Recherche pour "Ordre du Canada"

Afficher 1-3 de 3 résultats
Article

Mr. Dressup

Mr. Dressup était l’une des séries télévisées canadiennes pour enfants les plus appréciées et ayant la plus longue durée. L’émission, qui mettait en vedette Ernie Coombs dans le rôle du sympathique Mr. Dressup, a duré 29 ans (1967-1996), soit plus de 4 000 épisodes. Précurseur de la populaire série américaine Mr. Rogers’ Neighborhood, Mr. Dressup est l’une des premières émissions à orienter la programmation jeunesse vers l’épanouissement de l’intelligence émotionnelle et sociale des enfants. La série a gagné trois prix Gemini, et Ernie Coombs a été nommé membre de l’Ordre du Canada. Un sondage en ligne organisé par des internautes en 2017 a placé Mr. Dressup, de manière non officielle, en tête du palmarès des émissions canadiennes les plus mémorables.

Article

Graeme Gibson

Graeme Gibson, écrivain, activiste culturel et professeur (London, Ont., 9 août 1934). Diplômé l'U. de Western Ontario, il contribue à la mise sur pied de plusieurs organisations nationales. Il participe à la création de la WRITERS' UNION OF CANADA qu'il préside en 1974 et 1975.

Article

Dion, Joseph Francis

Joseph Francis Dion, homme métis, leader, organisateur politique, enseignant (né le 2 juillet 1888 près de Onion Lake, en Saskatchewan; décédé le 21 décembre 1960 à Bonnyville, en Alberta). Joseph Dion joue un rôle clé dans le développement du portrait politique autochtone moderne des Prairies. En plus d’être agriculteur (à partir de 1903) et enseignant dans la réserve Kehewin (de 1916 à 1940), il collabore avec Jim Brady et Malcolm Norris pour fonder en 1932 ce qui se nomme aujourd’hui la Métis Nation of Alberta (dont il est président de 1932 à 1958) et, en 1939, la Indian Association of Alberta. Faisant partie d’organisations des Premières Nations, des Métis et de l’Église catholique, il voyage, donne des conférences, recueille des traditions vivantes (publiées en 1979 sous le nom My Tribe the Crees) et gère une troupe de danse métisse. Réformateur relativement conservateur, il fait la promotion de l’autodéveloppement des Autochtones grâce à l’agriculture locale et à la préservation de la culture traditionnelle.