Recherche pour "Chemins de fer nationaux du Canada"

Afficher 1-9 de 9 résultats
Article

Guerre de Sept Ans

La guerre de Sept Ans (1756-1763) est la première guerre à l'échelle mondiale. Le conflit oppose la Grande-Bretagne, la Prusse et Hanovre à la France, à l'Autriche, à la Suède, à la Saxe, à la Russie et, finalement, à l'Espagne.

Article

Bataille des plaines d’Abraham

La bataille des plaines d’Abraham (13 septembre 1759), aussi appelée bataille de Québec, est un moment décisif de la guerre de Sept Ans et de l’histoire du Canada. Une force d’invasion britannique, menée par le général James Wolfe, bat les troupes françaises dirigées par le marquis de Montcalm et les oblige à céder la ville de Québec aux Britanniques. Les deux commandants en chef meurent de blessures subies lors de la bataille. Les Français ne reprennent jamais la ville et perdent la Nouvelle-France en 1760. À la fin de la guerre, en 1763, la France cède aux Anglais plusieurs colonies, dont le Canada.

Article

Rébellions de 1837–1838

Le Haut-Canada et le Bas-Canada sont bouleversés de 1837 à 1838 par des rébellions contre la Couronne britannique et la situation politique dans la colonie. Le soulèvement est plus important et plus violent au Bas-Canada.

Éditorial

Vancouver en vedette : Des Canadiens d’origine japonaise retenus dans le parc Hastings

Pendant un siècle, la Pacific National Exhibition (PNE) offre chaque été des divertissements aux familles avec ses redoutables manèges, ses podiums de musique et ses expositions agricoles. Mais en 1942, l’enceinte de la PNE est plutôt utilisée comme camp de prisonniers pour des milliers de Canadiens d’origine japonaise qui ont été déportés.

Article

Rébellion du Haut-Canada

La rébellion du Haut-Canada en 1837 a moins d’ampleur et est moins violente que celle du Bas-Canada qui se déroule la même année. Néanmoins, les demandes des chefs du soulèvement, dont William Lyon Mackenzie, sont tout aussi sérieuses. Ils réclament en effet une réforme démocratique et la fin de l’oligarchie coloniale. La rébellion échoue, mais cette défaite trace la voie d’un changement politique modéré et prudent en Amérique du Nord britannique, notamment l’union du Haut-Canada et du Bas-Canada sous la bannière de la Province du Canada et l’adoption d’un gouvernement responsable.

Article

​La jeune République américaine et les rébellions canadiennes de 1837 et 1838

En décembre 1837 et en janvier 1838, dans la foulée de lourdes défaites face aux forces britanniques et loyalistes, les rebelles du Bas‑Canada et du Haut‑Canada se réfugient aux États‑Unis pour y rechercher une assistance militaire et financière. La plupart des Américains savent qu’un conflit armé s’est déroulé dans les deux Canada et, au départ, ils sont nombreux à soutenir les rebelles; toutefois, la présence de ces derniers sur le sol américain, dans un contexte de tension croissante avec la Grande‑Bretagne et en plein cœur de l’affaire dite « du Caroline », les amène à remettre en question leur participation dans ce conflit. Les rebelles font irruption sur la scène américaine à un moment de l’histoire des États‑Unis où les controverses et les fractures se multiplient, obligeant de nombreux Américains à prendre en considération les ramifications sociales, politiques, diplomatiques et économiques de ces rebellions sur la jeune République américaine. Bien que les rebelles reçoivent un soutien dans la région frontalière, la plupart des Américains pensent que les États‑Unis doivent rester neutres.

Article

Rébellion du Bas-Canada

En 1837 et en 1838, des rebelles canadiens-français au Bas-Canada ont pris les armes contre la Couronne britannique au cours de deux soulèvements sanglants. Ces deux rébellions causent la mort de plus de 300 personnes et font suite à des années de tensions entre la minorité anglophone et les aspirations nationalistes grandissantes de la majorité francophone. La campagne des rebelles contre le régime britannique est un échec, mais leur révolte a précipité la réforme politique, y compris la création de la Province unie du Canada et l’adoption d’un gouvernement responsable. Ces rébellions donnent aussi aux Canadiens français l’un de leurs premiers héros nationalistes, Louis-Joseph Papineau.