Naviguer "Police et securité"

Article

Police du Dominion

La police du Dominion est à l'origine une petite force protectrice mise sur pied par le gouvernement fédéral en 1868 afin de garder les édifices du Parlement à la suite de l'assassinat de Thomas D'Arcy McGee.

Article

Police à cheval du Nord-Ouest

La Police à cheval du Nord-Ouest (P.C.N.-O.) est l’ancien nom de l’emblématique Gendarmerie royale du Canada. Créée après la Confédération pour maintenir l’ordre le long des territoires frontaliers de l’Ouest canadien, la P.C.N.-O met fin au trafic du whisky dans les Prairies du sud et à la violence inhérente, aide le gouvernement fédéral à réprimer la rébellion du Nord-Ouest et instaure l’ordre dans la ruée vers l’or du Klondike. La Police à cheval du Nord-Ouest ouvre la voie en faisant appliquer les lois fédérales dans l’Ouest et l’Arctique entre 1873 et 1920.

Article

Route des larmes

La route des larmes (« Highway of Tears » en anglais) désigne une section de 724 km de la route « Yellowhead » no 16 en Colombie‑Britannique, le long de laquelle de nombreuses femmes, la plupart du temps autochtones, ont disparu ou ont été retrouvées assassinées. Ces drames de la route des larmes s’inscrivent dans le contexte d’une crise plus large, à l’échelle du pays, autour de plusieurs autres affaires de disparitions et de meurtres de femmes et de jeunes filles autochtones à propos desquelles le gouvernement fédéral a lancé une enquête nationale en 2015.

Article

Services de police

IntroductionAu Canada, la police est une force paramilitaire chargée d'assurer le maintien de l'ordre social. La GENDARMERIE ROYALE DU CANADA (GRC), issue de la Police montée du Nord-Ouest du XIXe siècle, est régie par des lois fédérales et offre ses services à contrat dans huit provinces.

Article

Sûreté du Québec

En 1838, lord DURHAM a établi une police municipale pour les villes de Montréal et de Québec et une force policière rurale pour le reste de la province appelée Police provinciale du Québec.

Article

Émeutes de Montréal

En février et mars 1849, quand le gouvernement LaFontaine-Baldwin (voir LAFONTAINE, SIR LOUIS-HIPPOLYTE) passe le BILL DES INDEMNITÉS, l'opposition dénonce violemment la loi.