Recherche pour "Pacific National Exhibition"

Afficher 1-20 de 115 résultats
événement historique

Un terrain de basketball nommé en l’honneur de Steve Nash à Vancouver

Le terrain de basketball de la famille Nash, bâti au Pacific National Exhibition à Vancouver Est, est officiellement ouvert par le sous-commissaire de la NBA Mark Tatum. « Steve a eu un impact incroyable sur le sport, dit-il. Nous espérons que ce terrain commémorera son travail acharné, son humilité et sa détermination et qu’il inspirera des générations de Canadiens et de jeunes dans le futur ».

Article

Hunter Harrison

Ewing Hunter Harrison III, PDG de la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada de 2003 à 2009 et du Chemin de fer du Canadien Pacifique de 2012 à 2017 (né le 7 novembre 1944 à Memphis, au Tennessee; décédé le 16 décembre 2017 à Wellington, en Floride). Surtout connu comme principal promoteur de l’exploitation ferroviaire précise, Hunter Harrison a passé plus d’un demi-siècle dans l’industrie ferroviaire et dirigé quatre chemins de fer de catégorie I cotés en bourse. Les deux plus grandes compagnies de chemin de fer du Canada, sous sa direction, ont grandement amélioré leur efficacité et leur rentabilité.

Cliquez ici pour obtenir la définition des termes clés utilisés dans cet article.

Article

Internement au Canada

L’internement est le confinement ou la détention forcés d’une personne en temps de guerre. Des opérations d’internement à grande échelle sont menées par le gouvernement canadien au cours de la Première et de la Deuxième Guerres mondiales. Dans les deux cas, la Loi sur les mesures de guerre est invoquée; celle-ci donne au gouvernement le pouvoir de refuser aux personnes leurs libertés civiles, notamment l’habeas corpus (soit le droit à un procès équitable avant la détention). Les gens sont détenus dans des camps disséminés d’un bout à l’autre du pays. Pendant la Première Guerre mondiale, on interne plus de 8 500 personnes; pendant la Deuxième Guerre mondiale, on en interne jusqu’à 24 000, y compris quelque 21 000 Canadiens d’origine japonaise.

Article

Histoire du chemin de fer au Canada

Le développement des chemins de fer à vapeur au 19siècle a révolutionné les transports au Canada et a joué un rôle intégral dans l’édification du pays. Les chemins de fer ont également joué un rôle intégral dans le processus d’industrialisation, dans l’ouverture de nouveaux marchés et dans le rapprochement des régions, tout en créant une demande de ressources et de technologie. La construction de chemins de fer transcontinentaux, comme le Canadien Pacifique, a permis l’établissement de colonies dans l’Ouest, et a joué un rôle important dans l’expansion de la Confédération. Cependant, les chemins de fer ont aussi eu un effet de division, puisque le public a en alternance louangé et critiqué l’implication des gouvernements dans la construction des chemins de fer et l’ampleur des subventions offertes aux compagnies ferroviaires.

Article

Internement des Canadiens d’origine japonaise

L’expulsion et le confinement forcés des Canadiens d’origine japonaise pendant la Deuxième Guerre mondiale figurent parmi les événements les plus tragiques de l’histoire canadienne. Près de 21 000 Canadiens d’origine japonaise sont arrêtés dans leurs demeures sur la côte ouest canadienne, sans procès. Dès le 24 février 1942, environ 12 000 d’entre eux sont envoyés vers des régions éloignées de la Colombie-Britannique et ailleurs. Le gouvernement fédéral les prive de leurs propriétés et en pousse un grand nombre à accepter une déportation massive à la fin de la guerre. Ceux qui restent ne sont autorisés à retourner sur la côte ouest que le 1er avril 1949. En 1988, le gouvernement fédéral présente des excuses officielles pour la façon dont il a traité les Canadiens japonais. Un dédommagement de 21 000 dollars est également versé à chaque survivant, et plus de 12 millions de dollars sont alloués à un fonds communautaire et à des projets de défense des droits de la personne.

événement historique

Décès de l’équipage du CP lors d’un déraillement en C.-B.

Le chef de train Dylan Paradis, l'ingénieur Andrew Dockrell et le stagiaire Daniel Waldenberger-Bulmer ont été tués lorsque leur train de 112 wagons de marchandises a déraillé vers 1 h du matin à l'est de Field, en Colombie-Britannique. En déraillant, le train a fait une chute d’environ 60 mètres dans la rivière Kicking Horse. Selon l'information recueillie, le train roulait à plus du double de la vitesse autorisée. On croit que le froid ou une panne mécanique peut avoir été un facteur. L'accident fait suite au déraillement d’un train de 16 wagons dans le même secteur le 3 janvier 2019 (voir aussi Accidents ferroviaires; Sécurité ferroviaire).

Article

Porteurs de wagons-lits au Canada

Les porteurs de wagons-lits au Canada sont des employés de train qui s’occupent des passagers dans les wagons-lits. Ils ont la tâche de répondre aux besoins des passagers tout au long du voyage en train, notamment en portant les bagages, en préparant les lits, en repassant les vêtements, en cirant les chaussures et en servant les repas et les boissons. La grande majorité des porteurs de wagons-lits sont des hommes noirs et le poste est l’un des seuls qui leur sont offerts au Canada. Bien que le travail génère du respect et du prestige dans les communautés noires, il requiert de longues heures et procure un faible salaire. Les porteurs peuvent être congédiés soudainement et sont souvent la cible de comportements racistes. Les porteurs noirs canadiens forment le premier syndicat noir des chemins de fer en Amérique du Nord (1917) et deviennent membres de la Fraternité des porteurs de wagons-lits en 1939. Les deux regroupements luttent contre le racisme et les défis auxquels sont confrontés les porteurs au travail.

Article

Le dernier crampon

Le dernier crampon du chemin de fer Canadien Pacifique (CFCP) a été enfoncé par le directeur de la compagnie, Donald Smith, au cours d’une cérémonie, le matin du 7 novembre 1885. La cérémonie toute simple, qui marquait l’achèvement du chemin de fer transcontinental du Canadien Pacifique, réunissait un groupe de dirigeants de la compagnie et d’ouvriers à Craigellachie, près du col Eagle, en Colombie-Britannique. Ce crampon de fer, le dernier des 30 millions utilisés pour la construction de la voie, en est venu à symboliser bien plus que l’achèvement d’une voie de chemin de fer. Tout comme les photos de l’événement, il est devenu, aux yeux des contemporains et des historiens, un symbole de l’unification nationale.

Article

Abbotsford

Abbotsford, Colombie‑Britannique, constituée en ville en 1995, population de 141 397 personnes (recensement de 2016), et de 133 497 personnes (recensement de 2011). La ville d’Abbotsford est née de la fusion des municipalités de district de Matsqui et d’Abbotsford. Abbotsford est située sur la rive sud du fleuve Fraser, à 76 km à l’est de Vancouver. La ville doit son nom à Harry Braithwaite Abbott, le directeur des travaux de la partie britanno‑colombienne du Chemin de fer Canadien Pacifique. Abbotsford est la cinquième municipalité la plus peuplée de la Colombie‑Britannique.

Article

Bill Miner

Ezra Allen (Bill) Miner, hors‑la‑loi (né vers 1847 à Bowling Green, dans le Kentucky, aux États‑Unis; décédé le 2 septembre 1913 à Covington, en Géorgie, aux États‑Unis). Bill Miner est considéré comme ayant été le premier voleur de train au Canada; toutefois, 30 ans avant son arrivée au Canada, le 13 novembre 1874, d’autres bandits avaient assailli un train de la Great Western Railway en Ontario. Mais c’est bien lui qui a été le premier à s’attaquer au Chemin de fer du Canadien Pacifique (CP), devenant ainsi un héros hors-la-loi du folklore canadien. Il a été surnommé « The Grey Fox » (le renard gris) et le « Gentleman Bandit » (bandit gentilhomme) en raison de ses bonnes manières lors des attaques à main armée qu’il perpétrait. On lui a également attribué la paternité de l’expression « Hands up! » (Haut les mains).

Article

Revelstoke

Revelstoke, (Colombie-Britannique), constituée en ville en 1899; population de 7547 habitants (recensement de 2016), de 7139 habitants (recensement de 2011). Elle est située sur les bords du fleuve Columbia entre la chaîne Selkirk et la chaîne des Monashee. Elle borde la route Transcanadienne à l'entrée ouest du col Rogers et des parcs nationaux du Mont-Revelstoke et des Glaciers. Revelstoke se trouve sur le territoire traditionnel des peuples Ktunaxa, Sinixt, Secwepemc et Okanagan. (Voir aussi Salish du continent.)

Article

Poisson plat

Les eaux du plateau continental des océans du monde abritent environ 570 espèces de Poissons plats appartenant à 11 familles, mais certaines vivent dans les mers profondes et quelques-unes remontent les cours d'eau.

Éditorial

Vancouver en vedette : La nouvelle ville part en fumée

C’est une journée d’été, sous la canicule, mais une forte brise souffle de l’inlet Burrard. Des ouvriers font brûler du bois qu’ils ont déblayé de terres appartenant au Chemin de fer Canadien Pacifique. Une bourrasque se lève et soudain, les baraquements en bois de la petite ville de Vancouver s’embrasent. Vingt-cinq minutes plus tard, il ne reste plus grand-chose de la ville qui a tout juste deux mois.

Article

Sino-Canadiens

Les Canadiens d'origine chinoise constituent l’une des plus grands groupes ethniques au pays. Lors du recensement de 2016, 1,8 millions de personnes ont déclaré une ascendance ethnique chinoise.  Malgré le rôle important des Sino-Canadiens dans l’économie canadienne, notamment dans la construction du chemin de fer du Canadien Pacifique, beaucoup de Canadiens d’origine européenne ont été traditionnellement hostiles à l’immigration chinoise. De 1885 à 1923, l’immigration chinoise au Canada a été limitée par une taxe d’entrée prohibitive et, entre 1923 et 1947, elle est tout à fait interdite.

Depuis 1900, les Sino-Canadiens se sont essentiellement installés dans les zones urbaines, en particulier à Vancouver et Toronto (voir aussi Quartier chinois de Montréal). Ils ont apporté une contribution à chacun des domaines de la société canadienne, de la littérature à la religion, en passant par les sports, la politique, les droits civiques, la musique, le cinéma, l’économie, la philanthropie et l’éducation.

Article

Sicamous

Sicamous (Colombie-Britannique), constituée en municipalité de district en 1989; population de 2429 habitants (recensement de 2016), de 2441 habitants (recensement de 2011). Sicamous est située à l’extrémité est du lac Shuswap, dans le centre-sud de la Colombie-Britannique, à 140 km à l’est de Kamloops. La localité est implantée à l’ouest des Monashee Mountains, sur une bande de terre étroite, entre les lacs Shuswap et Mara. Elle tire son nom d’un mot de la Première Nation Secwepemc, qui signifie « étroit » ou « serré au milieu ». (Voir aussi Salish du continent)

Article

Golden

Golden (Colombie-Britannique), constituée en ville en 1957, population de 3708 habitants (recensement de 2016), de 3701 habitants (recensement de 2011). Golden est située à la confluence du fleuve Columbia et de la rivière Kicking Horse. Elle est à 260 km à l’ouest de Calgary (Alberta), nichée entre la chaîne Purcell et le parc national des Glaciers à l’ouest, et entre les Rocheuses et le parc national Yoho à l’est. La ville se trouve sur le territoire traditionnel des peuples Ktunaxa et Secwepemc (voir Salish du continent).