Recherche pour "Big Bear"

Afficher 1-5 de 5 résultats
Article

Rébellion du Nord-Ouest

La rébellion du Nord-Ouest (ou résistance du Nord-Ouest) est un soulèvement violent de cinq mois contre le gouvernement canadien, mené surtout par les Métis et leurs alliés des Premières Nations, dans ce qui est aujourd’hui la Saskatchewan et l’Alberta. L’insurrection est provoquée par la crainte et l’insécurité grandissantes parmi les peuples métis et autochtones, ainsi que parmi les colons blancs de l’Ouest qui est en évolution rapide. Une série de batailles et d’autres formes de violence qui éclatent en 1885 laisse des centaines de morts, mais les rebelles sont finalement défaits par les troupes fédérales. Il en résulte une application permanente de la loi canadienne dans l’Ouest, la subjugation des Métis et des peuples autochtones des Plaines au Canada, puis la condamnation et la pendaison de Louis Riel.

Article

One Big Union

Le One Big Union (OBU) est un syndicat radical créé dans l’Ouest canadien en 1919. Il visait à défendre les droits des travailleurs grâce à une organisation de masse regroupée par industrie. Le groupe a fait face à une vive opposition de la part d’autres branches du mouvement syndical, du gouvernement fédéral, des employeurs et de la presse. Néanmoins, il a contribué à transformer le rôle des syndicats au Canada.

Cliquez ici pour obtenir la définition des mots-clés utilisés dans cet article.

Éditorial

Animaux arctiques en voie de disparition

La liste des espèces menacées au Canada est longue.

En 2013, elle s’établit à 456 espèces. De ce nombre, plus de 40 pour cent sont considérées comme en voie d’extinction.

Quoiqu’on les trouve dans l’ensemble des provinces et des territoires canadiens, c’est dans l’Arctique qu’il est possible de saisir les raisons de leur déclin, parmi lesquelles on peut mentionner le changement climatique et la destruction de leurs habitats. Ainsi, les scientifiques ont constaté que les températures à proximité du Pôle Nord augmentent deux fois plus vite que partout ailleurs sur la planète, ce qui a pour conséquence la fonte de la glace de mer, une composante essentielle des écosystèmes de l’Arctique. Pendant ce temps, les communautés inuites observent d’importants changements dans les trajectoires de migration des animaux et une baisse importante de leur population : des éléments qui affectent directement la pratique de la chasse traditionnelle chez ces communautés.

Cette exposition vous propose de découvrir six espèces animales qui vivent avec difficultés les transformations environnementales que connaît actuellement l’Arctique canadien. Il s’agit de l’ours polaire, le caribou, le narval, la baleine boréale, le beluga (ou baleine blanche) et le morse. En plus d’y trouver des extraits de l’Encyclopédie canadienne qui vous fourniront des informations relatives aux défis que rencontre chacune de ces espèces, l’exposition présente des clichés du photographe de réputation internationale Paul Nicklen. Enfin, la contribution du journaliste Ashleigh Gaul de Yellowknife, sur la chasse au morse au Nunavut, met en évidence les liens étroits entre la destruction des habitats fauniques et la menace qui pèse sur la survie de la culture inuite.

Article

Grève générale de Winnipeg, 1919

La grève générale de Winnipeg de 1919 a été la plus importante grève de l’histoire du Canada. Entre le 15 mai et le 25 juin 1919, plus de 30 000 travailleurs ont cessé le travail. Les usines, les ateliers, le transport en commun et les services de la Ville ont été paralysés. La grève a entraîné des arrestations, des blessures et la mort de deux manifestants. Elle n’a amené aucune amélioration immédiate du sort des ouvriers et des conditions de travail, mais elle a renforcé l’unité de la classe ouvrière canadienne. Certains de ses participants ont contribué à créer ce qui constitue aujourd’hui le Nouveau Parti démocratique.

Cliquez ici pour obtenir la définition des mots clés utilisés dans cet article.

Article

Le Manitoba et la Confédération

La cinquième province du Canada, le Manitoba, rejoint la Confédérationau moment de l’adoption de la Loi sur le Manitoba, le 12 mai 1870. Les Assiniboines, les Dakotas, les Cris et les Dénés ont occupé le territoire pendant 15 000 ans. Depuis 1670, ce territoire faisait partie de la Terre de Rupert et était contrôlé par la Compagnie de la Baie d’Hudson. Le gouvernement canadien a acheté la Terre de Rupert à la demande de William McDougall, père de la Confédération pour le Manitoba. Aucun résident de la région n’a été consulté au sujet du transfert; en réponse, Louis Riel et les Métis ont mené la résistance de la rivière Rouge. Celle-ci a abouti à un accord pour se joindre à la Confédération. Ottawa a accepté d’aider à financer le nouveau gouvernement provincial, de donner environ 1,4 million d’acres de terres aux Métis et d’accorder à la province quatre sièges au Parlement. Cependant, le Canada a mal géré sa promesse de garantir aux Métis leurs droits fonciers. La Rébellion du Nord-Ouest qui s’est ensuivie en 1885 a entraîné l’exécution de Riel. La création du Manitoba — qui, contrairement aux quatre premières provinces, ne contrôlait pas ses ressources naturelles — a révélé la volonté d’Ottawa de contrôler le développement de l’Ouest.