Naviguer "Guerres"

Afficher 21-40 de 214 résultats
Article

Bataille de la Restigouche

Après la chute de Québec, en septembre 1759, les Français envoient à la France une demande urgente de 4000 soldats et de vivres. Ce n'est que le 19 avril que cinq navires marchands et une frégate quittent Bordeaux avec 400 hommes et des vivres.

Article

Bataille de Lacolle Mill

Première escarmouche à Lacolle Mill, 1812 Cette première escarmouche à Lacolle Mill (aujourd'hui Lacolle, Québec) pendant la guerre de 1812 marque la fin de la campagne américaine pour envahir le Bas-Canada et prendre Montréal à l'automne de 1812.

Article

Bataille de Mons

Le 11 novembre 1918, le dernier jour de la Première Guerre mondiale, les forces canadiennes s’emparent de la ville belge de Mons, libérant une zone qui était sous occupation allemande depuis 1914.

Article

Bataille de North Point

Depuis mars 1813, les forces navales britanniques sous le commandement du contre-amiral George Cockburn avaient pris position dans la baie de Chesapeake dans le but de forcer les Américains à reculer et à défendre leur capitale le long du littoral maritime au nord-est plutôt qu'à lancer des attaques au Canada.

Article

Bataille de Paardeberg

La bataille de Paardeberg est la première victoire importante des Britanniques pendant la guerre des Boers depuis la « semaine noire » (du 10 au 15 décembre 1899). Face à une nouvelle offensive britannique dirigée contre leurs capitales, les Afrikaners offrent une résistance à Paardeberg, sur la rivière Modder, à quelque 130 km de Bloemfontein.

Article

Bataille de Passchendaele

La bataille de Passchendaele, aussi connue sous le nom de troisième bataille d’Ypres, a été livrée pendant la Première Guerre mondiale, du 31 juillet au 10 novembre 1917. Elle a eu lieu sur le saillant d’Ypres sur le front occidental, en Belgique, où les armées allemandes et alliées avaient été immobilisées depuis trois ans. Le 31 juillet, les Britanniques entreprennent une nouvelle offensive, tentant de briser les lignes allemandes en saisissant une crête près du village en ruines de Passchendaele. Le 26 octobre, après l’échec des troupes britanniques, australiennes et néozélandaises à l’attaque, le Corps canadien s’est engagé dans la bataille. Le 6 novembre, les Canadiens ont capturé la crête, malgré un pilonnage d’artillerie et une pluie abondante qui a transformé le champ de bataille en bourbier. Près de 16 000 Canadiens ont été tués ou blessés. La bataille de Passchendaele n’a eu aucun effet réel sur les efforts des Alliés, et est devenue un symbole des massacres insensés de la Première Guerre mondiale.

Article

Bataille de Plattsburgh

La bataille de Plattsburgh (parfois appelée bataille du lac Champlain) fut à la fois une bataille terrestre et navale, marquée par l'invasion du Nord de l'État de New York; elle fut également la dernière grande opération britannique de la guerre de 1812 (exception faite des batailles qui eurent lieu après la signature du Traité de Gand) et elle est surtout connue pour avoir été un véritable fiasco militaire.

Article

Bataille de Sainte-Foy

La bataille de Sainte-Foy est un affrontement survenu le 28 avril 1760 sur les hauteurs de Québec entre les armées britannique et française au cours de la guerre de Sept Ans. Elle oppose les 7 000 hommes du général français François-Gaston de Lévis aux 3 400 soldats du général James Murray dans un violent combat qui se conclut par une importante victoire française. Après la bataille, les Français mènent un siège infructueux contre la ville de Québec et sont finalement forcés à la retraite par l’arrivée de renforts britanniques sur le fleuve Saint-Laurent.

Article

Bataille des Hauteurs-de-Queenston

La bataille des Hauteurs-de-Queenston se tient le 13 octobre 1812 durant la guerre de 1812. L’un des affrontements les plus célèbres de la guerre, la bataille des Hauteurs-de-Queenston est un combat pour prendre le contrôle d’une portion de l’escarpement du Niagara qui surplombe Queenston où plus de 1 000 soldats américains envahissent le Haut-Canada. Une partie des forces américaines atteint le sommet, encercle l’artillerie britannique et chasse les Anglais des hauteurs. Le général Isaac Brock, l’un des chefs militaires britanniques les plus respectés de l’époque, meurt durant la contre-attaque. Les chefs mohawks John Norton et John Brant ainsi que quelque 80 guerriers haudenosaunee et delaware empêchent les Américains d’avancer durant des heures, le temps que les renforts arrivent et que les Anglais puissent conserver cet avant-poste crucial.

Article

Bataille des plaines d’Abraham

La bataille des plaines d’Abraham (13 septembre 1759), aussi appelée bataille de Québec, a été un moment charnière de la guerre de Sept Ans et de l’histoire du Canada. Une force d’invasion britannique, menée par le général James Wolfe, a vaincu les troupes françaises dirigées par le marquis de Montcalm, ce qui a mené à la reddition de la ville de Québec aux Britanniques. Les deux commandants sont morts de blessures subies lors de la bataille. Les Français n’ont jamais repris la ville de Québec, et ils ont perdu le contrôle de la Nouvelle-France en 1760. À la fin de la guerre, en 1763, la France a cédé un bon nombre de ses possessions coloniales aux Anglais, incluant le Canada.

(Ce texte est l’article complet sur la bataille des plaines d’Abraham. Si vous souhaitez en lire un résumé en termes simples, veuillez consulter : Bataille des plaines d’Abraham (résumé en langage simple).)

Article

Bataille du Saint-Laurent

La bataille du Saint-Laurent s’inscrit dans le cadre de la plus importante bataille de l’Atlantique, soit la campagne allemande durant la Deuxième Guerre mondiale visant à perturber les convois se relayant de l’Amérique du Nord au Royaume-Uni. De 1942 à 1944, les sous-marins allemands (U-boots) font de multiples incursions dans les eaux du fleuve et du golfe du Saint-Laurent, faisant sombrer 23 navires et entraînant la perte de centaines de vies. Il s’agit des premières batailles navales dans les eaux intérieures du Canada depuis la Guerre de 1812.

Article

Bataillon Mackenzie-Papineau

Le bataillon Mackenzie-Papineau était un bataillon de Canadiens ayant combattu les forces fascistes pendant la guerre civile espagnole (1936-1939). C’est aussi un nom collectif faisant référence à plus de 1 500 volontaires canadiens qui ont servi lors du conflit, soit avec les « Mac-Paps » (tels qu’on les surnommait), soit dans d’autres unités.