Naviguer "Catastrophes"

Afficher 1-20 de 40 résultats
Article

Accidents de la route au Canada

Plusieurs tragédies se sont déroulées sur les routes et les autoroutes canadiennes, la plus mortelle étant un accident d’autobus ayant tué 44 personnes au Québec en 1997. Malgré le fait que les désastres faisant la une rapportent un nombre élevé de décès, le nombre de morts et de blessures liées aux accidents de la route est constamment à la baisse. Ce phénomène s’explique par l’amélioration de l’ingénierie des véhicules ainsi que par la sensibilisation aux pratiques de conduite sécuritaires.

Article

Désastre de Westray

Le 9 mai 1992, une explosion au cœur de la mine Westray tue 26 mineurs à Plymouth, en Nouvelle-Écosse. La mine n’est ouverte que depuis 8 mois. Une enquête publique jette le blâme sur les gestionnaires de la mine, les fonctionnaires et les politiciens pour cette tragédie « qui aurait pu être évitée. » En réponse au désastre, le Parlement vote en 2004 la Loi C-45, qui impose une responsabilité criminelle des entreprises et des dirigeants qui omettent d’assurer un lieu de travail sécuritaire.

Éditorial

L'héroïsme de William Jackman

L'article suivant est un éditorial rédigé par le personnel de L'Encyclopédie canadienne. Les éditoriaux ne sont pas mis à jour.

Le 9 octobre 1867 à Spotted Island Harbour, au Labrador, le capitaine William Jackman amarre son navire en prévision d'une féroce tempête et part rendre visite à son vieil ami John Holwell. Avant la tombée de la nuit, des événements se produiront qui mériteront à Jackman une place dans l'histoire et la légende de ​Terre-Neuve.

Article

Le grand incendie de Toronto (1904)

Le 19 avril 1904, un incendie ravage 20 acres du centre industriel de Toronto. Au moment où les pompiers parviennent enfin à le maîtriser, l’incendie a détruit au moins 98 immeubles. L’incendie occasionne des pertes de l’ordre de 10 millions de dollars et laisse sans emploi des milliers de personnes. Une personne perd la vie à la suite de l’incendie. Cette catastrophe est connue sous le nom de «grand incendie de Toronto» ou «deuxième grand incendie de Toronto» (le premier grand incendie s’étant produit en 1849). Elle met en évidence le fait que la ville a besoin de se doter de codes de construction plus sûrs et d’un système d’eau à haute pression.