Recherche pour "exploration"

Afficher 1-17 de 17 résultats
Article

Histoire de la cartographie au Canada

La cartographie est l’art, la science et la technique qui consiste à établir des cartes, des plans, des tracés et des globes représentant la Terre ou tout autre corps céleste à diverses échelles. Depuis des millénaires, les documents cartographiques sont employés comme moyens de communication par différentes cultures. La carte la plus ancienne, exécutée en 2300 avant notre ère sur une tablette d’argile, a été découverte au Moyen-Orient. Au Canada, les peuples autochtones dessinent des cartes sur le sol et dans la neige, et les consignent parfois sur des matériaux comme des peaux ou de l’écorce. Au 16e siècle, les cartes sont approximatives et conjecturales. Celles du régime français se précisent dans les régions mieux connues. Après 1800, l’utilisation répandue du sextant et des nouvelles techniques astronomiques qui déterminent la longitude, par exemple, en utilisant le chronomètre marin, comble les plus importantes lacunes. Au 20e siècle, les techniques cartographiques se perfectionnent davantage au Canada.

Cet article présente un bref historique de la cartographie au Canada. Pour en savoir plus, veuillez consulter Cartographie au Canada : cartographie autochtone; Cartographie au Canada : années 1500; Cartographie au Canada : 1600-1763; Cartographie au Canada : 1763-Deuxième Guerre mondiale; Cartographie au Canada : cartographie depuis la Deuxième Guerre mondiale; Système national de référence cartographique; Les levés cadastraux.

Article

Henry Hudson

Henry Hudson, marin et explorateur (né vers 1570 en Angleterre; disparu en 1611). Henry Hudson figure sur la longue liste des explorateurs qui ont cherché en vain un passage dans les eaux de l’Arctique vers l’Europe et l’Asie orientale. D’après les historiens, il a entrepris quatre expéditions, soit en 1607, en 1608, en 1609 et en 1610-1611. Bien qu’il n’ait jamais trouvé un tel passage, la baie d’Hudson et le détroit d’Hudson, au Canada, de même que le fleuve Hudson, dans l’État américain de New York, ont été baptisés en son honneur. Il est disparu en juin 1611, avec son fils et sept compagnons, après avoir été abandonné à la dérive dans une embarcation dans le cadre d’une mutinerie de son équipage dans la baie James. (Voir aussi Passage du Nord-Ouest; Exploration de l’Arctique.)

Article

Cartographie au Canada : années 1500

La plupart des cartes créées dans les années 1500 qui se rapportent au Canada sont manuscrites, souvent sans date et anonymes. Elles sont dressées par des cartographes européens plutôt que par des explorateurs. Puisque les cartographes travaillent avec une documentation limitée, les cartes sont parfois un curieux mélange de données anciennes et récentes tirées de sources non identifiées. L’étude des premières cartes du Canada fait donc face à des incertitudes. (Voir aussi Histoire de la cartographie au Canada.)

Article

Cartographie au Canada : 1600–1763

La cartographie au Canada commence dans les années 1600 avec les travaux de Samuel de Champlain. En 1613, il produit la première carte d’allure moderne de l’est du Canada et, en 1632, il crée ses cartes les plus complètes. Pendant la majorité des années 1600 et 1700, les Français sont les principaux cartographes de ce qui allait devenir le Canada. Parmi les exceptions importantes, on compte les cartes de l’Arctique réalisées par les Anglais (voir aussi Cartographie au Canada : années 1500) et le travail de cartographie de la baie d’Hudson effectué notamment par Henry Hudson. La guerre de Sept Ans (1756-1763) interrompt l’activité cartographique au Canada.

Article

Leif Eriksson

Leif Eriksson (du vieux norrois Leifr Eiríksson, ou Leifr hinn heppni, Leif le chanceux), explorateur, chef (né dans les années 970 EC en Islande; décédé entre 1018 et 1025 au Groenland). Leif Eriksson est l’un des premiers Européens à avoir exploré la côte est de l’Amérique du Nord, y compris les régions qui font aujourd’hui partie de l’Arctique et des provinces de l’Atlantique. À la mort de son père, Érik le Rouge, Leif Eriksson devient le chef suprême de la colonie scandinave du Groenland. Les deux principaux écrits qui lui font référence sont La Saga des Groenlandais et La Saga d’Érik le Rouge. Il est également mentionné dans La Saga d’Olaf Tryggvason et La Saga de Saint Olaf.

Article

Érik le Rouge

Érik le Rouge (Eiríkr rauða en vieux norrois et Eiríkur rauði en islandais moderne, ou Erik Thorvaldsson), colonisateur, explorateur, chef (né dans le district de Jæren, en Norvège; décédé vers l’an 1000 à Brattahlid, au Groenland). Colon islandais aux moyens modestes, bani de son pays pour avoir participé à une violente rixe, Érik le Rouge se crée une nouvelle réputation en explorant le Groenland et y fonde le premier village scandinave. Un de ses fils, Leif Eriksson, dirige quelques-unes des premières explorations européennes de la côte est de l’Amérique du Nord, y compris des régions qui font aujourd’hui partie de l’Arctique et des provinces de l’Atlantique.

Article

Rupert du Rhin

Le prince Rupert du Rhin, duc de Cumberland, commandant militaire, corsaire, administrateur, artiste, scientifique, premier gouverneur de la Compagnie de la Baie d’Hudson et membre fondateur de la Royal African Company (né le 17 décembre 1619 à Prague, en Bohême [actuelle République tchèque]; décédé le 29 novembre 1682 à Londres, en Angleterre [actuel Royaume-Uni]). Neveu du roi Charles Ier d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande, Rupert a été général de cavalerie et corsaire pendant les guerres civiles anglaises (1642-1651). Il a été le premier parent proche d’un monarque anglais à traverser l’océan Atlantique. Après la restauration de la monarchie anglaise en 1660, Rupert a présenté Pierre-Esprit Radisson et Médard Chouart des Grosseilliers à son cousin le roi Charles II et a persuadé celui-ci d’accorder une charte royale à la Compagnie de la Baie d’Hudson. La Terre de Rupert et la ville de Prince Rupert, en Colombie-Britannique, sont nommées en l’honneur du prince Rupert du Rhin.

Article

Ressources pour la 7e année : Histoire

Cette page offre des ressources qui se rapportent aux sujets abordés dans le curriculum d'Ontario. La liste ci-dessous lie directement aux ressources bilingues d’Historica Canada. Recherchez dans l'Encyclopédie canadienne afin de trouver plus d’articles sur des sujets spécifiques. N'hésitez pas à télécharger, imprimer et partager nos ressources avec d'autres personnes qui pourraient les trouver utiles.

Article

Commerçants de fourrures noirs au Canada

Le rôle des personnes noires dans l’histoire de la traite de fourrures est rarement pris en compte. Peu d’entre elles avaient la possibilité d’écrire et de diffuser leur histoire, ce qui est attribuable à un ensemble de facteurs complexes, notamment le racisme et un accès limité à l’alphabétisme. Peu de documents historiques se penchent sur le rôle joué par les personnes noires. Toutefois, les historiens ont réussi à identifier plusieurs commerçants de fourrures noirs remplissant différents rôles, ainsi qu’une famille entière ayant marqué l’histoire.

Article

Karlsefni

Thorfinn Karlsefni (Þorfinnr Karlsefni en vieux norrois), explorateur et marchand (né vers 980‑995 de notre ère en Islande; année de décès inconnue). Né Thorfinn Thordarson, cet aristocrate islandais, riche propriétaire de navires marchands, a dirigé l’une des expéditions vikings au Vinland, une région située sur le territoire du Canada atlantique actuel. On l’appelle généralement par son surnom, Karlsefni, qui signifie « l’étoffe d’un homme ». Il est présent dans plusieurs sources historiques. Un long passage de la Saga des Groenlandais lui est consacré, et il est le principal sujet de la Saga d’Erik le Rouge. Il existe également de courts récits dans des manuscrits rédigés en vieux norrois connus sous les appellations de codex d’Arni Magnusson 770b et codex Vellum no 192.