Naviguer "Culture"

Article

Vive la Canadienne

« Vive la Canadienne ». Avant que les Canadiens n'aient adopté « Ô Canada » comme hymne national (v. 1910), « Vive la Canadienne » remplissait fréquemment cette fonction au Québec.

Article

Warrendale

Le DOCUMENTAIREWarrendale (l967) se déroule sur sept semaines dans un centre de traitement de la région de Toronto qui est occupé par douze enfants émotionnellement perturbés, dont la plupart ont été abandonnés par leurs parents.

Article

Wavelength

Wavelength (1967) de Michael SNOW, le FILM EXPÉRIMENTAL canadien le plus connu et le plus vu, est un chef-d'œuvre minimaliste ayant eu une grande influence dans l'histoire du cinéma.

Article

Windigo

Le windigo est un être surnaturel qui appartient à la tradition spirituelle des Premières nations de langue algonquienne en Amérique du Nord. On le décrit comme un monstre puissant animé du désir de tuer et de manger ses victimes. Dans la plupart des légendes, les humains se transforment en windigos à cause de leur cupidité ou d’une faiblesse. Différentes traditions autochtones considèrent les windigos comme dangereux en raison de leur soif de sang et de leur capacité à ensorceler des personnes ou des communautés autrement saines. La légende du windigo illustre principalement les dangers de l’isolement et de l’égoïsme, ainsi que l’importance de la communauté.

Article

Writers' Trust Engel/Findley Prize

Établi en 2008 par la SOCIÉTÉ D'ENCOURAGEMENT AUX ÉCRIVAINS DU CANADA, le Writers' Trust Engel/Findley Prize découle de la fusion de deux prix existants : le prix Marian Engel pour les écrivaines à mi-carrière et le prix Timothy Findley pour les écrivains à mi-carrière.

Article

Zero Patience

Zero Patience (1993), premier film du réalisateur, écrivain, vidéo-artiste John GREYSON, représente l'un de ses témoignages le plus cinglants et étrangement hilarants sur l'homophobie systématique.

Article

« She's Like the Swallow »

« She's Like the Swallow ». Variante terre-neuvienne d'une grande famille de chansons ayant pour thème l'amour malheureux. Elle est recueillie par Maud Karpeles en 1930 et Kenneth Peacock en 1960, et sa belle mélodie la rend populaire auprès d'un grand nombre de chanteurs et chorales.

Article

« The Maple Leaf For Ever »

« The Maple Leaf For Ever ». Chant patriotique, paroles et musique d'Alexander Muir, écrit en octobre 1867, année de la Confédération. Exception faite de l'« Ô Canada », qu'il précéda de 13 ans, il fut le plus populaire des chants patriotiques composés au Canada.

Article

À tout prendre

Claude est hésitant. C'est un jeune bourgeois qui a accompli un certain nombre de choses, mais sa vie est dans une impasse. Il commence à remettre en question les choix qu'il a faits et les possibilités de la vie.

Article

Étude du folklore en Acadie

​Le riche folklore acadien est longtemps resté méconnu et peu exploité. Autour des années 1940, des pionniers comme le journaliste Joseph-Thomas LeBlanc et le Père Anselme Chiasson favorisent la diffusion de son répertoire de chansons de tradition orale. Plus tard, au cours de des années 50, Luc Lacourcière et ses acolytes des Archives de folklore de l’Université Laval procèdent à de substantielles collectes de contes, de légendes et de chansons. Jusqu’aux années 90, de nombreuses enquêtes sont menées aux quatre coins de l’Acadie.

Article

Ô Canada!

Le Ô Canada est l’hymne national du Canada. Intitulé à l’origine « Chant national », il est écrit à Québec par sir Adolphe-Basile Routhier (paroles en français), mis en musique par Calixa Lavallée, et interprété pour la première fois dans cette même ville le 24 juin 1880. Dans un premier temps, à cette époque, le chant est beaucoup interprété au Canada français, puis il se répand à travers le Canada sous forme de différentes versions anglaises, dont la plus célèbre est celle écrite par Robert Stanley Weir en 1908. Les paroles de cette version sont modifiées à plusieurs reprises au fil des ans, la dernière fois en 2018. La version française a été écourtée, mais demeure inchangée pour le reste. Le Ô Canada est officiellement approuvé comme hymne national du Canada par un comité spécial mixte du Sénat et de la Chambre des communes le 15 mars 1967. Il est officiellement adopté par la Loi sur l’hymne national le 27 juin 1980. La Loi est proclamée par le gouverneur général Edward Shreyer lors d’une cérémonie publique sur la Colline du Parlement, le 1er juillet 1980.

Article

​L'art et la décoration

Néanmoins, il n'existe pas de frontière nette entre les arts décoratifs et les beaux‑arts. Cette distinction constitue, dans une large mesure, une invention moderne. À ce titre, l'art est considéré comme une chose à expérimenter, à contempler et à apprécier d'un point de vue neutre.