Recherche pour "vaccination"

Afficher 1-20 de 25 résultats
Article

Leone Norwood Farrell

Leone Norwood Farrell, biochimiste et microbiologiste (née le13 avril 1904 à Monkland, en Ontario; morte le 24 septembre 1986 à Toronto). Elle a été une pionnière du développement des vaccins. Elle est particulièrement connue pour sa « méthode de Toronto », qui a rendu possible la production à grande échelle du vaccin contre la polio de Salk au début des années 1950. Son travail en la matière a suivi ses innovations dans la production du vaccin contre la coqueluche et la pénicilline.

Article

La grippe H1N1 de 2009 au Canada

Du mois d’avril au mois de décembre 2009, le Canada a connu une épidémie de grippe A (H1N1). Le virus a commencé en Amérique du Nord et s’est propagé vers de nombreux pays, créant une pandémie mondiale. Ce nouveau type de grippe était différent de la grippe saisonnière typique, et ses effets étaient beaucoup plus graves. À travers le monde, on confirme que plus de 18 000 personnes sont décédées des suites de la grippeH1N1, dont 428 Canadiens. Les estimations basées sur des modèles statistiques ont calculé que le nombre mondial de décès est en fait beaucoup plus élevé. Il est possible que les totaux soient dans les centaines de milliers. La pandémie de grippeH1N1 a mis à l’épreuve les améliorations que le Canada avait faites à son système de santé publique après l’épidémie de SRAS de 2003. Dans l’ensemble, elle a révélé une réponse plus efficace, et plus coordonnée.

Cliquez ici pour les définitions des termes clés utilisés dans cet article.

événement historique

Le système de santé de la Saskatchewan est au bord de l’effondrement

Deux mois et demi après l’abolition de toutes les restrictions de santé publique, le système de soins de santé de la Saskatchewan est débordé par les cas de COVID-19 hospitalisés aux soins intensifs. Les opérations chirurgicales non urgentes sont annulées et les greffes d’organes sont reportées, les ambulanciers devant souvent attendre jusqu’à 17 heures pour admettre des patients dans les hôpitaux déjà remplis à pleine capacité. Le nombre de cas d’hospitalisations liés à la COVID-19 a doublé au cours du dernier mois dans la province, où le taux de vaccination est un des plus bas au pays.

événement historique

événement historique

Les provinces imposent à nouveau des restrictions en raison de la montée d’Omicron

Les provinces et les territoires réduisent à nouveau la capacité de certains endroits et appliquent d’autres mesures de santé publique pour limiter la propagation du variant Omicron de la COVID-19. À ce moment-là, même si une personne entièrement vaccinée est protégée à 70 % contre les infections symptomatiques du variant Delta, elle l’est seulement à 30 % pour Omicron. Le Québec signale d’ailleurs un nouveau record, avec 4 571 infections en un seul jour.

Article

Pandémie de COVID-19 au Canada

La COVID-19 est un syndrome respiratoire aigu sévère provoqué par un nouveau type de coronavirus, le SRAS-CoV-2, qui a fait son apparition en 2019. Responsable des premiers cas de la maladie en Chine, ce virus s’est propagé rapidement dans le monde entier. En date de 25 septembre 2022, la pandémie de COVID-19 a causé plus de 612 millions de cas confirmés et plus de 6,5 millions de décès dans le monde, dont plus de 4,2 millions de cas et 44 992 décès au Canada. Il s’agit de l’une des pandémies les plus mortelles de l’histoire de l’humanité, ainsi que l’une des plus perturbatrices et transformatrices à bien des égards, particulièrement sur le plan économique et social.

Veuillez cliquer ici pour les définitions des termes clés utilisés dans cet article.

Ce texte est l’article intégral sur la pandémie de COVID-19 au Canada. Si vous souhaitez lire un résumé en langage simple, veuillez consulter : Pandémie de COVID-19 au Canada (résumé en langage simple).

événement historique

L’Ontario suspend l’utilisation du vaccin AstraZeneca

La province de l’Ontario annonce qu’elle interrompt l’utilisation du vaccin AstraZeneca en raison de préoccupations entourant un trouble de la coagulation sanguine, rare mais potentiellement mortel, induit par ce vaccin. Cette province enregistre plus de 900 000 injections réalisées en date du 8 mai. Huit cas de ce trouble sont répertoriés en Ontario, et au moins quatre supplémentaires dans le reste du pays. Trois personnes décèdent des suites de ce trouble.

événement historique

L’Alberta annonce une nouvelle politique sur la COVID-19

Malgré une augmentation marquée du nombre de cas de COVID-19 en Alberta depuis que la province a levé les restrictions de santé publique le 1er juillet, la médecin hygiéniste en chef d’Alberta, la Dr Deena Hinshaw, annonce de nouveaux allègements des restrictions. Puisque 65 % des personnes éligibles sont vaccinées contre la COVID-19 en Alberta, le ministre de la Santé Tyler Shandro affirme que la levée d’une grande partie des restrictions restantes est une étape inévitable. Toutefois, plusieurs critiquent cette décision. Noel Gibney, professeur émérite de l’Université de l’Alberta, déclare que cela « va à l’encontre de tous les principes de base en santé publique » et n’a « absolument aucun sens au plan médical ».

Article

Le Canada et la mise au point du vaccin contre la polio

Au cours de la première moitié du 20e siècle, la poliomyélite, aussi appelée polio ou maladie paralysante, a touché le Canada plus sérieusement que nulle part ailleurs. Les épidémies de polio successives ont atteint un sommet en 1953. Heureusement, avant ce moment-là, les chercheurs des laboratoires de recherche médicale Connaught de l’ Université de Toronto ont fait des découvertes majeures qui ont permis au chercheur et virologue américain Jonas Salk de créer le premier vaccin contre la polio. Les laboratoires Connaught ont également résolu le problème que représentait alors la production de vaccins à grande échelle. Le Canada a aussi joué un rôle important dans la mise au point du vaccin oral contre la polio et dans les efforts internationaux pour éradiquer cette maladie.

Cliquez ici pour obtenir la définition des mots-clés utilisés dans cet article.

Article

Judie Alimonti

Judie Barbara Alimonti, immunologiste (née le 13 mars 1960, à Kelowna, en Colombie‑Britannique; décédée le 26 décembre 2017, à Ottawa, en Ontario). Judie Alimonti a apporté une contribution notable à l’une des plus grandes réalisations du Canada dans le domaine des sciences médicales et de la santé publique, à savoir la mise au point du vaccin contre le virus Ebola. (Voir aussi Recherche médicale.) De 2010 à 2015, Judie Alimonti a géré le projet de vaccin contre le virus Ebola, à une époque où la recherche était sous‑financée. Elle n’a pas reçu, de son vivant, la reconnaissance qu’elle méritait pour son travail, ses collègues l’ayant même qualifiée d’héroïne méconnue de l’histoire du vaccin contre le virus Ebola.

Article

Vaccins contre la COVID-19

Au début de 2020, alors que la pandémie de COVID-19 prenait de l’ampleur, le développement et le déploiement d’un vaccin sécuritaire et efficace en un à deux ans semblaient très peu probables. Jusqu’à ce moment-là, jamais un vaccin contre un nouveau virus n’avait été conçu durant une pandémie, et il n’existait encore aucun vaccin autorisé pour prévenir les infections par le coronavirus chez l’humain. Malgré cela, le premier vaccin contre la COVID-19 a été approuvé en décembre 2020, soit environ un an après la signalisation des premiers cas. En juillet 2021, on comptait plus de 30 vaccins contre la COVID-19 approuvés pour un usage public par au moins une autorité réglementaire nationale. Cette avancée était attribuable aux nombreuses décennies de recherche sur les coronavirus et sur la technologie des vaccins, notamment sur l’utilisation de l’acide ribonucléique messager (ARNm), ainsi qu’à d’importants investissements gouvernementaux, et à une collaboration sans précédent entre les gouvernements, les laboratoires de recherche universitaire, les compagnies pharmaceutiques et les organisations de santé internationales. Plusieurs scientifiques canadiens ont joué un rôle important dans les éléments clés la recherche qui a mené au développement des vaccins à ARNm de Pfizer et de Moderna.

Veuillez cliquer ici pour les définitions des termes clés utilisés dans cet article.

événement historique

Le Canada établit un record du nombre de doses de vaccin administrées en une journée

Un total de 26 771 doses de vaccin contre la COVID-19 – 978 premières doses et 25 793 deuxièmes doses – est administré dans une clinique de vaccination de masse installée au Scotiabank Arena de Toronto. Ce nombre de vaccinations établit un record pour le Canada et l’Amérique du Nord, et possiblement un record mondial. Le maire de Toronto, John Tory, proclame cette journée le Toronto Vaccine Day (jour de la vaccination à Toronto).

événement historique

L’Alberta déclare l’état d’urgence en raison de la COVID-19

Avec plus de 18 000 cas actifs de COVID-19 – le taux le plus élevé de toutes les provinces –, le premier ministre de l’Alberta Jason Kenney déclare un état d’urgence en santé publique. Le nombre d’admissions aux soins intensifs (212) constitue un record pour la pandémie au Canada. Près de 90 % des patients aux soins intensifs sont non vaccinés. Le 30 septembre, on dénombre 247 cas de COVID-19 aux soins intensifs dans la province. Celle-ci commence à recevoir du personnel médical d’urgence de la Croix rouge, des Forces armées canadiennes et de Terre-neuve-et-Labrador.

Article

Vaccination et réticence à la vaccination au Canada

La vaccination consiste à introduire un vaccin dans le corps d’une personne, afin qu’elle soit immunisée contre une maladie. La réticence à la vaccination est le refus ou l’acceptation tardive de la vaccination, en raison de craintes ou d’anxiété à propos des vaccins. Elle englobe un large spectre de sujets d’inquiétude, notamment l’incertitude quant à la composition exacte des vaccins et à leur innocuité, ainsi que la croyance qu’ils pourraient être à l’origine de différents problèmes médicaux, comme l’autisme. La réticence à la vaccination s’appuie également sur d’autres facteurs comme l’opposition à un contrôle étatique, des craintes par rapport aux libertés individuelles, des soupçons relatifs à l’industrie pharmaceutique et un déclin de la confiance en la science et la médecine. Au Canada, comme dans d’autres pays riches, la réticence à la vaccination a augmenté ces dernières années, y compris en ce qui a trait à la vaccination dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

Ce texte est l’article intégral sur la vaccination et la réticence à la vaccination au Canada. Si vous souhaitez lire un résumé en langage simple, veuillez consulter : Vaccination et réticence à la vaccination au Canada (résumé en langage simple).