Recherche pour "Île de Vancouver"

Afficher 1-20 de 39 résultats
Article

Gregor Robertson

Gregor Robertson, politicien, homme d’affaires, député provincial, maire de Vancouver de 2008 à 2018 (né le 18 septembre 1964 à North Vancouver, en Colombie-Britannique). Il est le 39e maire de Vancouver pendant dix ans, soit le plus long mandat consécutif dans l’histoire de la ville : il est élu trois fois, en 2008, en 2011 et en 2014. Sous sa gouverne, il contribue à créer et à implanter le plan d’action pour faire de Vancouver la ville la plus verte du monde d’ici 2020. Ce plan d’action rencontre plusieurs obstacles, dont l’augmentation du prix du logement, l’itinérance et la crise des opioïdes qui sévit à Vancouver.

Éditorial

Vancouver en vedette : La bibliothèque Carnegie possède son propre Toutânkhamon

Le centre communautaire Carnegie est un refuge très animé du Downtown East Side, les quartiers est du centre-ville. Il occupe l’immeuble qui abritait jadis la bibliothèque Carnegie, la bibliothèque principale de Vancouver, mais aussi le lieu de repos de l’objet vedette du Vancouver Museum : la princesse Diane, une visiteuse éternelle en provenance de Luxor, en Égypte. C’est en fait une momie au passé très mystérieux.

Article

Vancouver en vedette: Dimanche sanglant

L’édifice majestueux qui se dresse sur le coin nord-ouest des rues Hastings et Granville est connu aujourd’hui sous le nom de Centre Sinclair. Il abrite des bureaux du gouvernement fédéral, des magasins de vêtements haut de gamme et une petite galerie commerciale. Ce fut jadis le bureau de poste central de Vancouver et c’est là que s’est déroulé l’épisode du « Bloody Sunday » (Dimanche sanglant), une violente confrontation entre les forces de l’ordre et des travailleurs au chômage durant la Crise des années 30.

Article

Vancouver en vedette: Gassy Jack débarque sur les rives de la baie Burrard

Lorsque le capitaine Jack Deighton et sa famille tirent leur canot sur le rivage sud de la baie Burrard en 1867, le capitaine est à nouveau en quête de richesse. Il a été marin à bord de plusieurs navires britanniques et américains, s’est joint à la ruée vers l’or de la Californie et de la région de Cariboo, a piloté des navires sur le fleuve Fraser et a tenu une taverne à New Westminster. Quand il arrive, il est de nouveau sans le sou, mais il ne tarde pas à se relancer en affaires et à construire le village appelé à devenir Vancouver.

Article

Vancouver en vedette : Des corps d’enfants découverts sous les feuilles

C’est en déblayant des feuilles qu’un jardinier de la commission des parcs tombe sur une veste en fourrure bon marché. En la relevant, il fait une macabre découverte : la veste recouvre les squelettes de deux jeunes enfants. L’affaire, baptisée « Babes in the Woods » (Des enfants dans les bois) par la presse, n’a jamais été résolue et fait partie des épisodes troublants de l’histoire de Vancouver.

Éditorial

Vancouver en vedette : Le Marine Building ouvre ses portes pendant les déboires de Wall St.

Vancouver n’a alors jamais vu chose pareille : un gratte-ciel en forme de gâteau de mariage avec des oies en vol, des poissons et des zeppelins suspendus au-dessus. Le Marine Building demeure un chef-d’œuvre de l’architecture Art Déco, mais c’est un désastre financier depuis l’ouverture de ses magnifiques portes ornées de dorures.

Éditorial

Vancouver en vedette : Un petit vagabond illumine la scène de l’Orpheum

Lorsqu’une troupe d’acteurs de music-hall britannique arrive à Vancouver en 1911, la star est un petit comédien acrobate qui va bientôt devenir l’un des personnages les plus connus du monde : Charlie Chaplin. Un autre acteur du groupe va lui aussi laisser sa marque dans l’histoire du divertissement. Arthur Stanley Jefferson deviendra en effet une star adulée après avoir changé son nom pour Stan Laurel et fait équipe à l’écran avec Oliver Hardy.

Article

Nouvelle-France

L'histoire de la présence de la France comme puissance coloniale en Amérique du Nord s'étend du début du XVIe siècle, à l'époque des grandes découvertes européennes et des voyages de pêche, jusqu'au début du XIXe siècle alors que Napoléon Bonaparte vend la Louisiane aux États-Unis d'Amérique.

Éditorial

Vancouver en vedette : La première station-service du Canada ouvre ses pompes

Les premières voitures à essence arrivent à Vancouver en 1904, mais leur nombre n’a pas beaucoup augmenté en 1907. Cette année-là, quelqu’un au bureau local d’Imperial Oil estime que faire le plein d’une voiture avec un seau et un entonnoir est un peu dangereux. C’est ainsi que naît la première station-service canadienne, équipée d’un réservoir d’eau chaude et d’un tuyau d’arrosage recyclés, sur l’aire d’entreposage de la société, au coin des rues Cambie et Smithe.

Éditorial

Vancouver en vedette : Assassinat d’un héros dans une rue de Vancouver

Aux petites heures d’une matinée d’octobre en 1922, le gendarme Robert McBeath vient d’arrêter un conducteur en état d’ivresse sur la rue Granville. C’est une tâche de routine pour ce gendarme de vingt-quatre ans, mais elle va lui coûter la vie, cette vie qu’il a risquée quelques années plus tôt dans des circonstances qui lui valurent la Croix de Victoria, lors de la bataille de la Somme.

Article

Vancouver en vedette: L’horloge Birks déménage au centre-ville

« Meet me at the Birks clock » (On se retrouve à l’horloge Birks!), c’est ainsi qu’on se donnait souvent rendez-vous à Vancouver, entre 1913 et 1974, avant l’arrivée des téléphones cellulaires. Mais l’horloge de l’édifice Birks voyage elle-même plus d’une fois. Elle commence sa carrière au coin des rues Granville et Hastings, puis déménage au coin des rues Granville et Georgia avant de revenir à son carrefour natal, mais de l’autre côté de la rue!

Article

Vancouver en vedette : Démolition de l’édifice Birks

Les chatoyantes briques blanches en terre cuite de l’édifice Birks éclairent le coin sud-est des rues Granville et Georgia à partir de 1913. À l’intérieur de l’immeuble, l’orfèvrerie, l’argenterie et des porcelaines fines étincelantes attirent les clients les plus exigeants et les plus aisés. La ville est donc abasourdie lorsque la famille Birks décide, en 1975, d’abattre l’impressionnant édifice.

Article

Coureurs des bois

En Nouvelle-France, les coureurs des bois sont des commerçants de fourrures itinérants non autorisés appelés « wood-runners » par les Anglais de la baie d'Hudson et « bush-lopers » par les Anglais et Hollandais d'Albany (New York).