Recherche pour "Ligue nationale de hockey"

Afficher 1-6 de 6 résultats
Article

Compagnie des Cent-Associés

La Compagnie de la Nouvelle‑France, ou Compagnie des Cent‑Associés, comme on l’appelait plus communément, a été formée en France en 1627. Elle avait pour objectif de peupler la Nouvelle‑France, et bénéficiait, en échange, d’un monopole sur presque tout le commerce colonial. Elle a pris des mesures audacieuses, mais a subi de nombreux revers. La Compagnie a été dissoute en 1663. En dépit du faible rendement qu’elle a obtenu sur ses investissements, elle a tout de même contribué à faire de la Nouvelle‑France une colonie viable.

Article

Willie O'Ree

Willie O’Ree, C. M., O.N.-B., joueur de hockey (né le 15 octobre 1935 à Fredericton, au Nouveau-Brunswick). Le 18 janvier 1958, Willie O’Ree devient le premier joueur de hockey noir à jouer dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Au total, il joue au hockey de façon professionnelle pendant quelque 20 ans, dont 45 parties dans la LNH. Depuis 1998, Willie O’Ree est directeur du développement jeunesse et ambassadeur du programme de diversité de la LNH. Il a aussi dirigé le programme « Hockey is for Everyone ». Il a reçu le trophée Lester Patrick en 2003 pour sa contribution exceptionnelle au secteur du hockey aux États-Unis. En 2018, la LNH établit le prix du héros communautaire Willie O’Ree en son honneur. Willie O’Ree est membre de l’Ordre du Canada et de l’Ordre du Nouveau-Brunswick. Il est intronisé au Temple de la renommée du sport du Nouveau-Brunswick et au Temple de la renommée du hockey. Le 27 mai 2020, le Panthéon des sports canadiens le nomme au titre de bâtisseur et prévoit l’introniser officiellement en 2021.

Article

Jordin Tootoo

Jordin John Kudluk (« coup de tonnerre » en inuktitut) Tootoo, joueur de hockey. Né le 2 février 1983 à Churchill, au Manitoba. Jordin Tootoo est le premier joueur de hockey inuit à jouer en Ligue nationale de hockey (LNH). C’est son talent et sa résistance sur la glace qui ont attiré l’attention de la LNH lorsqu’il jouait ailier droit au hockey junior au Manitoba. En 2003, il s’est fait connaître des partisans de tout le pays lorsqu’il a été sélectionné pour Équipe Canada lors des Championnats du monde junior de hockey. Après avoir joué 13 saisons en LNH, il a pris sa retraite en 2018. Il  est devenu célèbre pour ses adresses à la jeunesse et pour le maintien de sa culture inuite.

Article

Coureurs des bois

Les coureurs des bois étaient des commerçants itinérants qui s’adonnaient sans permis à la traite des fourrures en Nouvelle-France. Les Anglais de la baie d’Hudson les appelaient wood-runners et les Anglo-Hollandais de New York, bush-lopers. Contrairement aux voyageurs, qui étaient autorisés à transporter des marchandises aux postes de traite, les coureurs des bois étaient considérés en quelque sorte comme des hors-la-loi parce qu’ils n’avaient pas de permis délivré par les autorités coloniales. Libres et indépendants, ils ont joué un rôle important dans l’exploration européenne du continent et ont établi des relations commerciales essentielles avec les peuples autochtones.

Article

Coloured Hockey League

La Coloured Hockey League of the Maritimes (CHL) est une ligue composée exclusivement de joueurs noirs qui a vu le jour à Halifax, en Nouvelle Écosse, en 1895. Mise en place par des baptistes et des intellectuels noirs, cette ligue a été conçue comme un moyen d’attirer les jeunes hommes noirs à l’église le dimanche en leur promettant la possibilité de se détendre après le service religieux à l’occasion d’un match de hockey entre églises rivales. Plus tard, sous l’influence du mouvement nationaliste noir de l’époque et dans le contexte d’un intérêt grandissant pour le hockey, elle sera perçue comme un moteur potentiel pour l’obtention de l’égalité des Canadiens noirs.

Article

Les adversaires de la Confédération

L’opposition à la Confédération existe depuis qu’une union des colonies d’Amérique du Nord britannique a été proposée pour la première fois à la fin des années 1840. Dans les parties de l’est du pays, les opposants craignaient généralement que la Confédération ne retire le pouvoir aux provinces et le remette au gouvernement fédéral, ou que l’union mène à des impôts plus élevés et à une conscription militaire. Plusieurs de ces opposants ont finalement abandonné et ont même travaillé pour le gouvernement canadien. Dans l’ouest, on n’a jamais demandé aux peuples autochtones de la colonie de la rivière Rouge s’ils voulaient se joindre à la Confédération. Craignant pour leur culture et leurs droits fonciers sous le contrôle canadien, ils ont organisé une insurrection de cinq mois contre le gouvernement. Plusieurs nationalistes québécois ont longtemps cherché à se séparer de la Confédération, soit avec les mesures extrêmes du Front de libération du Québec (FLQ), ou soit avec les référendums de 1980 et 1995.