Recherche pour "Nouveau-Brunswick"

Afficher 1-11 de 11 résultats
Article

Affaire du meurtre de Maggie Vail

En septembre 1869, à Saint John, au Nouveau-Brunswick, des cueilleurs de bleuets ont découvert les restes d’un adulte et d’un enfant cachés dans des buissons. Peu après, les corps ont été identifiés comme étant ceux de Sarah Margaret « Maggie » Vail et sa petite fille, Ella May. Plus tard, au cours du même mois, l’architecte John A. Munroe a été accusé du meurtre de Maggie Vail, avec qui il avait une relation. Bien que son avocat ait affirmé que John Munroe était incapable de commettre un meurtre, en raison de son éducation et de son niveau social (un des premiers exemples de défense par le « caractère »), il a été condamné en décembre 1869, puis exécuté en février 1870 après avoir reconnu dans une confession avoir accompli les meurtres.

Article

Robert Foulis

Robert Foulis, inventeur, ingénieur civil, peintre (né le 5 mai 1796, à Glasgow, en Écosse ; décédé le 26 janvier 1866, à Saint John, au Nouveau-Brunswick). Robert Foulis est reconnu pour avoir inventé la première corne de brume à vapeur au monde, qui a été installé sur l’île Partridge en 1859. Bien que Robert Foulis n’ait jamais breveté ni même profité de sa création qui a sauvé de nombreuses vies, son invention a aidé les marins perdus dans le brouillard pendant plus d’un siècle.

Article

Claudette Bradshaw

Claudette Bradshaw, militante communautaire, femme politique (née le 8 avril 1949 à Moncton, Nouveau-Brunswick). Au début de sa carrière, Claudette Bradshaw s’est consacrée au travail social à but non lucratif. Elle a fondé Moncton Headstart, un des premiers centres d’intervention familiale, et a défendu les jeunes à risque. Elle a été députée de Moncton–Riverview–Dieppe de 1997 à 2006 et a occupé plusieurs fonctions ministérielles dans les gouvernements libéraux de Jean Chrétien et Paul Martin, incluant celles de ministre du Travail et ministre d’État (Développement des ressources humaines). Depuis, elle est devenue une importante défenseuse de la santé mentale, de l’alphabétisation et du logement abordable.

Article

K.C. Irving

Kenneth Colin (K.C.) Irving, O.C., industriel et entrepreneur (né le 14 mars 1899 à Bouctouche, au Nouveau-Brunswick; décédé le 13 décembre 1992 à Saint John, au Nouveau-Brunswick). K.C. Irving a érigé l’empire commercial qui porte son nom et qui s’étend aux domaines les plus divers, depuis les pâtes et papiers et le raffinage du pétrole jusqu’à la publication de journaux et la radiodiffusion. On a dit de lui qu’il était le premier industriel moderne du Nouveau-Brunswick. Les entreprises qu’il a fondées ont été réparties entre ses fils et restent dans le giron familial. Les sociétés du groupe Irving comptent toujours pour une grande part dans l’activité économique de la province.

Article

John Humphrey

John Thomas Peters Humphrey, O.C., avocat, diplomate, érudit (né le 30 avril 1905 à Hampton, au Nouveau-Brunswick; décédé le 14 mars 1995 à Montréal, au Québec). John Humphrey a été directeur de la Division des droits de l’homme des Nations Unies, de 1946 à 1966. Il a été une figure déterminante dans la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme en 1948. Il a également enseigné le droit, et a brièvement été doyen de l’Université McGill. Il a été nommé Officier de l’Ordre du Canada en 1974, et a reçu le Prix des Nations Unies pour la défense des droits de l’homme en 1988.  

Article

Molly Lamb Bobak

Molly Joan Bobak, née Lamb, C.M., O.N.-B., ARC, artiste et enseignante (née le 25 février 1920 à Vancouver, en C.-B.; décédée le 1er mars 2014 à Fredericton, au Nouveau- Brunswick). Molly Lamb Bobak s’est engagée dans le Service féminin de l’Armée canadienne en 1942. Elle est devenue en 1945 la première femme nommée artiste de guerre canadienne officielle. Elle a dirigé des ateliers dans tout le Canada, donné des cours d’art en direct à la télévision et siégé à de nombreux conseils d’administration et conseils des arts. Elle a été membre de l’Académie royale des arts du Canada et a reçu des diplômes honorifiques de l’Université du Nouveau-Brunswick, de l’Université Mount Allison et de l’Université St. Thomas. Elle a reçu l’Ordre du Canada en 1995 et l’Ordre du Nouveau-Brunswick en 2002.

Article

Diane Clement

Diane Elaine Clement (née Matheson), O.C., sprinteuse (née le 27 septembre 1936, à Moncton, au Nouveau‑Brunswick). Diane Clement a détenu de nombreux records canadiens en sprint, et a remporté une médaille de bronze, pour le Canada, au relais 4x110 verges féminin, aux Jeux de l’Empire britannique et du Commonwealth de 1958. En 1956, elle est la première athlète née au Nouveau‑Brunswick à représenter le Canada lors des Jeux olympiques d’été. En 1959, elle devient la première entraîneuse de l’équipe d’athlétisme féminine de l’Université de la Colombie‑Britannique. Elle a également été la première présidente d’une fédération sportive au Canada et la première vice‑présidente honoraire du Congrès de l’IAAF (aujourd’hui World Athletics). Elle a été intronisée au Temple de la renommée sportive du Nouveau‑Brunswick et au British Columbia Sports Hall of Fame and Museum et a été faite membre de l’Ordre du Canada.

Éditorial

Éditorial : L’arrivée des loyalistes noirs en Nouvelle-Écosse

« La liberté et une ferme. » La promesse est attrayante pour des milliers d’Afro-Américains qui se sont battus dans des régiments britanniques lors de la Révolution américaine (1775-1783) et qui cherchent à fuir l’esclavage. Suivant la guerre, ils se joignent à des dizaines de milliers de loyalistes, des réfugiés américains s’étant battus aux côtés des Britanniques.

Entre 80 000 et 100 000 loyalistes en viennent à fuir les États-Unis. Près de la moitié d’entre eux se rendent en Amérique du Nord britannique. Les vagues principales arrivent en 1783 et 1784. Le territoire qui comprend aujourd’hui les provinces maritimes devient le domicile de plus de 30 000 loyalistes. Les colons décident alors de s’installer principalement sur les côtes de la Nouvelle-Écosse, au Cap-Breton et à l’Île-du-Prince-Édouard (alors nommée l’Île-Saint-Jean).

Article

Willie O'Ree

Willie O’Ree, C. M., O.N.-B., joueur de hockey (né le 15 octobre 1935 à Fredericton, au Nouveau-Brunswick). Le 18 janvier 1958, Willie O’Ree devient le premier joueur de hockey noir à jouer dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Au total, il joue au hockey de façon professionnelle pendant quelque 20 ans, dont 45 parties dans la LNH. Depuis 1998, Willie O’Ree est directeur du développement jeunesse et ambassadeur du programme de diversité de la LNH. Il a aussi dirigé le programme « Hockey is for Everyone ». Il a reçu le trophée Lester Patrick en 2003 pour sa contribution exceptionnelle au secteur du hockey aux États-Unis. En 2018, la LNH établit le prix du héros communautaire Willie O’Ree en son honneur. Willie O’Ree est membre de l’Ordre du Canada et de l’Ordre du Nouveau-Brunswick. Il est intronisé au Temple de la renommée du sport du Nouveau-Brunswick et au Temple de la renommée du hockey. Le 27 mai 2020, le Panthéon des sports canadiens le nomme au titre de bâtisseur et prévoit l’introniser officiellement en 2021.

Article

Loyalistes au Canada

On appelle « loyalistes » les colons américains, d’origines ethniques diverses, qui ont soutenu la cause britannique lors de la guerre de la révolution américaine (1775-1783). Des dizaines de milliers de loyalistes immigrent en Amérique du Nord britannique pendant et après la guerre de la révolution. Cette migration donnant lieu à une importance croissance démographique et à la création du Haut-Canada, et a constitué une lourde influence, à la fois politique et culturelle, au sein de ce qui devient plus tard le Canada.