Recherche pour "Rachel Notley"

Afficher 1-3 de 3 résultats
événement historique

Le gouvernement fédéral annonce une aide de 1,65 milliard de dollars pour l’industrie pétrolière et gazière

Alors qu’en Alberta, le secteur de l’énergie est durement touché par la surabondance de l’offre et par des prix du brut particulièrement bas, le gouvernement fédéral a annoncé des prêts de 1,5 milliard de dollars en faveur de l’industrie pétrolière et gazière. Le gouvernement a également offert un financement de 100 millions de dollars pour la diversification économique et de 50 millions de dollars pour des projets de « croissance propre ». La première ministre de l’Alberta Rachel Notley a critiqué cette décision en ces termes : « Il y a très peu d’apport d’argent dans ces mesures, il s’agit surtout de prêts. Nous n’avons pas demandé la possibilité de nous endetter davantage… Notre problème, c’est de trouver des débouchés commerciaux pour nos produits. Les décisions du gouvernement fédéral ne s’inscrivent pas dans le type de réactivité que nous devrions avoir. »

événement historique

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, congédie un commissaire qui menait une enquête sur son parti.

Jason Kenney, chef du United Conservative Party (UCP) et nouvellement élu au poste de premier ministre de l’Alberta, a congédié Lorne Gibson, le commissaire provincial aux élections qui enquêtait sur plusieurs infractions présumées qui auraient été commises par l’UCP. Le commissaire avait déjà infligé une amende de plusieurs dizaines de milliers de dollars à l’UCP pour de multiples infractions, notamment pour avoir accepté des dons de campagne illicites et entravé une enquête. La chef du NPD de l’Alberta, Rachel Notley, a qualifié ce licenciement « d’attaque contre la démocratie albertaine ». Plus tard, l’organisme de surveillance Democracy Watch a appelé la GRC à enquêter sur ce congédiement.

Article

Tarification du carbone au Canada

La tarification du carbone fait référence à un coût imposé à la combustion des combustibles fossiles utilisés par l’industrie et les consommateurs. La tarification peut être fixée soit de façon directe, par le biais d’une taxe sur le carbone, soit de façon indirecte, par le biais d’un système de plafonnement et d’échange de droits d’émission. La tarification du carbone vise à établir les coûts publics des émissions de gaz à effet de serre (GES) et à reporter le fardeau des dommages aux émetteurs d’origine, en vue de les contraindre à réduire leurs émissions. En 2016, le premier ministre Justin Trudeau a fait l’annonce d’une politique nationale sur le changement climatique qui comprend un système de tarification du carbone appliqué à l’ensemble du Canada. Les provinces peuvent soit créer leur propre système en vue de respecter les exigences fédérales, soit se voir imposer une taxe fédérale sur le carbone. Neuf provinces et territoires ont leur propre plan de tarification du carbone qui respecte les exigences fédérales. Ottawa a imposé sa propre taxe sur le carbone en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba et en Ontario.