Recherche pour "Edward Cornwallis"

Afficher 1-20 de 22 résultats
Article

Daniel Paul

Daniel Nicholas Paul, C.M., aîné mi'kmaq, auteur, défenseur de la justice sociale (né le 5 décembre 1938 dans la réserve d’Indian Brook, en Nouvelle-Écosse). Daniel Paul, auteur de We Were Not the Savages, l’un des premiers livres historiques canadiens adoptant un point de vue autochtone. Il fait depuis longtemps campagne pour le retrait de la statue du fondateur controversé de la ville d’Halifax, Edward Cornwallis, jusqu’à son retrait par le conseil municipal de Halifax en janvier 2018.

Article

Dennis King

Dennis (Denny) King, 33e premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard depuis 2019, chef du Parti progressiste conservateur de l’Île-du-Prince-Édouard, spécialiste en communications, auteur et conteur (né le 1er novembre 1971 à Georgetown, Île-du-Prince-Édouard). Dennis King a été assermenté premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard le 9 mai 2019. Dans l’élection générale du 23 avril 2019, il obtient un gouvernement minoritaire avec le Parti progressiste-conservateur, défaisant le premier ministre libéral sortant, Wade MacLauchlan. Dennis King dirige le premier gouvernement minoritaire de l’île depuis l’élection provinciale de 1890. 

Le premier ministre Dennis King est assermenté avec son cabinet à Georgetown, Île-du-Prince-Édouard, en mai 2019. 

(avec la permission du gouvernement de l'Île-du-Prince-Edouard)

Article

Wade MacLauchlan

H. Wade MacLauchlan, C.M., O.P.E.I., membre de l’Assemblée législative, 32e premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard de 2015 à 2019, président de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard de 1999 à 2011, avocat, universitaire (né le 10 décembre 1954 à Stanhope, à l’Île-du-Prince-Édouard). H. Wade MacLauchlan a été assermenté premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard le 23 février 2015. Il devenait ainsi le premier politicien ouvertement homosexuel à occuper la position de premier ministre dans la province. Cet ancien professeur de droit et président de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard a été nommé compagnon de l’Ordre du Canada en 2008 et officier de l’Ordre de l’Île-du-Prince-Édouard en 2014. Il est l’auteur de Alex B. Campbell : The Prince Edward Island Premier Who Rocked the Cradle (2014).

Article

George Godfrey

George Godfrey, boxeur (né le 20 mars 1853, à Charlottetown, à l’Île‑du‑Prince‑Édouard; décédé le 18 octobre 1901, à Revere, dans le Massachusetts, aux États‑Unis). George Godfrey était un boxeur canadien noir ayant débuté sa carrière à l’âge de 26 ans et ayant enregistré de nombreux succès. Il a remporté le championnat du monde des poids lourds noirs, en 1883, un titre qu’il a détenu pendant cinq ans. Il a pris sa retraite en 1896, après avoir participé à plus de 100 combats. Il a été, avec George Dixon et Sam Langford, le premier d’une longue série de grands boxeurs canadiens noirs des Maritimes. Il a été intronisé au PEI Sports Hall of Fame, en 1990.

Article

Politique à l’Île-du-Prince-Édouard

L’Île-du-Prince-Édouard a un gouvernement minoritaire progressiste-conservateur, élu le 23 avril 2019. Le premier ministre est Dennis King et la lieutenante-gouverneure est Antoinette Perry. Peter Bevan-Baker dirige la seule opposition du Parti vert au Canada. Jusqu’en 2019, seuls les libéraux ou les progressistes-conservateurs avaient gouverné ou formé l’opposition officielle. La domination de ces deux partis a conduit certains à qualifier l’Î.-P.-É. de système bipartite le plus pur du pays. Pourtant, l’Î.-P.-É. a connu un certain nombre de premières électorales : Aubin-Edmond Arsenault a été le premier Acadien à devenir premier ministre au Canada ; Joe Ghiz a été le premier ministre canadien d’origine non européenne ; et Catherine Callbeck a été la première femme au Canada à être élue première ministre.

Article

Walter Patterson

Walter Patterson, officier militaire, propriétaire foncier, premier gouverneur britannique de l’Île Saint-Jean (Île-du-Prince-Édouard), (né vers 1735 près de Rathmelton, comté de Donegal, Irlande; mort le 6 septembre 1798 à Londres, Angleterre). Walter Patterson a servi dans l’armée britannique durant la guerre de Sept Ans. En 1770, il a été assermenté en tant que premier gouverneur britannique de l’île Saint-Jean (renommée Île-du-Prince-Édouard en 1799). Son mandat de gouverneur a été marqué par la spéculation foncière et les troubles politiques.

événement historique

Le Parti conservateur remporte un gouvernement minoritaire à l’Î.-P.-É, le Parti vert devient l’opposition officielle

Deux mois après être devenu chef du parti, Dennis King a permis au Parti conservateur de remporter un gouvernement minoritaire à l’ Î.-P.-É avec 12 sièges et 36,5% du vote populaire. Peter Bevan-Baker et le Parti vert sont devenus l’opposition officielle avec 8 sièges et 30,6% du vote, les meilleurs résultats pour un parti que ce soit dans une élection provinciale ou fédérale.

Article

Picton

Picton, secteur non constitué en municipalité de l’Ontario; population 4702 (recensement de 2016), 4474 (recensement de 2011). Picton se trouve dans une presqu’île composée de terres agricoles vallonnées et de plages sablonneuses avançant dans le lac Ontario, à quelque 160 km à l’est de Toronto . Picton est le centre administratif du comté de Prince Edward.

Article

Lennie Gallant

Lennie Gallant, C.M., musicien de folklore (né en 1955 à Rustico, à Î.-P.-É.). Lennie Gallant est un auteur-compositeur-interprète acadien qui a lancé 13 albums, 10 en anglais et 3 en français. Il a fait de nombreuses tournées en Amérique du Nord et a remporté de nombreux prix et récompenses, notamment 18 Prix de la musique de la Côte est (ECMA). Il a également été nommé Artiste de l’année choisi par le public en 2017. Sa chanson de 1994, « Peter’s Dream », a été intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens en 2019. Lennie Gallant a été fait membre de l’Ordre du Canada en 2003.

Article

Prohibition au Canada

La prohibition au Canada a été le résultat du mouvement de tempérance. Ce mouvement faisait appel à la modération ou à l’abstinence totale d’alcool, il était basé sur la conviction que l’alcool était responsable de nombreux maux de la société. La Loi de tempérance du Canada (Scott Act) de 1878 a offert aux gouvernements municipaux « l’option locale » de bannir la vente d’alcool.

La prohibition a été adoptée pour la première fois sur une base locale à l’Île-du-Prince-Édouard en 1901. Elle est devenue une loi dans les autres provinces, ainsi qu’au Yukon et à Terre-Neuve durant la Première Guerre mondiale. L’alcool pouvait être légalement produit au Canada (mais ne pouvait y être vendu) et exporté de manière légale à partir des ports canadiens. La plupart des lois provinciales ont été abrogées dans les années 1920. L’Île-du-Prince-Édouard a été la dernière à abandonner la « noble expérience » en 1948.

Article

Lorie Kane

Judith Lorie Kane, O.C., golfeuse (née le 19 décembre 1964 à Charlottetown, Î.-P.-É.). Quatre fois gagnante sur le circuit de la Ladies Professional Golfing Association (LPGA), Lorie Kane a égalisé le record de Sandra Post pour le plus grand nombre de victoires de la LPGA par une golfeuse canadienne en une année civile, avec trois. Lorie Kane a remporté le prix Bobbie Rosenfeld de l’athlète féminine canadienne de l’année à deux reprises (1997, 2000) et est officier de l’Ordre du Canada. Elle a été intronisée au Panthéon des sports de l’Île-du-Prince-Édouard, au Musée et temple de la renommée du golf canadien et au Panthéon des sports canadiens.

Article

Anne, la maison aux pignons verts

Dès sa parution en 1908, le premier roman de Lucy Maud Montgomery, Anne, la maison aux pignons verts, devient un succès presque instantané; il demeure d’ailleurs en impression pendant plus d’un siècle, faisant du personnage d’Anne Shirley une véritable icône de la culture canadienne. Vendu à environ 50 millions d’exemplaires et traduit en plus de 36 langues, y compris le braille, l’ouvrage est adapté plus de deux douzaines de fois sous toutes sortes de formes. La comédie musicale d’Anne, produite pour la première fois en 1965 au Festival de Charlottetown, détient le record du monde de la production musicale annuelle ayant été la plus longtemps à l’affiche, tandis que la minisérie mettant en vedette Megan Follows, produite par la CBC et lauréate de plusieurs prix en 1985, est l’émission de télévision la plus regardée de l’histoire du Canada. Des milliers de touristes se rendent chaque année à l’Île-du-Prince-Édouard pour visiter les « lieux sacrés » du roman, et la vente de souvenirs et de poupées à l’effigie d’Anne est devenue une importante industrie artisanale dans la région.

Article

Lucy Maud Montgomery

Lucy Maud Montgomery, O.B.E., écrivaine (née le 30 novembre 1874 à Clifton [de nos jours New London, à l’Île-du-Prince-Édouard]; décédée le 24 avril 1942 à Toronto, en Ontario). Lucy Maud Montgomery est probablement l’auteure canadienne la plus lue. Son premier roman, Anne… la maison aux pignons verts, succès instantané dès sa parution en 1908, n’a jamais cessé d’être en circulation depuis plus qu’un siècle, faisant du personnage d’Anne Shirley une icône mythique de la culture canadienne. Lucy Maud Montgomery produit plus de 500 nouvelles, 20 romans, 2 collections de poésie et de nombreuses anthologies de ses entrées de journal et essais. Son œuvre s’écoule à environ 50 millions d’exemplaires aux quatre coins du monde. À lui seul, Anne… la maison aux pignons verts a été traduit en au moins 36 langues ainsi qu’en braille, sans compter des dizaines d’adaptations sous différents formats. Nommée Officier de l’Ordre de l’Empire britannique et de l’Institut littéraire et artistique de France. Elle est également la première femme à devenir membre de la British Royal Society of Arts, en plus d’être déclarée Personne d’importance historique nationale par le Canada.

Éditorial

Éditorial : L’arrivée des loyalistes noirs en Nouvelle-Écosse

« La liberté et une ferme. » La promesse est attrayante pour des milliers d’Afro-Américains qui se sont battus dans des régiments britanniques lors de la Révolution américaine (1775-1783) et qui cherchent à fuir l’esclavage. Suivant la guerre, ils se joignent à des dizaines de milliers de loyalistes, des réfugiés américains s’étant battus aux côtés des Britanniques.

Entre 80 000 et 100 000 loyalistes en viennent à fuir les États-Unis. Près de la moitié d’entre eux se rendent en Amérique du Nord britannique. Les vagues principales arrivent en 1783 et 1784. Le territoire qui comprend aujourd’hui les provinces maritimes devient le domicile de plus de 30 000 loyalistes. Les colons décident alors de s’installer principalement sur les côtes de la Nouvelle-Écosse, au Cap-Breton et à l’Île-du-Prince-Édouard (alors nommée l’Île-Saint-Jean).

Article

Loyalistes au Canada

On appelle « loyalistes » les colons américains, d’origines ethniques diverses, qui ont soutenu la cause britannique lors de la guerre de la révolution américaine (1775-1783). Des dizaines de milliers de loyalistes immigrent en Amérique du Nord britannique pendant et après la guerre de la révolution. Cette migration donnant lieu à une importance croissance démographique et à la création du Haut-Canada, et a constitué une lourde influence, à la fois politique et culturelle, au sein de ce qui devient plus tard le Canada.

Article

Conférence de Charlottetown

C’est la Conférence de Charlottetown qui met en marche le projet de Confédération. Tenue du 1er au 9 septembre 1864 à Charlottetown (sans compter des réunions additionnelles la semaine suivante à Halifax, St John’s et Fredericton), la conférence est organisée par des délégués du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard afin de discuter de l’union de leurs trois provinces. Un groupe de personnes de la Province du Canada – qui n’étaient pas sur la liste initiale des invités – parvient néanmoins à les convaincre de travailler à l’union de toutes les colonies de l’Amérique du Nord britannique. La Conférence de Charlottetown est suivie de la Conférence de Québec (du 10 au 27 octobre 1864) et de la Conférence de Londres (de décembre 1866 à mars 1867). Ces trois événements mènent à la Confédération le 1er juillet 1867.

//