Naviguer "Peuples autochtones"

Article

Georges Erasmus

Georges Henry Erasmus, O.C., chef autochtone, militant et porte-parole (né le 8 août 1948 à Fort Rae, dans les Territoires du Nord-Ouest). Georges Erasmus a été un leader de la cause de l’autodétermination des Autochtones au Canada. Il a dirigé plusieurs organismes autochtones axés sur les politiques publiques, notamment la Nation dénée et l’Assemblée des Premières Nations. Il a également assumé le poste de coprésident de la Commission royale sur les peuples autochtones.

Article

Gertrude Guerin

Gertrude « Gertie » Guerin (née Ettershank, aussi connue sous le nom d’« Old War Horse » [vieux cheval de guerre]), chef, femme politique, porte-parole communautaire, ancêtre (née en 1917 à Mission, Colombie-Britannique; décédée en 1998). Gertrude Guerin était une défenseure acharnée des peuples et des cultures des Premières Nations. Elle a représenté la bande Musqueam localement en tant que chef élue, et sur la scène nationale en contestant la juridiction canadienne sur les territoires traditionnels musqueam.

Article

Harry Daniels

Harry Wilfred Daniels, politicien, auteur, acteur (né le 16 septembre 1940 à Regina Beach, en Saskatchewan; décédé le 6 septembre 2004 à Regina Beach). Harry Daniels est un célèbre politicien et activiste métis connu pour sa lutte pour les droits du peuple métis. Sa plus grande contribution à l’avancement des droits autochtones au Canada, l’affaire de la Cour Suprême Daniels c. Canada, garantit aux Métis et aux Indiens non inscrits d’être des « Indiens » visés par la Loi constitutionnelle de 1867.

Article

Helen Mamayaok Maksagak

Helen Mamayaok Maksagak, C.M., politicienne, fonctionnaire, chef de communauté (née le 15 avril 1931 à Bernard Harbour, dans les Territoires du Nord-Ouest [Nunavut] ; décédée le 23 janvier 2009 à Cambridge Bay, au Nunavut). Helen Mamayaok Maksagak est la première femme et la première Inuk à servir à titre de commissaire des Territoires du Nord-Ouest. Fervente défenderesse des affaires des Inuits, elle contribue à la création du Nunavut, le troisième territoire canadien, dans les années 1990. En mars 1999, elle devient la première commissaire du Nunavut, territoire nouvellement créé ; son mandat prend fin en mars 2000. Elle revient à un rôle politique traditionnel en novembre 2005 quand elle est nommée sous-commissaire du Nunavut. En plus de sa carrière politique, elle s’acquitte d’un travail de défense, se concentre sur les initiatives des Inuits et, plus généralement, des initiatives autochtones, comme l’amélioration de l’accès aux services sociaux.

Article

James Gladstone

James Gladstone, ou Akay-na-muka, signifiant « nombreux fusils », premier sénateur autochtone du Canada (Mountain Hill, T.N.-O., 21 mai 1887 -- Fernie, C.-B., 4 sept. 1971).

Article

John Brant (Ahyonwaeghs)

John Brant (Ahyonwaeghs), grand chef Mohawk, surintendant des Indiens (né et décédé près de Brantford en Ontario; 27 septembre 1794 - 27 août 1832). John Brant était le fils de Joseph BRANT, chef autochtone et premier Autochtone à être nommé capitaine par l'armée britannique en 1757.

Article

McKay, James

En tant que membre du Conseil d'Assiniboia (1868-1869), il joue un rôle de modérateur lors du premier soulèvement de RIEL.

Article

Murray Sinclair

Murray Sinclair Mizanay (Mizhana) Gheezhik, qui veut dire « celui qui parle d’images du ciel » en langue ojibwée, avocat, juge et sénateur (né en 1951 dans la région de Selkirk, au Manitoba). Admis au Barreau du Manitoba en 1980, Murray Sinclair pratique surtout dans le domaine du contentieux des affaires civiles et criminelles, en droit autochtone et en droit de la personne. En 1988, il devient le premier juge autochtone dans l’histoire du Manitoba et le deuxième dans l’histoire du Canada. En 2009, Murray Sinclair se joint à la Commission de vérité et réconciliation du Canada, et il devient sénateur en 2016. L’ampleur de son travail dans la fonction publique et son implication dans la vie communautaire démontrent son engagement envers les peuples autochtones du Canada.

Article

Nault, André

André Nault, chef métis (Point Douglas, Colonie de la rivière Rouge, 1829 -- Saint-Vital, Man., 1924). Bien qu'il soit parent avec Louis Riel et toujours considéré comme étant un Métis, Nault n'est pas en réalité un sang-mêlé.

Article

Paull, Andrew

Andrew Paull, chef squamish, organisateur et lobbyiste (Squamish, C.-B., 6 févr. 1892 -- Vancouver, 28 juill. 1959). Issu d'une famille en vue dans le système Durieu de la réserve Mission n° 1 , à Burrard Inlet, il étudie à l'école de la réserve et devient débardeur.

Article

Romeo Saganash

Roméo Saganash, avocat, homme politique, défenseur des droits autochtones (né le 28 octobre 1962 à Waswanipi, une collectivité crie située au sud-est de la baie James, au centre du Québec). Roméo Saganash est le premier député autochtone du Québec et le premier Cri à recevoir un diplôme de premier cycle en droit. Il est selon toute vraisemblance le premier dirigeant autochtone canadien à se porter candidat à la direction d’un parti politique d’importance. Au cours des 20 dernières années, Roméo Saganash a représenté les Cris dans le cadre de nombreux forums nationaux et internationaux portant sur des questions autochtones. Pendant 23 ans, il contribue aux efforts menant à la négociation de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, une résolution qui fournit un cadre pour la mise en œuvre des droits issus des traités entre les Premières nations et le gouvernement du Canada et pour l’acquittement d’autres obligations en vertu d’accords internationaux. Roméo Saganash consacre sa carrière entière au soutien des droits économiques, environnementaux, juridiques et constitutionnels des peuples autochtones au Canada, plus particulièrement les Cris de la région de la baie James.

Article

Smitheram, Henry Arthur

Henry Arthur Smitheram, surnommé Butch, politicien et fonctionnaire (Penticton, C.-B., 8 janv. 1918 -- Keremeos, C.-B., 14 mars 1982). Sa mère okanagan ayant perdu son statut en épousant un Anglais, Smitheram est un Indien non inscrit.

Article

Thelma Chalifoux

Thelma Julia Chalifoux, Métisse, sénatrice, femme d’affaires et militante (née le 8 février 1929 à Calgary, en Alberta; décédée le 22 septembre 2017 à St. Albert, en Alberta). Thelma Chalifoux est la première Métisse nommée au Sénat du Canada. En tant que sénatrice, elle s’intéresse à un éventail de sujets dont l’hébergement des Métis, les relations qu’entretiennent les compagnies pharmaceutiques avec le gouvernement fédéral et les lois environnementales. Ardente défenseure des droits des femmes et des droits des Autochtones, Thelma Chalifoux s’implique dans des organismes comme l’Aboriginal Women’s Business Development Corporation et le  Métis Women’s Council. Elle est également connue pour son travail dans la protection de la culture métisse, ayant servi au Sénat métis de l’Alberta et au Michif Cultural and Métis Resource Institute (aujourd’hui Michif Cultural Connections).

Article

Yvon Dumont

Yvon Dumont, C.M., O.M., chef métis et lieutenant-gouverneur du Manitoba (né le 21 janvier 1951 à Saint-Laurent, une communauté majoritairement métisse au nord-ouest de Winnipeg, au Manitoba). Dès l’adolescence, lorsque Yvon Dumont s’est impliqué dans la politique autochtone, il a occupé, tout au long de sa carrière, divers postes supérieurs au sein de la Fédération des Métis du Manitoba (FMM), du Conseil national des Autochtones du Canada (maintenant le Congrès des Peuples autochtones) et du Ralliement national des Métis (RNM). En tant que président du RNM en 1986, il a participé à la défaite de l’Accord de Charlottetown. Le 5 mars 1993, il est assermenté lieutenant-gouverneur du Manitoba, devenant par le fait même le premier Métis à occuper une fonction vice-royale dans l’histoire canadienne. En 2013, Yvon Dumont a obtenu gain de cause en portant en appel l’affaire Fédération des Métis du Manitoba c. Canada (portant sur les revendications territoriales) devant la Cour suprême du Canada. Cette affaire mène à la signature d’un protocole d’entente en mai 2016 entre le gouvernement canadien et la FMM pour « faire avancer les discussions exploratoires sur la réconciliation ». Depuis, Yvon Dumont a continué de se battre pour qu’on reconnaisse le peuple métis en tant que population autochtone distincte.