Recherche pour "Guerre de 1812"

Afficher 1-9 de 9 résultats
Article

Guerre de 1812

La guerre de 1812, qui a duré jusqu’en 1814, fait référence au conflit militaire qui a opposé les États-Unis à la Grande-Bretagne. Comme colonie britannique, le Canada a été entraîné dans la guerre de 1812 et envahi à maintes reprises par les Américains. La guerre a été menée dans le Haut-Canada, le Bas-Canada, dans la région des Grands Lacs et le long de la côte de l’Atlantique, ainsi qu’aux États-Unis. Le traité de Gand (1814), qui a mis fin à la guerre, consacre essentiellement le statu quo. Cependant, la guerre a su marquer le Canada. D’une part, elle a contribué à la montée du sentiment national, notamment parce que ce sont principalement les soldats civils qui ont repoussé l’envahisseur. D’autre part, elle a nui à la relation d’alliance entre les Canadiens et les Britanniques, et les Premières Nations, puisque ces dernières ont perdu non seulement de nombreux guerriers (dont le grand Tecumseh), mais également tout espoir d’arrêter la conquête américaine vers l’ouest. En outre, leur contribution a rapidement été oubliée par leurs alliés (voir Participation des Premières Nations et des Métis à la guerre de 1812).

Article

Guerre de 1812 (résumé en termes simples)

La guerre de 1812 a opposé la Grande-Bretagne et les États-Unis de 1812 à 1814. Elle s’est conclue par un retour à la case départ mais a eu des effets durables pour le Canada. Elle a garanti son indépendance des États-Unis et a fourni aux Canadiens leur première expérience d’action commune, contribuant à développer leur sentiment national.

(Cet article est un résumé en termes simples de la guerre de 1812. Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, veuillez consulter notre article complet : Guerre de 1812.)

Article

The Bully Boys

Le livre The Bully Boys (2000) d’Eric Walters est une œuvre de fiction historique pour jeunes adultes. Le livre raconte l’histoire de Tom Roberts, un jeune fermier qui observe et aide le lieutenant James FitzGibbon et ses soldats mercenaires durant la guerre de 1812.

Article

Bataille des Hauteurs-de-Queenston

La bataille des Hauteurs-de-Queenston se tient le 13 octobre 1812 durant la guerre de 1812. L’un des affrontements les plus célèbres de la guerre, la bataille des Hauteurs-de-Queenston est un combat pour prendre le contrôle d’une portion de l’escarpement du Niagara qui surplombe Queenston où plus de 1 000 soldats américains envahissent le Haut-Canada. Une partie des forces américaines atteint le sommet, encercle l’artillerie britannique et chasse les Anglais des hauteurs. Le général Isaac Brock, l’un des chefs militaires britanniques les plus respectés de l’époque, meurt durant la contre-attaque. Les chefs mohawks John Norton et John Brant ainsi que quelque 80 guerriers haudenosaunee et delaware empêchent les Américains d’avancer durant des heures, le temps que les renforts arrivent et que les Anglais puissent conserver cet avant-poste crucial.

Article

Guerre de Sept Ans

La guerre de Sept Ans (1756-1763) est la première guerre à l'échelle mondiale. Le conflit oppose la Grande-Bretagne, la Prusse et Hanovre à la France, à l'Autriche, à la Suède, à la Saxe, à la Russie et, finalement, à l'Espagne.

Article

North Shore (New Brunswick) Regiment

Le North Shore (NB) Regiment [NS(NB)R] (Régiment de la côte Nord du Nouveau‑Brunswick) est un régiment d’infanterie bilingue de la Première réserve de l’Armée canadienne. Il fait partie du 37Groupe‑brigade du Canada au sein de la 5e Division du Canada. Son quartier général est situé à Bathurst, au Nouveau‑Brunswick. Le NS(NB)R a notamment acquis des honneurs de bataille lors de la Première Guerre mondiale, en 1917, à Passchendaele, à Ypres (deuxième bataille) et à la côte 70, ainsi qu’à l’occasion du débarquement en Normandie et de la bataille de l’Escaut, durant la Deuxième Guerre mondiale.

Article

Bataille des plaines d’Abraham

La bataille des plaines d’Abraham (13 septembre 1759), aussi appelée bataille de Québec, est un moment décisif de la guerre de Sept Ans et de l’histoire du Canada. Une force d’invasion britannique, menée par le général James Wolfe, bat les troupes françaises dirigées par le marquis de Montcalm et les oblige à céder la ville de Québec aux Britanniques. Les deux commandants en chef meurent de blessures subies lors de la bataille. Les Français ne reprennent jamais la ville et perdent la Nouvelle-France en 1760. À la fin de la guerre, en 1763, la France cède aux Anglais plusieurs colonies, dont le Canada.

Article

Réaction américaine face aux rébellions canadiennes de 1837 et 1838

Aux mois de décembre 1837 et de janvier 1838, les rebelles du Bas‑Canada et du Haut‑Canada subissent de lourdes défaites face aux forces britanniques et loyalistes (voir :Rébellion du Bas-Canada; Rébellion du Haut-Canada). Ils s’enfuient aux États‑Unis pour y rechercher une assistance militaire et financière. Les Américains savent que des conflits armés se sont déroulés dans les deux Canadas et, au départ, ils sont nombreux à soutenir les rebelles. La présence de ces derniers sur le sol américain les amène à remettre en question leur participation dans ce conflit. La tension croissante avec la Grande‑Bretagne au sujet de l’affaire du Caroline complique les choses, tout comme la création de la république du Texas et la lutte pour l’abolition de l’esclavage. En janvier 1838, le président Martin Van Buren prend des mesures pour assurer la neutralité des États-Unis dans les rébellions canadiennes.