Recherche pour "Salish"

Afficher 1-13 de 13 résultats
Article

Chien laineux des peuples salish

Le chien laineux des peuples salish a joué un rôle important dans la vie des Salish de la côte sur l’île de Vancouver, au détroit de Georgia et dans l’État de Washington. Son poil est alors notamment utilisé pour tisser des vêtements et des couvertures. En raison de la présence grandissante des colons européens et de leur laine de mouton filée à la machine, la population de chiens laineux des peuples salish est en décroissance dans les années 1800, puis s’éteint vers 1900.

Article

Squamish

À l'origine, la région est habitée par les Squohomish, une tribu des Salish de la côte. Squamish, mot autochtone signifiant « vent fort », fait allusion aux vents forts du détroit de Howe. Les premiers colons européens s'établissent dans la vallée de Squamish vers 1888.

Article

Kelowna

Kelowna, en Colombie-Britannique, a été constituée en tant que ville en 1905 ; population 127 380 (recensement de 2016), 117 312 (recensement de 2011). La ville de Kelowna est située au centre-sud de la Colombie-Britannique, sur la rive est du lac Okanagan.

Article

Chilliwack (C.-B.)

Chilliwack, Colombie-Britannique, population 83 788 (recensement de 2016), 77 936 (recens. 2011) ; ville établie en 1999. La ville de Chilliwack est située à 100 km à l’est de Vancouver, sur la rive sud du fleuve Fraser. Le district est géré par un maire et six conseillers élus pour des mandats de quatre ans. Le nom de la municipalité vient du mot ts’elxwéyeqw. Selon l’aîné Albert Louie, en halq’eméylem, soit la langue traditionnelle des Stó:lô, ce mot signifie « remonter aussi haut que possible » la rivière Chilliwack en canot.

Article

Salish de la côte centrale

Les Salish de la côte centrale occupent encore aujourd’hui les territoires qu’ils habitaient historiquement autour de la vallée du Bas-Fraser et sur la partie sud-est de l’île de Vancouver au Canada. Ces peuples incluent les Squamish, les Klallum, les Halkomelem et les peuples des détroits du Nord.

Article

Salish de la côte

Historiquement, le peuple salish de la côte a occupé les territoires le long du littoral nord-ouest du Pacifique au Canada et aux États-Unis. Bien que chaque nation soit différente, les peuples salish de la côte cultivent généralement des liens de parenté étroits et établissent des partenariats politiques, environnementaux ainsi que des traités.

Article

100 Mile House

100 Mile House, incorporée comme municipalité de district de la Colombie-Britannique en 1991, population 1980 (recensement de 2016), 1886 (recensement de 2011). Le district de 100 Mile House est situé au sud de la région Cariboo, dans le centre-sud de la Colombie-Britannique, au bord de la route 97. Il se trouve à 456 km au nord-est de Vancouver.

Article

North Vancouver

North Vancouver, ville de la Colombie-Britannique ; population 45 165 (recens. 2006), 44 092 (recens. 2001) et municipalité de district ; population 82 562 (recens. 2006), 82 310 (recens. 2001); située dans le sud-ouest de la province, à côté de la ville de VANCOUVER.

Article

Salish du continent

Les Salish du continent sont composés des Lillooets (voir Lillooet, C.-B.), des Shuswaps (maintenant appelés Secwepemc), des Thompsons (maintenant appelés Nlaka'pamux) et des Okanagans. Ce sont les quatre Premières Nations se trouvant dans les terres intérieures de la Colombie-Britannique (le territoire okanagan s’étend toutefois jusque dans l’État de Washington, aux États-Unis) et dont les langues appartiennent au groupe salish de l’intérieur de la famille linguistique salish. Lors du recensement de 2016 au Canada, 5620 personnes se sont identifiées comme étant des locuteurs salish, dont 1290 qui parlent shuswap (secwepemctsin). (Voir aussiLangues autochtones au Canada.)

Article

Ruées vers l'or

Les ruées vers l’or ont eu lieu du milieu jusqu’à la fin du 19e siècle, et principalement le long de la côte ouest de l’Amérique du Nord, de la Californie à l’Alaska. Au Canada, les événements clés incluent les ruées vers l’or du fleuve Fraser, de Cariboo et de Klondike, ainsi que la guerre du canyon du Fraser et l’établissement de la Colombie-Britannique comme colonie en 1858. La production mondiale de l’or a triplé entre 1848 et 1898, bien que ceci ait eu relativement peu d’impact sur l’économie canadienne. Les ruées vers l’or ont ouvert les grands territoires à l’exploitation permanente des ressources et au peuplement par les Blancs. Elles ont aussi entraîné le déplacement et la marginalisation de nombreuses communautés autochtones dans la région (voir aussi Peuples autochtones de la côte nord-ouest; Salish de la côte centrale).

Article

Guerre du canyon du Fraser

La guerre du fleuve Fraser (ou guerre du canyon du Fraser) est une guerre qui a été menée principalement par des chercheurs d’or américains blancs contre le peuple Nlaka’pamux du canyon du fleuve Fraser au cours de l’été 1858. La guerre a éclaté quand les chercheurs d’or, arrivés dans la foulée de la Ruée vers l’or du fleuve Fraser, en juin 1858, ont interprété des attaques sporadiques de Nlaka’pamux qui défendaient leurs territoires comme un effort coordonné pour les chasser de force de leurs concessions. Mus par l’attrait de l’or et convaincus de leur droit de disposer des territoires et ressources des peuples autochtones, les chercheurs d’or américains ont formé des compagnies militaires et mené des attaques violentes contre les communautés nlaka’pamux. La guerre s’est terminée le 21 août 1858, quand les Nlaka’pamux et les chercheurs d’or ont décidé de faire une trêve. Sous la menace d’autres violences, les Nlaka’pamux ont accepté de donner aux chercheurs d’or accès à leurs territoires et ressources, mettant immédiatement fin à la guerre. Le conflit présente des similitudes avec la guerre de Chilcotin de 1864, un autre conflit entre des peuples autochtones et des nouveaux arrivants dans l’histoire coloniale de la Colombie-Britannique.