Recherche pour "Raids des fenians"

Afficher 1-7 de 7 résultats
Article

Thomas D'Arcy McGee

Thomas D’Arcy McGee, homme politique, journaliste et poète (né le 13 avril 1825 à Carlingford, comté de Louth, en Irlande ; décédé le 7 avril 1868 à Ottawa, en Ontario). Thomas D’Arcy McGee s’est consacré à la cause de la libération nationale de l’Irlande. Cela l’a incité à soutenir une doctrine anti-britannique révolutionnaire dans ses jeunes années. Il finit toutefois par devenir un ardent défenseur de la monarchie constitutionnelle britannique et un des pères de la Confédération. Il a été un défenseur des droits des minorités à une époque où la politique de l’identité ethnique et religieuse est extrêmement tendue. Orateur public incroyablement éloquent, Thomas D’Arcy McGee a été un défenseur passionné des intérêts canadiens. Ce drastique revirement politique l’a toujours rendu très impopulaire auprès des nationalistes irlandais, en particulier les Fenians, et il est assassiné en 1868.

Article

Joseph Lewis

Joseph Lewis, aussi appelé Levi Johnston, Lewes et Louis, négociant de fourrures (né vers 1772–1773 à Manchester, dans le New Hampshire; mort en 1820 dans le district de Saskatchewan). Joseph Lewis était un négociant de fourrures noir, originaire des États-Unis, qui a participé aux débuts de l’expansion de l’industrie de la fourrure à la fin du 18e et au début du 19e siècles. Il est une des rares personnes noires engagées dans la traite des fourrures dont le nom est attesté dans les sources. Joseph Lewis est aussi le premier Noir à avoir vécu dans le territoire actuel de la Saskatchewan et, vraisemblablement, en Alberta.

Article

Fenians

Les fenians étaient membres d’un mouvement du milieu du 19e siècle visant à assurer l’indépendance de l’Irlande vis-à-vis de la Grande-Bretagne. Ils constituaient une organisation secrète et interdite dans l’Empire britannique, où ils étaient connus sous le nom de Fraternité républicaine irlandaise. Ils opéraient librement et ouvertement aux États-Unis sous le nom de Fraternité feniane. Éventuellement, les deux branches ont adopté le nom de « Fenians ». Ils ont lancé une série de raids armés en sol canadien entre 1866 et 1871. Bien que principalement établi aux États-Unis, ce mouvement a été très présent au Canada.

Article

Bataille de Ridgeway

La bataille de Ridgeway (aussi connue sous le nom de bataille de Lime Ridge ou bataille de Limestone Ridge) a lieu le matin du 2 juin 1866, près du village de Ridgeway et de la commune de Fort Erie, au Canada-Ouest (l’actuel Ontario). Environ 850 soldats canadiens ont fait face à 750 à 800 fenians, des insurgés irlando-américains ayant franchi la rivière Niagara depuis Buffalo, dans l’État de New York. Il s’agit de la première bataille de l’ère industrielle ayant été menée exclusivement par des troupes canadiennes sous le commandement d’officiers canadiens. La bataille de Ridgeway est la dernière bataille ayant été menée sur le territoire de l’Ontario contre une force d’invasion étrangère. Son champ de bataille a été désigné site historique national en 1921.

Article

Raids des fenians

Les fenians sont une société secrète de patriotes irlandais qui ont émigré aux États-Unis. Certains membres de ce mouvement ont tenté de prendre par la force une partie du territoire canadien afin de l’échanger à l’Angleterre contre leur indépendance. De 1866 à 1871, les fenians ont monté de nombreuses petites attaques armées qui ont toutes été stoppées par les forces du gouvernement. Des dizaines de personnes ont été tuées ou blessées dans les deux camps. Les raids ont dévoilé les failles dans la direction, la structure et la formation de la milice canadienne et ont mené à leur amélioration. Les raids ont eu lieu à un moment où la menace militaire et économique américaine inquiète. Ceci a permis à la Confédération de gagner en popularité.

Article

Traite des fourrures au Canada

La traite des fourrures est une vaste entreprise commerciale dans l’étendue sauvage et boisée de ce que l’on connaît maintenant comme le Canada. Elle est à son apogée pendant près de 250 ans, des tout premiers débuts du 17siècle jusqu’au milieu du 19siècle. Soutenu principalement par le piégeage de castors pour subvenir à la demande européenne de chapeaux de feutre, ce commerce à forte concurrence ouvre les portes de l’exploration et de l’établissement sur le continent, appuie les œuvres missionnaires, établit des liens sociaux, économiques et coloniaux entre les Européens et les Autochtones et joue un rôle déterminant dans la création et le développement du Canada.

(Ce texte est l’article complet sur la traite des fourrures. Si vous souhaitez en lire un résumé en termes simples, veuillez consulter : Traite des fourrures au Canada (résumé en termes simples).)