Naviguer "Diverses communautés"

Afficher 41-60 de 153 résultats
Article

Ditidaht

Résidant sur la côte ouest de l’île de Vancouver, la Première Nation des Ditidaht (dont le nom signifie « les gens le long du chemin » ou « les gens le long de la côte » dans leur langue) fait partie du groupe des nations nuu-chah-nulth. Aujourd’hui, le principal village ditidaht occupé en permanence est Malachan, près de la partie nord du lac Nitinat. En semptembre 2018, le gouvernement fédéral compte 781 membres inscrits de la nation ditidaht.

Article

Dorset, culture

La culture Dorset (500 av. J.-C. -- 1500 apr. J.-C.) s'étendait, selon les archéologues, à la plupart des régions côtières du Canada arctique. Les peuples Dorsets descendaient des Paléoeskimos de la culture pré-Dorset.

Article

Doukhobors

Secte de dissidents russes qui sont aujourd’hui nombreux dans l’ouest du Canada. Il s’agit au départ d’un groupe de paysans du sud de la Russie dont l’origine est mal connue, car leurs traditions et leurs préceptes sont transmis oralement.

Article

Ehattesaht

Les Ehattesaht sont une Première Nation nuu-chah-nulth occupant un territoire d’une superficie de 660 km2 (66 000 hectares) sur la côte ouest de l’île de Vancouver. Constituant une des nations représentées par le Conseil tribal Nuu-chah-nulth, les Ehattesaht comptent 516 membres inscrits en septembre 2018.

Article

Équité des genres

L’équité entre les genres se rapporte à la notion selon laquelle les personnes de différents genres doivent bénéficier de différents niveaux de soutien pour être véritablement égales.

Article

Esclavage des Noirs au Canada

Dans le Canada du début de la colonisation, l’esclavage des Africains était un moyen légal qui contribuait à faire fonctionner l’économie coloniale. Pratiqué par des colons et commerçants européens en Nouvelle‑France au début des années1600, l’esclavage a perduré jusqu’à son abolition dans toute l’Amérique du Nord britannique en 1834. Pendant ces deux siècles, les colons de ce qui allait devenir le Canada ont été impliqués dans la traite esclavagiste transatlantique. Le Canada est également lié à l'institution de l'esclavage par son histoire de commerce international. Des produits tels que la morue salée et le bois d’œuvre ont été échangés contre des biens produits dans le cadre d’une économie esclavagiste aux Caraïbes comme du rhum, de la mélasse, du tabac et du sucre.

Ceci est un article complet sur l’esclavage des Noirs au Canada. Pour un résumé en langage simple, veuillez consulter Esclavage des Noirs au Canada (résumé en langage simple).

(Voir aussi Olivier le Jeune; Sir David KirkeChloe Cooley et la Loi visant à restreindre l’esclavage dans le Haut‑CanadaChemin de fer clandestinLoi des esclaves fugitifs de 1850Loi de l’abolition de l’esclavage de 1833Esclavage des Autochtones au Canada.)

Article

Ethnomusicologie

Ethnomusicologie. L'ethnomusicologie est l'étude de la musique conçue, dans son acception large, à la fois comme objet, pratique sociale et concept.

Article

Festival Shaw/Shaw Festival

Le festival fit l'acquisition du Royal George Theatre en 1980 et, grâce à un programme suivi de remise à neuf, le transforma en une petite maison d'opéra de la Belle Époque, qui servit annuellement par la suite (sauf en 1990) à des productions d'opérettes ou de théâtre musical.

Article

Fête des morts

Les HURONS célébraient la fête des morts chaque fois qu'un grand village changeait d'emplacement, soit tous les 10 à 15 ans.

Article

Haïdas

Les Haïdas sont un peuple autochtone ayant traditionnellement occupé les criques et les anses côtières de l’archipel Haida Gwaii en Colombie Britannique. Lors du recensement de 2016, 501 personnes ont déclaré être d’ascendance haïda, tandis que 445 personnes ont indiqué être des locuteurs de la langue haïda.

Article

Haisla (Kitamaat)

La nation Haisla contemporaine est un amalgame de deux groupes : les Kitamaats du chenal marin en amont de Douglas et celui de Devastation, ainsi que les Kitlopes du chenal de Princess Royal et du canal Gardner, en Colombie-Britannique. Les Kitamaats se nomment eux-mêmes Haislas (habitants en aval de la rivière) et les Kitlopes se nomment Henaaksiala (qui meurent lentement), une référence à leur longévité traditionnelle. Les appellations officielles Kitamaat (peuple de la neige) et Kitlope (peuple des rochers) ont été adoptées à partir des noms utilisés par les Tsimshians pour désigner leurs voisins Haislas.  

Article

Hesquiahts

Les Hesquiahts sont des Autochtones qui vivent sur la côte ouest de l’île de Vancouver. « Hesquiaht » est la transcription anglaise du mot heish-heish-a, qui signifie en nuu-chah-nulth « déchirer avec les dents ». Le mot fait allusion à la technique utilisée pour séparer les œufs de hareng des zostères marines qui poussent près des territoires hesquiahts. En 2018, les Hesquiahts comptaient 747 membres enregistrés auprès du Conseil tribal Nuu-chah-nulth.

Article

Histoire des pow-wow

Bien que l’origine exacte du pow-wow demeure inconnue, ces célébrations sont adoptées et adaptées par diverses communautés autochtones en Amérique du Nord tout au long du XXe siècle.

Article

Hutterites

Les hutterites, partisans du pasteur Jacob Hutter, furent à l'origine des anabaptistes d'Autriche et du sud de l'Allemagne qui s'installèrent en Moravie en 1529 pour y mener une vie communautaire.

Article

Identité de genre

Le terme « identité de genre » fait référence à la perception qu’une personne a de son propre genre, ou du genre qu’elle estime le plus conforme à la façon dont elle se perçoit elle-même.

Article

Immigration française au Canada

Après la cession de la Nouvelle-France à la Grande-Bretagne en 1763, les migrations de colons français ralentissent considérablement. Des membres du clergé, des agriculteurs et des professionnels s’installent au compte-goutte au 19e siècle. Toutefois, après la Deuxième Guerre mondiale, l’immigration française, favorisée politiquement, reprend de plus belle. Cet effort s’oriente vers le recrutement de professionnels et d’entrepreneurs francophones qui s’installent dans les grandes villes du Canada. Les Français font naître plusieurs associations culturelles et sont très présents dans les écoles canadiennes-françaises.