Recherche pour "Conseil des Arts du Canada"

Afficher 1-20 de 314 résultats
Article

Jeffrey Spalding

Jeffrey John Spalding, C.M., artiste, professeur, conservateur et directeur de galeries d’art (né le 5 novembre 1951 à Édimbourg, en Écosse; décédé le 14 octobre 2019, alors qu’il était en route pour Toronto, en Ontario). Durant la majeure partie des années 1970, Jeffrey Spalding produit des œuvres abstraites, principalement des toiles, générées par des processus prédéterminés et systématiques. Son engagement initial envers les méthodes procédurales de création artistique émerge alors qu’il est à l’école secondaire, en 1968 et 1969. Il perfectionne ce processus lors de ses études universitaires à l’Université de Guelph, entre 1969 et 1972, où en association avec Eric Cameron, Jeffrey Spalding produit une série de sérigraphies et de toiles abstraites, géométriques et aux angles aigus. Il utilise des procédés élaborés à partir de la théorie des couleurs primaires, ainsi que des systèmes alphabétiques et numériques. 

Article

Commission Massey

La Commission Massey, de son nom officiel la Commission royale d’enquête sur l’avancement des arts, des lettres et des sciences, est établie par le premier ministre Louis St-Laurent le 8 avril 1949. Sous la présidence de Vincent Massey, la commission avait pour but d’enquêter sur l’état des arts et de la culture au Canada. Il a présenté son rapport, le rapport Massey, le 1er juin 1951. Le rapport prône le financement, par le gouvernement fédéral, d’un large éventail d’activités culturelles. Il fait aussi une série de recommandations qui contribue à la création de la Bibliothèque nationale du Canada (aujourd’hui Bibliothèque et Archives Canada) et du Conseil des arts du Canada, ainsi qu’à de l’aide de l’État aux universités et à des projets de conservation de lieux historiques, entre autres. Les recommandations du rapport Massey, adoptées par le gouvernement fédéral, sont perçues en général comme le premier grand pas fait pour soutenir, préserver et promouvoir la culture canadienne.

Éditorial

A Place to Happen

On dit parfois que les Canadiens ne célèbrent pas leur histoire, ou qu’ils ne racontent pas leurs mythes et légendes. Notre histoire est jalonnée de moments importants jugés « too small to be tragic » (« trop petits pour être tragiques »), pour citer les paroles chantées par Gord Downie, de The Tragically Hip.

Article

Joseph Rouleau

Joseph Alfred Pierre Rouleau, C.C., GOQ, chanteur lyrique (basse), enseignant (né le 28 février 1929 à Matane, Québec; mort le 12 juillet 2019 à Montréal, Québec). Le chanteur d’opéra Joseph Rouleau était renommé dans le monde entier pour son sens théâtral infaillible et son impressionnante souplesse vocale. Il a chanté pendant 20ans pour Covent Garden à Londres, où il a interprété des premiers rôles dans plus de 40productions. Au Canada, il est apparu souvent avec l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Orchestre symphonique de Toronto et l’Orchestre symphonique de Québec. Il a créé le rôle de Monseigneur Taché dans Louis Riel de Harry Somers avec la Compagnie d’opéra canadienne(COC) en 1967. Il a aussi commandé et créé Les Abîmes du rêve de Jacques Hétu avec l’Orchestre symphonique de Québec en 1984 et enregistré un album de chansons de Félix Leclerc en 1990. Joseph Rouleau a reçu le Prix de musique Calixa-Lavallée, le Prix Denise-Pelletier et le Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle pour l’ensemble de son œuvre artistique. Il a été fait officier puis compagnon de l’Ordre du Canada, et officier et grand officier de l’Ordre national du Québec. Il a été intronisé dans le Panthéon canadien de l’art lyrique en 1992.

Article

Filles du roi

Femmes célibataires dont le roi favorise la migration en Nouvelle-France entre 1663 et 1673. Comme les intérêts privés favorisent la migration d'engagés mâles, le gouvernement français et les communautés religieuses tentent de corriger la disproportion entre les sexes dans les colonies.

Article

Joseph Lewis

Joseph Lewis, aussi appelé Levi Johnston, Lewes et Louis, négociant de fourrures (né vers 1772–1773 à Manchester, dans le New Hampshire; mort en 1820 dans le district de Saskatchewan). Joseph Lewis était un négociant de fourrures noir, originaire des États-Unis, qui a participé aux débuts de l’expansion de l’industrie de la fourrure à la fin du 18e et au début du 19e siècles. Il est une des rares personnes noires engagées dans la traite des fourrures dont le nom est attesté dans les sources. Joseph Lewis est aussi le premier Noir à avoir vécu dans le territoire actuel de la Saskatchewan et, vraisemblablement, en Alberta.

Article

Art autochtone de la côte nord-ouest

Il y a plus de 3000 ans, les peuples autochtones de la côte de la Colombie-Britannique et des régions environnantes de l’État de Washington et du sud-est de l’Alaska, comme les Haidas et les Kwakiutls, ont développé des traditions artistiques qui sont réputées dans le monde entier pour leur style et leur originalité.

Article

Marcelle Ferron

Marcelle Ferron, OQ, artiste (née le 29 janvier 1924 à Louiseville, QC; décédée le 18 novembre 2001 à Montréal)., Marcelle Ferron est très engagée dans les Automatistes, groupe dirigé par Paul-Émile Borduas. Elle poursuit une carrière artistique avant-gardiste, qui comprend de remarquables œuvres d’art publiques en vitrail. Elle est faite chevalier de l’Ordre national du Québec en 1985, et en 2000, elle est promue au rang de Grand Officier. Elle est la sœur des écrivains Jacques Ferron et Madeleine Ferron.

Article

Jackson Beardy

Jackson Beardy (Quincy Pickering Jackson Beardy), artiste oji-cri (né le 24 juillet 1944 à Island Lake, au Manitoba ; décédé le 8 décembre 1984 à Winnipeg). Jackson Beardy est d’abord associé à la New Woodland School avant de devenir, en 1973, membre d’un groupe d’artistes autochtones appelé le Groupe indien des Sept. Ses œuvres stylisées, peintes sur toile, écorce de bouleau ou peau de castor, portent souvent sur l’interdépendance des humains et de la nature, et dépeignent des personnages issus des traditions orales ojibwée et crie. De la fin des années 1960 à son décès au début des années 1980, Jackson Beardy fait la promotion de la légitimité de l’art autochtone au sein du paysage de l’art contemporain. Son influence en tant qu’artiste de Woodland a contribué au développement de l’art autochtone contemporain au Canada.

Article

Emily Carr

Emily Carr, peintre et écrivain (née le 13 décembre 1871 à Victoria, BC, décédée le 2 mars 1945 à Victoria, BC).

Article

Oscar Peterson

Oscar Emmanuel Peterson, C. C., C.Q., O.Ont., pianiste de jazz, compositeur, formateur (né le 15 août 1925 à Montréal, au Québec; décédé le 23 décembre 2007 à Mississauga, en Ontario).

Article

Klee Wyck

Klee Wyck (1941) est un recueil d’esquisses littéraires d’Emily Carr. C’est une œuvre évocatrice où Emily Carr décrit, de manière détaillée et vivante, l’influence que les peuples autochtones et la culture de la côte nord-ouest ont exercée sur elle. Klee Wyck (« Celle qui rit ») est le nom que les gens de la nation Nuu-chah-nulth (Nootka) lui ont donné. Le livre a remporté un Prix littéraire du Gouverneur général dans la catégorie essai en 1941 et a été traduit en français.

Guide d'étude

Activités d’art et d’écriture primaires d'Arts & récits autochtones

Cet outil d’apprentissage fournit des instructions étape par étape pour créer différentes oeuvres d’art ou créations littéraires afin de les soumettre ensuite au concours. Les enseignants peuvent utiliser le guide afin de choisir les activités pour leurs élèves et pour aider les jeunes au travers du processus créatif durant le développement de leurs oeuvres d’art et de leurs créations littéraires.

Article

Saidye Rosner Bronfman

Saidye Rosner Bronfman, O.B.E., leader communautaire et philanthrope (née le 9 décembre 1896 à Plum Coulee, au Manitoba; décédée le 6 juillet 1995 à Montréal, au Québec). Saidye Bronfman a été une leader dans la communauté juive qui a généreusement soutenu les arts et différents organismes caritatifs. Elle a été faite membre de l’Ordre de l’Empire britannique pour son travail avec la Croix-Rouge pendant la Deuxième Guerre mondiale. Saidye Bronfman et son mari, Samuel, ont puisé à même leur fortune, glanée dans le commerce des alcools, pour créer une fondation qui encore aujourd’hui finance de nombreux groupes communautaires.