949. Sur sa côte figurent sans doute les premières pointes de terre aperçues par les Européens. La province représente une superficie de 405 720 km2, dont presque les trois quarts, soit 294 330 km2, sont occupés par le Labrador. L’île de Terre-Neuve est la région la plus à l’est du Canada, tandis que le Labrador se situe sur le continent au nord-ouest de l’île. C’est à l’explorateur Jean Cabot, que Terre-Neuve, jadis surnommée la « nouvelle île », doit son nom. Depuis sa découverte, l’île est désignée sous le nom de « Terra Nova », ou « Newfoundland » pour les anglophones. Le Labrador a probablement reçu son nom de l’appellation portugaise « Terra del Lavradors ».

Article

Nunavut

Le Nunavut – « notre terre » en inuktitut – couvre plus de 2 millions de km2 et compte une population de 35 944 habitants (recensement de 2016), dont approximativement 85 % sont inuits. Le territoire comprend, en gros, la partie du Canada continental et de l’archipel Arctique située au nord et au nord-est de la limite forestière. Le Nunavut est le territoire le plus grand et le plus septentrional du Canada et la cinquième plus grande division administrative du monde. Les habitants du Nunavut, les Nunavummiut, vivent dans 25 communautés éparpillées sur ce vaste territoire, la majeure partie dans la capitale, Iqaluit, qui compte 7 740 habitants (au recensement de 2016). La création du Nunavut en 1999 (la région faisait auparavant partie des Territoires du Nord-Ouest) constitue le premier changement important de la carte politique du Canada depuis l’entrée de Terre-Neuve dans la Confédération en 1949. En plus de modifier les frontières politiques internes du Canada, la création du Nunavut constitue à l’époque un important événement politique. Grâce à son activisme politique et de longues négociations, un petit groupe autochtone marginalisé est parvenu à surmonter de nombreux obstacles pour mettre en place pacifiquement un gouvernement qu’il contrôle à l’intérieur de l’État canadien, devenant ainsi maître de son territoire, de ses ressources et de son avenir. De ce point de vue, la création du Nunavut est un moment historique de l’évolution du Canada et elle marque également un développement important dans l’histoire des Autochtones au niveau mondial.