Naviguer "Statuts politiques"

Afficher 101-120 de 188 résultats
Article

Les adversaires de la Confédération

L’opposition à la Confédération existe depuis qu’une union des colonies d’Amérique du Nord britannique a été proposée pour la première fois à la fin des années 1840. Dans les parties de l’est du pays, les opposants craignaient généralement que la Confédération ne retire le pouvoir aux provinces et le remette au gouvernement fédéral, ou que l’union mène à des impôts plus élevés et à une conscription militaire. Plusieurs de ces opposants ont finalement abandonné et ont même travaillé pour le gouvernement canadien. Dans l’ouest, on n’a jamais demandé aux peuples autochtones de la colonie de la rivière Rouge s’ils voulaient se joindre à la Confédération. Craignant pour leur culture et leurs droits fonciers sous le contrôle canadien, ils ont organisé une insurrection de cinq mois contre le gouvernement. Plusieurs nationalistes québécois ont longtemps cherché à se séparer de la Confédération, soit avec les mesures extrêmes du Front de libération du Québec (FLQ), ou soit avec les référendums de 1980 et 1995.

Article

New Deal de Bennett

Au milieu des années 1930, au plus fort de la crise économique, l’effondrement de la carrière politique du premier ministre R.B. Bennett semblait inévitable. Il a tenté de renverser la tendance contre son Parti conservateur. En janvier 1935, il a commencé à livrer une série de discours en direct à la radio, traçant les lignes directrices d’un « New Deal » pour le Canada. Il promettait un système d’imposition plus progressif, une semaine de travail maximale, un salaire minimum, une règlementation plus étroite des conditions de travail, de l’assurance-chômage, de l’assurance maladie et accident, une pension de vieillesse révisée, et des programmes de soutien à l’agriculture. Mais les propositions de dernière minute de R.B. Bennett ont été considérées comme étant trop peu, trop tard. Il a perdu les élections de 1935 contre William Lyon Mackenzie King et les libéraux