Naviguer "Communautés et sociologie"

Article

Antisémitisme au Canada

Dès ses premières manifestations, l'antisémitisme n'a jamais été un sentiment réservé aux seuls fanatiques. Au contraire, il a toujours fait partie de la tendance générale, étant partagé à divers degrés par tous les éléments de la société.

Article

Appropriation culturelle des peuples autochtones au Canada

L’appropriation culturelle consiste à utiliser les vêtements, la musique, la cuisine ou les savoirs traditionnels d’un peuple, ainsi que d’autres aspects de sa culture, sans son approbation. Pour les Peuples autochtones au Canada, l’appropriation culturelle s’enracine dans le colonialisme et l’oppression actuelle. Beaucoup de symboles et de motifs emblématiques de la culture des peuples autochtones ont été utilisés pour des produits manufacturés non autochtones, à des fins lucratives ou artistiques, et des images stéréotypées d’« Indiens » ont été utilisées dans des logos d’équipes sportives, ou pour vendre des produits.

Article

Architecture religieuse

Dès la seconde moitié du XVIIe s., avec l'arrivée d'un plus grand nombre d'artisans et de constructeurs formés en France, et sous l'influence des Jésuites, sont construites à Québec et Montréal quelques grandes églises qui transposent ici certains traits de l'architecture religieuse française.

Article

Délocalisation d’Inuits dans l’Extrême-Arctique au Canada

En 1953 et en 1955, la Gendarmerie royale du Canada, au nom du ministère des Ressources et du Développement, délocalise environ 92 Inuits d’Inukjuak (anciennement appelée Port Harrison), dans le nord du Québec, et de Mittimatalik (Pond Inlet), dans ce qui est aujourd’hui le Nunavut. L’objectif : coloniser deux régions des îles de l’Extrême-Arctique. Nombreux sont ceux qui soutiennent que le gouvernement du Canada ordonne cette délocalisation pour asseoir la souveraineté canadienne dans l’Arctique, proposant aux Inuits de déménager pour trouver de meilleures conditions de vie. Les Inuits délocalisés, à qui l’on a promis une faune abondante, ne tardent pas à constater qu’ils ont été floués. Pour leur génération et les suivantes, les difficultés seront nombreuses. On parle souvent de la délocalisation des Inuits dans l’Extrême-Arctique comme d’un chapitre sombre de l’histoire canadienne, et un exemple des changements imposés par le gouvernement fédéral aux populations inuites, apportant des répercussions négatives à long terme.

Article

Argent, troc avec les Indiens

Les bijoux de traite sont fabriqués par des orfèvres de Québec, de Montréal, de Londres et de différentes villes américaines, dont New York, Philadelphie et Détroit. Entre 1780 et 1820, la demande est telle que les bijoux en argent deviennent un des principaux produits des orfèvres.

Article

Armée du Salut

L'Armée du Salut (parfois appelé Sally Ann) est lancée officiellement au Canada, à London, en Ontario, le 1er juin 1882. Elle est introduite au Canada par d'ardents propagandistes, William Freer et sa femme (à Toronto) ainsi que Jack Addie et Joe Ludgate (à London).

Article

Femmes dans les forces armées

En 1885, au cours de la Rébellion du Nord-Ouest, des femmes répondent à l'appel du service militaire pour la première fois. La première des douze femmes affectée dans les hôpitaux militaires, Loretta Miller, arrive à l'hôpital de campagne de Saskatoon le 12 mai 1885. Selon le major-général John W.

Article

Articles de troc avec les Indiens

À l'époque des premiers contacts avec les Européens, les peuples amérindiens du Canada échangent des fourrures contre des produits de fabrication européenne, dont diverses pièces de métal (p. ex. des haches, des couteaux en fer, des clous), de la corde et des vêtements usagés.

Article

Intelligence artificielle (IA) au Canada

Le terme intelligence artificielle (IA) fait référence à la capacité d’une machine d’imiter ou de surpasser le comportement intelligent et les activités des humains. Il réfère également au sous-domaine de l’informatique et de l’ingénierie dédié à l’étude des technologies d’intelligence artificielle. À la suite des nouvelles avancées en technologie numérique, les scientifiques ont commencé à se pencher sur la création de systèmes basés sur le fonctionnement du cerveau humain. Les chercheurs canadiens ont joué un rôle important dans le développement de l’IA. Aujourd’hui leader mondial de l’industrie, le Canada, à l’instar d’autres nations, est confronté à d’importantes questions et défis de société par rapport à ces technologies pouvant devenir très puissantes.

Article

Asahi de Vancouver

L’Asahi Athletic Club est une équipe de baseball canado-japonaise de Vancouver entre les années 1914 et 1942. L’une des plus importantes équipes de niveau amateur de la ville, l’Asahi misait sur la stratégie et ses habiletés pour remporter une foule de titres de ligue à Vancouver et sur la côte nord-ouest. En 1942, le gouvernement fédéral fait interner quelque 22 000 Canadiens japonais, dont les membres de l’équipe, forçant l’Asahi à se dissoudre (voir Internement des Canadiens d’origine japonaise). L’Asahi est intronisé au Temple de la renommée du baseball canadien en 2003 et au British Columbia Sports Hall of Fame en 2005.

Article

Célébration du patrimoine asiatique au Canada

​Une grande partie de la population canadienne considère, à juste titre, la diversité de ses membres comme une source de fierté et comme un atout. En fait, plus d’un cinquième de la population canadienne est né à l’étranger. Ce pourcentage d’immigrants est le plus important de tous les grands pays industrialisés du G7. Ces dernières années, les nouveaux arrivants au pays étaient majoritairement originaires d’Asie, y compris le Moyen‑Orient. Depuis les années 1990, la population canadienne qui, dans le passé, se tournait en priorité vers l’Europe lorsqu’elle s’intéressait aux événements à l’étranger, se considère désormais, elle‑même, sous un angle différent et envisage le monde d’un autre œil. Comme l’a dit l’ancien premier ministre Jean Chrétien : « Le Pacifique rétrécit, alors que l’Atlantique s’élargit! »

Article

Chrétiens, assemblées de

Les assemblées de chrétiens constituent une discrète association universelle d'adeptes orthodoxes du restaurationnisme (appelés parfois, de façon satirique, les « deux par deux ») qui fait son apparition au Canada et à Terre-Neuve vers 1904.