Recherche pour "Thunder Bay"

Afficher 1-20 de 20 résultats
Article

Geraldton

Geraldton, centre de population, population 1 828 (recensement 2016), 1 810 (recensement 2006). Incorporée comme ville en 1937, Geraldton a été fusionnée avec plusieurs autres communautés afin de créer la municipalité de Greenstone. Située dans le nord-ouest de la province, le long de la ligne du chemin de fer du Canadien National, à 282 km au nord-est de Thunder Bay. Établie au début des années 30 lors de la ruée vers l'or du lac Little Long, la ville doit son nom à ses deux cofondateurs, les entrepreneurs miniers J.S. FitzGerald et Joseph Errington. La localité est constituée en tant que ville en 1937.

événement historique

Le service de police de Thunder Bay accusé de racisme systémique

Une enquête de deux ans, menée par le Bureau du directeur indépendant de l’examen de la police (BDIEP), a abouti à la conclusion que « le racisme systémique et la négligence » étaient monnaie courante dans le service de police de Thunder Bay, ajoutant que cet état d’esprit avait entravé le bon déroulement des enquêtes menées sur le décès de neuf hommes autochtones. Le rapport recommandait également la mise en place de tests psychologiques dans le cadre du recrutement de futurs policiers, en vue d’éliminer ceux faisant preuve d’une attitude raciste. Le jour où le rapport a été publié, le magazine Maclean’s a décerné à Thunder Bay le titre de « ville championne canadienne des crimes haineux » et a publié un article intitulé « Il faut faire quelque chose à propos de la police de Thunder Bay ».

Article

Thunder Bay

Thunder Bay, ville de l’Ontario constituée en 1970; population de 107 909 (recensement de 2016), 108 359 (recensement de 2011). La ville de Thunder Bay est créée par la fusion des villes de Fort William et de Port Arthur ainsi que des cantons de Neebing et McIntyre. Elle est située au nord-ouest de l’Ontario, sur la rive ouest d’une baie du lac Supérieur qui porte le même nom. Thunder Bay se trouve sur les terres ancestrales des Anishinaabeg et est comprise dans le territoire visé par le traité Robinson-Supérieur. Le port de Thunder Bay constitue le terminus occidental canadien de la voie maritime du Saint-Laurent vers les Grands Lacs. Les rochers, les lacs et les forêts du Bouclier canadien dominent l’aspect géographique de la région. Les communautés environnantes, dont l’économie repose sur le tourisme et sur certains types d’exploitation des ressources, se tournent vers Thunder Bay pour de nombreux services.

Article

Pro Pelle Cutem

Pro pelle cutem (expression latine signifiant « peau pour peau » est la devise traditionnelle de la Compagnie de la Baie d’Hudson [CBH]. Elle a été adoptée peu après que la compagnie a reçu sa charte en 1670, et a été incorporée dans les armoiries de la CBH, à part une brève période de changement d’image de marque entre 2002 et 2013.

Article

Churchill

Churchill, Manitoba; constituée en ville en1997; population de899personnes au recensement de2016 et de813personnes au recensement de2011. La ville de Churchill est située à l’embouchure de la rivière Churchill sur la rive sud‑ouest de la baie d’Hudson. La rivière a été nommée ainsi en l’honneur de lord Churchill, qui deviendra le premier duc de Marlborough.

Article

Peter Bostonais Pangman

Peter (ou Pierre) Bostonais Pangman, chef métis, chasseur de bison (né le 20 octobre 1791 dans la région de la vallée de la rivière Saskatchewan Nord, aujourd’hui en Alberta; décédé le 4 mars 1850 à St. François Xavier, aujourd’hui au Manitoba). Peter Bostonais Pangman est un habile chasseur qui aide à approvisionner en viande de bison la colonie de la rivière Rouge. Il joue un rôle actif dans les guerres du pemmican et les événements entourant la bataille de la Grenouillère. Dans le cadre de la traite des fourrures à Pembina, Peter Bostonais Pangman est un personnage central qui rallie et inspire les Métis de la vallée de la rivière Rouge à se percevoir et à s’exprimer avec une identité distincte des peuples autochtones voisins. Le nom Bostonais s’écrit aussi Bastonnais et Bostonnais.

Article

Naujaat

Naujaat, au Nunavut, constitué en tant que hameau en 1978, population 1 082 (recensement de 2016), 945 (recensement de 2011). Le hameau de Naujaat est situé sur la rive nord de la baie Repulse, qui se trouve sur la rive sud de l’isthme de Rae. Pendant un certain temps, Naujaat a été connu sous le nom de Repulse Bay.

Article

John Rowand

John Rowand, agent principal de la Compagnie de la Baie d’Hudson, commerçant de fourrures (né vers 1787 à Montréal ; décédé le 30 mai 1854 à Fort Pitt). John Rowand a été commerçant de fourrures pour la Companie du Nord-Ouest (CNO) et la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH). En 1826, il est nommé au poste d’agent principal de la CBH à Fort Edmonton.

Article

Fort Nelson

Fort Nelson, ville de la Colombie-Britannique; population 3 366 (recens. 2016), 3 561 (recens. 2011). Fort Nelson est le centre de service pour la municipalité régionale de Northern Rockies. La municipalité régionale de Northern Rockies est constituée d’un certain nombre de communautés, dont Fort Nelson est la plus grande. Fort Nelson est située dans le nord-est de la Colombie-Britannique, au confluent de trois rivières : Muskwa, Prophet et Chef-Sikanni. Ensemble, ces rivières  deviennent la rivière Fort Nelson à 387 km au nord de Fort St. John. La ville doit son nom à Horatio Nelson, amiral britannique que la bataille de Trafalgar a rendu célèbre. Incorporée comme ville en 1987, Fort Nelson fait partie de la municipalité régionale de Northern Rockies en 2009.

Article

Traite des fourrures

Pendant près de 250 ans, des tout premiers débuts du XVIIe siècle jusqu’au milieu du XIXe siècle, la traite des fourrures est une vaste entreprise commerciale dans l’étendue sauvage et boisée de ce que l’on connaît maintenant comme le Canada.

Article

Baie d'Hudson

La baie d'Hudson est une vaste mer intérieure de 822 324 km2 qui pénètre profondément dans le Nord-Est du Canada.

Article

Compagnie de la Baie d'Hudson

La Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH), constituée le 2 mai 1670, est la société commerciale constituée par actions la plus vieille du monde anglophone. Pendant la plus grande partie de son histoire, la CBH est une entreprise de commerce des fourrures, un passé étroitement lié à la colonisation de l’Amérique du Nord britannique et au développement du Canada. L’entreprise possède et exploite des boutiques et magasins au Canada, aux États-Unis, en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne. D’abord basée à Londres, en Angleterre, CBH a aujourd’hui son siège social à Brampton, en Ontario. Depuis 2008, CBH appartient à NRDC Equity Partners, une firme américaine d’investissement privé. Le groupe exploite les détaillants suivants : La Baie d’Hudson, Lord & Taylor, Saks Fifth Avenue, Saks OFF 5TH, Galeria Kaufhof, Sportarena et Galeria INNO. En 2017, CBH enregistre des revenus de 14,34 milliards de dollars et possède des actifs évalués à 12,2 milliards de dollars. À la Bourse de Toronto, l’entreprise publique est listée sous le sigle HBC.

Article

Ruée vers l'or du fleuve Fraser

En 1858, environ 30 000 chercheurs d’or ont envahi les rives du fleuve Fraser de Hope jusqu’au nord de Lillooet dans la première ruée vers l’or significative de l’histoire de Colombie-Britannique. Bien qu’elle se soit dissipée vers la moitié des années 1860, la ruée vers l’or du fleuve Fraser a eu des impacts significatifs sur les peuples autochtones de la région et a entraîné la guerre du canyon du fleuve Fraser. La crainte que l’arrivée massive de mineurs américains n’amène les États-Unis à annexer le territoire britannique non-souverain connu sous le nom de New Caledonia a aussi entraîné la fondation de la Colombie-Britannique en tant que colonie le 2 août 1858 (voir La ruée vers l’or de la rivière Fraser et la création de la Colombie-Britannique). Au milieu des années 1860, la ruée vers l’or du fleuve Fraser a pris fin et la Colombie-Britannique a plongé dans la récession.

Article

Guerre du canyon du Fraser

La guerre du fleuve Fraser (ou guerre du canyon du Fraser) est une guerre qui a été menée principalement par des chercheurs d’or américains blancs contre le peuple Nlaka’pamux du canyon du fleuve Fraser au cours de l’été 1858. La guerre a éclaté quand les chercheurs d’or, arrivés dans la foulée de la Ruée vers l’or du fleuve Fraser, en juin 1858, ont interprété des attaques sporadiques de Nlaka’pamux qui défendaient leurs territoires comme un effort coordonné pour les chasser de force de leurs concessions. Mus par l’attrait de l’or et convaincus de leur droit de disposer des territoires et ressources des peuples autochtones, les chercheurs d’or américains ont formé des compagnies militaires et mené des attaques violentes contre les communautés nlaka’pamux. La guerre s’est terminée le 21 août 1858, quand les Nlaka’pamux et les chercheurs d’or ont décidé de faire une trêve. Sous la menace d’autres violences, les Nlaka’pamux ont accepté de donner aux chercheurs d’or accès à leurs territoires et ressources, mettant immédiatement fin à la guerre. Le conflit présente des similitudes avec la guerre de Chilcotin de 1864, un autre conflit entre des peuples autochtones et des nouveaux arrivants dans l’histoire coloniale de la Colombie-Britannique.

Éditorial

La ruée vers l’or de la rivière Fraser et la création de la Colombie-Britannique

L’année 1858 est la plus importante dans l’histoire de la Colombie-Britannique. Une ruée vers l’or, qui a débuté ce printemps-là, a déclenché une chaîne d’événements dont le point culminant a été, une douzaine d’années plus tard, l’adhésion de la Colombie-Britannique à la nouvelle fédération canadienne.