Recherche pour "comté de Prince Edward"

Afficher 1-8 de 8 résultats
Article

Dennis King

Dennis (Denny) King, 33e premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard depuis 2019, chef du Parti progressiste conservateur de l’Île-du-Prince-Édouard, spécialiste en communications, auteur et conteur (né le 1er novembre 1971 à Georgetown, Île-du-Prince-Édouard). Dennis King a été assermenté premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard le 9 mai 2019. Dans l’élection générale du 23 avril 2019, il obtient un gouvernement minoritaire avec le Parti progressiste-conservateur, défaisant le premier ministre libéral sortant, Wade MacLauchlan. Dennis King dirige le premier gouvernement minoritaire de l’île depuis l’élection provinciale de 1890. 

Le premier ministre Dennis King est assermenté avec son cabinet à Georgetown, Île-du-Prince-Édouard, en mai 2019. 

(avec la permission du gouvernement de l'Île-du-Prince-Edouard)

Article

Wade MacLauchlan

H. Wade MacLauchlan, C.M., O.P.E.I., membre de l’Assemblée législative, 32e premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard de 2015 à 2019, président de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard de 1999 à 2011, avocat, universitaire (né le 10 décembre 1954 à Stanhope, à l’Île-du-Prince-Édouard). H. Wade MacLauchlan a été assermenté premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard le 23 février 2015. Il devenait ainsi le premier politicien ouvertement homosexuel à occuper la position de premier ministre dans la province. Cet ancien professeur de droit et président de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard a été nommé compagnon de l’Ordre du Canada en 2008 et officier de l’Ordre de l’Île-du-Prince-Édouard en 2014. Il est l’auteur de Alex B. Campbell : The Prince Edward Island Premier Who Rocked the Cradle (2014).

Article

Loyalistes au Canada

On appelle « loyalistes » les colons américains, d’origines ethniques diverses, qui ont soutenu la cause britannique lors de la guerre de la révolution américaine (1775-1783). Des dizaines de milliers de loyalistes immigrent en Amérique du Nord britannique pendant et après la guerre de la révolution. Cette migration donnant lieu à une importance croissance démographique et à la création du Haut-Canada, et a constitué une lourde influence, à la fois politique et culturelle, au sein de ce qui devient plus tard le Canada.

Article

Les adversaires de la Confédération

L’opposition à la Confédération existe depuis qu’une union des colonies d’Amérique du Nord britannique a été proposée pour la première fois à la fin des années 1840. Dans les parties de l’est du pays, les opposants craignaient généralement que la Confédération ne retire le pouvoir aux provinces et le remette au gouvernement fédéral, ou que l’union mène à des impôts plus élevés et à une conscription militaire. Plusieurs de ces opposants ont finalement abandonné et ont même travaillé pour le gouvernement canadien. Dans l’ouest, on n’a jamais demandé aux peuples autochtones de la colonie de la rivière Rouge s’ils voulaient se joindre à la Confédération. Craignant pour leur culture et leurs droits fonciers sous le contrôle canadien, ils ont organisé une insurrection de cinq mois contre le gouvernement. Plusieurs nationalistes québécois ont longtemps cherché à se séparer de la Confédération, soit avec les mesures extrêmes du Front de libération du Québec (FLQ), ou soit avec les référendums de 1980 et 1995.

Article

Daniel Paul

Daniel Nicholas Paul, C.M., aîné mi'kmaq, auteur, défenseur de la justice sociale (né le 5 décembre 1938 dans la réserve d’Indian Brook, en Nouvelle-Écosse). Daniel Paul, auteur de We Were Not the Savages, l’un des premiers livres historiques canadiens adoptant un point de vue autochtone. Il fait depuis longtemps campagne pour le retrait de la statue du fondateur controversé de la ville d’Halifax, Edward Cornwallis, jusqu’à son retrait par le conseil municipal de Halifax en janvier 2018.

Article

Front de libération du Québec (FLQ)

Le Front de libération du Québec (FLQ) était un mouvement militant pour l’indépendance du Québec qui a utilisé le terrorisme pour tenter d’obtenir un Québec indépendant et socialiste. Les membres du FLQ, ou felquistes, sont responsables de la mort de 6 personnes dans le cadre de plus de 200 attentats à la bombe et de dizaines de vols entre 1963 et 1970. Leurs actions ont culminé avec l’enlèvement du délégué commercial britannique James Cross, ainsi que le kidnapping et meurtre du ministre québécois Pierre Laporte, dans un conflit que l’on appelle aujourd’hui la crise d’octobre

//