Recherche pour "Mi'kmaq"

Afficher 1-11 de 11 résultats
Article

Réserves à l’Île-du-Prince-Édouard

Il y a quatre réserves sur l’Île-du-Prince-Édouard, et elles appartiennent à deux Premières Nations. Trois de ces réserves, Morell, Rocky Point et Scotchfort, appartiennent à la Première Nation Abegweit, et la réserve de Lennox Island appartient à la Première Nation de Lennox Island. L’Île-du-Prince-Édouard n’est qu’une de deux provinces à faire partie du territoire traditionnel d’un seul peuple autochtone, l’autre étant la Nouvelle-Écosse. Dans ces deux cas, ce sont les Micmacs. Des 1405 Micmacs inscrits à l’Île-du-Prince-Édouard (en 2021), 615 d’entre eux vivent sur les 4 réserves. Les réserves varient en taille, de moins d’un km2 à 5,4 km2. La Première Nation de Lennox Island et la Première Nation Abegweit sont toutes deux dirigées par des chefs, qui doivent vivre sur la réserve, et par des Conseillers, qui peuvent vivre sur ou à l’extérieur de la réserve. Les élections sont tenues tous les trois ans, et tous les quatre ans, respectivement.

Article

Baie d'Espoir

La baie d’Espoir est un bras de la baie de l’Hermitage, semblable à un fjord, située près de la côte sud de Terre-Neuve. La baie d’Espoir, d’une longueur de plus de 50 km de l’entrée à la tête, est non englacée. Elle a des falaises à pic et des collines aux versants abrupts d’une altitude de 180 à 300 m. Elle se divise en deux bras principaux vers le nord et le nord-est, au-delà de l’île Bois. En raison de l’immense ligne de partage des eaux du plateau glaciaire environnant, la région est le site d’une centrale hydroélectrique. Mise en fonction en 1967, la centrale a aujourd’hui une capacité de production de plus de 600 MV.

Article

Réserves à Terre-Neuve-et-Labrador

Terre-Neuve-et-Labrador compte deux groupes des Premières Nations : les Mi’kmaq, qui vivent sur l’île de Terre-Neuve, et les Innus, qui habitent le centre et le nord du Labrador. Trois réserves sont situées dans la province. Deux de celles-ci sont innues, soit les réserves Sheshatshiu et Natuashish, qui regroupent respectivement les Premières Nations Sheshatshiu Innu et Mushuau Innu. La troisième, Miawpukek Mi’kamaway Mawi’omi (généralement appelée Miawpukek ou, parfois, Conne River), est mi’kmaq. Alors que certains Autochtones vivent dans ces réserves, d’autres vivent dans des communautés non autochtones partout dans la province. En mars 2019, 28 293 personnes vivant à Terre-Neuve-et-Labrador sont inscrites comme Indiens. Parmi eux, 12 % vivent dans des réserves. Ce faible pourcentage est entre autres expliqué par le fait que les Qalipu Mi’kmaq, une bande de la côte ouest de Terre-Neuve qui représente l’un des plus grands groupes autochtones du pays, ne possèdent aucune terre de réserve. Le Labrador compte également plusieurs communautés inuites qui, tout comme les autres groupes inuits ailleurs au pays, n’ont aucune réserve.

Article

Lunenburg

Lunenburg (Nouvelle-Écosse), constituée en ville en 1888; population de 2 405 habitants (recensement de 2021), de 2 262 habitants (recensement 2016). Lunenburg, chef-lieu du comté de Lunenburg, est située sur la baie de Lunenberg, à 90 km au sud-ouest d’Halifax.

Article

Daniel Paul

Daniel Nicholas Paul, C.M., aîné mi'kmaq, auteur, défenseur de la justice sociale (né le 5 décembre 1938 dans la réserve d’Indian Brook, en Nouvelle-Écosse). Daniel Paul, auteur de We Were Not the Savages, l’un des premiers livres historiques canadiens adoptant un point de vue autochtone. Il fait depuis longtemps campagne pour le retrait de la statue du fondateur controversé de la ville d’Halifax, Edward Cornwallis, jusqu’à son retrait par le conseil municipal de Halifax en janvier 2018.

Article

Donald Marshall fils

Donald Marshall fils, chef de file mi’kmaq, activiste autochtone, faussement reconnu coupable de meurtre (né le 13 septembre 1953 à Sydney, en Nouvelle-Écosse; décédé le 6 août 2009 à Sydney, en Nouvelle-Écosse). L’emprisonnement de Donald Marshall fils (1971-1982) a été l’une des causes les plus controversées de l’histoire du système de justice pénale du Canada. Il a été la première victime publicisée de condamnation pour meurtre injustifiée à voir sa condamnation annulée, ce qui a préparé le terrain pour d’autres, comme David Milgaard et Guy Paul Morin. Dans les années 1990, il a aussi été un acteur important dans la cause sur les droits de chasse et pêche des Premières Nations, portée devant la Cour suprême du Canada.

Article

Première Nation d’Elsipogtog

La Première Nation d’Elsipogtog (prononcer El-si-boque-toque) est une communauté micmaque située à 91 km au nord-ouest de Moncton, au Nouveau-Brunswick. Depuis longtemps connue sous le nom de Big Cove, la Première Nation a officiellement changé son nom pour Elsipogtog, qui signifie « rivière de feu ». Néanmoins, elle continue à être désignée communément sous le nom de Big Cove. La plupart des membres de la communauté parlent micmac et anglais.

En 2021, la communauté d’Elsipogtog comptait 3 509 membres inscrits, dont 2 703 résidaient dans la réserve de la Première Nation. La réserve, aussi appelée Elsipogtog, figure dans certains documents officiels sous le nom de Richibucto 15. Elle s’étend sur 19,56 km2.

Article

Frank Narcisse Jérome

Frank Narcisse Jérome, héros de guerre mi’kmaq (né en 1886 à Maria, Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, QC ; décédé en 1934 à Gesgapegiag). Frank Narcisse Jérome est un ancien combattant de la Première Guerre mondiale de la Première nation Gesgapegiag, en Gaspésie, qui a été reconnu à plusieurs reprises durant la Première Guerre mondiale pour sa bravoure. Il a été l’un des 39 soldats canadiens à remporter la Médaille militaire à trois reprises au cours de la Première Guerre mondiale, et est maintenant reconnu comme l’un des anciens combattants autochtones les plus décorés de la guerre (voir Les peuples autochtones et les guerres mondiales et Les peuples autochtones et la Première Guerre mondiale). Le nom de Jérome figure sur le monument de guerre de Gesgapegiag, au Québec.

événement historique

Le Grand Conseil Mi’kmaq

Composé de représentants masculins de partout dans le territoire mi’kmaq, le Conseil est mené par un grand chef qui gouverne par consensus. Le rôle de chef est souvent transmis de père en fils. (Remarque : la date exacte de cet événement est inconnue. La date indiquée ici est une estimation.)

Article

Samuel Glode

Samuel Glode (également orthographié Gloade), bûcheron, guide de chasse et de pêche, trappeur, soldat et héros de guerre mi’kmaq (né le 20 avril 1880 à Milton, en Nouvelle‑Écosse; décédé le 26 octobre 1957 à Halifax, en Nouvelle‑Écosse), était un vétéran de la Première Guerre mondiale. Il a servi dans le génie et a reçu la Distinguished Conduct Medal (DCM) pour ses actions héroïques, après l’armistice du 11 novembre 1918.

Article

Willie Dunn

William Lawrence « Willie » Dunn (aussi appelé Roha'tiio, qui signifie « sa voix est belle ») musicien et cinéaste (né le 14 août 1941 à Montréal, au Québec ; décédé le 5 août 2013 à Ottawa, en Ontario). Willie Dunn était un musicien folklorique d’origine micmaque et écossaise. Il était également un membre important de l’Indian Film Crew, une unité de production cinématographique entièrement autochtone créée par l’Office national du film en 1968.