Naviguer "Personnages historiques"

Afficher 1-20 de 38 résultats
Article

Beothuk

Beothuk signifie « le peuple » ou le « vrai peuple » dans la langue d’un peuple maintenant décimé. Les Beothuks ont été les premiers habitants de l’île de Terre-Neuve. À l’époque de l’arrivée des Européens, leur nombre atteint 500 à 1 000 personnes. Leur population est difficile à évaluer en raison d’un rétrécissement de leurs territoires lors des premières colonisations et de l’absence de documents de l’époque.

Article

Commerçants de fourrures noirs au Canada

Le rôle des personnes noires dans l’histoire de la traite de fourrures est rarement pris en compte. Peu d’entre elles avaient la possibilité d’écrire et de diffuser leur histoire, ce qui est attribuable à un ensemble de facteurs complexes, notamment le racisme et un accès limité à l’alphabétisme. Peu de documents historiques se penchent sur le rôle joué par les personnes noires. Toutefois, les historiens ont réussi à identifier plusieurs commerçants de fourrures noirs remplissant différents rôles, ainsi qu’une famille entière ayant marqué l’histoire.

Article

Coureurs de côtes

Commerçants itinérants du Canada français rural du XVIIIe siècle. Ils apparaissent nombreux au moment où LOUISBOURG et les Antilles commencent à n'assurer qu'un marché irrégulier pour les surplus de blé de la colonie.

Article

Coureurs des bois

Les coureurs des bois étaient des commerçants itinérants qui s’adonnaient sans permis à la traite des fourrures en Nouvelle-France. Les Anglais de la baie d’Hudson les appelaient wood-runners et les Anglo-Hollandais de New York, bush-lopers. Contrairement aux voyageurs, qui étaient autorisés à transporter des marchandises aux postes de traite, les coureurs des bois étaient considérés en quelque sorte comme des hors-la-loi parce qu’ils n’avaient pas de permis délivré par les autorités coloniales. Libres et indépendants, ils ont joué un rôle important dans l’exploration européenne du continent et ont établi des relations commerciales essentielles avec les peuples autochtones.

Article

Demasduwit

Demasduwit (aussi connue sous les noms de Shendoreth, Waunathoake et Mary March), une des dernières Beothuk (née en 1796; morte le 8 janvier 1820 à baie des Exploits, Terre-Neuve). Demasduwit a contribué à la préservation de la langue et de la culture des Beothuks. En 2007, le gouvernement du Canada l’a reconnue comme une personne d’importance historique nationale. 

Éditorial

Éditorial : L’arrivée des loyalistes noirs en Nouvelle-Écosse

« La liberté et une ferme. » La promesse est attrayante pour des milliers d’Afro-Américains qui se sont battus dans des régiments britanniques lors de la Révolution américaine (1775-1783) et qui cherchent à fuir l’esclavage. Suivant la guerre, ils se joignent à des dizaines de milliers de loyalistes, des réfugiés américains s’étant battus aux côtés des Britanniques.

Entre 80 000 et 100 000 loyalistes en viennent à fuir les États-Unis. Près de la moitié d’entre eux se rendent en Amérique du Nord britannique. Les vagues principales arrivent en 1783 et 1784. Le territoire qui comprend aujourd’hui les provinces maritimes devient le domicile de plus de 30 000 loyalistes. Les colons décident alors de s’installer principalement sur les côtes de la Nouvelle-Écosse, au Cap-Breton et à l’Île-du-Prince-Édouard (alors nommée l’Île-Saint-Jean).

Article

Helen (Ma) Armstrong

Helen Armstrong (née Jury), surnommée « Ma », militante syndicale, militante des droits des femmes (née le 17 juin 1875 à Toronto, en Ontario; décédée le 17 avril 1947 à Los Angeles, en Californie). Helen Armstrong était une militante syndicale qui, tout au long de sa vie, s’est battue pour les droits des femmes de la classe ouvrière. Elle a dirigé la ligue ouvrière féminine de Winnipeg et a été une figure centrale de la grève générale de Winnipeg de 1919. Elle a fait campagne en faveur des syndicats, de l’institution d’un salaire minimum et de la sécurité sociale, et contre la conscription. Elle a été arrêtée, pour ses activités militantes, à au moins trois reprises, dont deux au cours de la grève générale de Winnipeg. L’historienne Esyllt Jones en parle comme d’une exception dans un mouvement syndical dominé par les hommes.

Article

Isobel Gunn

Isobel Gunn (parfois orthographié Isabel, alias Isabella Gunn, John Fubbister et Mary Fubbister), manœuvre (née le 10 août 1780 à Tankerness, en Écosse; décédée le 7 novembre 1861 à Stromness, en Écosse). Au 19e siècle, Isobel Gunn se déguise en homme pour pouvoir travailler pour la Compagnie de la Baie d’Hudson. Elle se rend à la Terre de Rupert (territoire aujourd’hui incorporé au Canada) pour travailler dans le commerce des fourrures. C’est selon toute vraisemblance la première femme européenne dans l’ouest du Canada.

Article

Jeanne Mance

Jeanne Mance, cofondatrice de Montréal, fondatrice et administratrice de l’Hôtel-Dieu de Montréal (baptisée le 12 novembre 1606 à Langres, France ; décédée le 18 juin 1673 à Montréal, QC).

Article

Jésuites

La Compagnie de Jésus est fondée à Paris en 1534 par Saint Ignatius Loyola, soldat espagnol grièvement blessé qui vit une profonde expérience religieuse pendant sa convalescence.

Article

John Ware

John Ware, cowboy, éleveur (né vers 1845-1850 aux États-Unis; mort le 11 septembre 1905 près de Brooks, en Alberta). John Ware est légendaire dans l’histoire de l’Alberta pour sa force et son habileté équestre. Né en esclavage, il est devenu un éleveur prospère, installé près de Calgary et de Brooks. Il était considéré par beaucoup comme un des meilleurs cowboys de l’Ouest, même à une époque où le racisme et la discrimination à l’égard des Noirs étaient omniprésents.

Article

Joseph Lewis

Joseph Lewis, aussi appelé Levi Johnston, Lewes et Louis, négociant de fourrures (né vers 1772–1773 à Manchester, dans le New Hampshire; mort en 1820 dans le district de Saskatchewan). Joseph Lewis était un négociant de fourrures noir, originaire des États-Unis, qui a participé aux débuts de l’expansion de l’industrie de la fourrure à la fin du 18e et au début du 19e siècles. Il est une des rares personnes noires engagées dans la traite des fourrures dont le nom est attesté dans les sources. Joseph Lewis est aussi le premier Noir à avoir vécu dans le territoire actuel de la Saskatchewan et, vraisemblablement, en Alberta.

Article

Joshua Mauger

Joshua Mauger, entrepreneur colonial, capitaine de navire, homme politique (baptisé le 25 avril 1725, dans la paroisse de St. John, sur l’île de Jersey; décédé le 18 octobre 1788, à Warborne, près de Lymington, en Angleterre). Joshua Mauger était l’un des marchands de la Nouvelle‑Écosse les plus riches et les plus influents du 18e siècle. Bien qu’il n’ait passé que 11 ans dans la colonie, il a continué à y exercer un pouvoir important, pendant deux décennies après son départ, aussi bien sur le plan politique que par l’entremise de ses affaires. La complexité de son rôle en Nouvelle‑Écosse met en évidence l’asservissement de celle-ci et le jeu des influences qui ont entravé le développement de la jeune colonie. Il a également asservi des Noirs et a construit une partie importante de son empire commercial sur le travail des personnes réduites en esclavage.

Article

La Corriveau

La Corriveau est le surnom populaire de Marie-Josephte Corriveau (née le 14 mai 1733 à Saint-Vallier, Québec; décédée le 18 avril 1763 à Québec).

Article

Loyalistes au Canada

On appelle « loyalistes » les colons américains, d’origines ethniques diverses, qui ont soutenu la cause britannique lors de la guerre de la révolution américaine (1775-1783). Des dizaines de milliers de loyalistes immigrent en Amérique du Nord britannique pendant et après la guerre de la révolution. Cette migration donnant lieu à une importance croissance démographique et à la création du Haut-Canada, et a constitué une lourde influence, à la fois politique et culturelle, au sein de ce qui devient plus tard le Canada.

Article

Lucy Maud Montgomery

Lucy Maud Montgomery, O.B.E., écrivaine (née le 30 novembre 1874 à Clifton [de nos jours New London, à l’Île-du-Prince-Édouard]; décédée le 24 avril 1942 à Toronto, en Ontario). Lucy Maud Montgomery est probablement l’auteure canadienne la plus lue. Son premier roman, Anne… la maison aux pignons verts, succès instantané dès sa parution en 1908, n’a jamais cessé d’être en circulation depuis plus qu’un siècle, faisant du personnage d’Anne Shirley une icône mythique de la culture canadienne. Lucy Maud Montgomery produit plus de 500 nouvelles, 20 romans, 2 collections de poésie et de nombreuses anthologies de ses entrées de journal et essais. Son œuvre s’écoule à environ 50 millions d’exemplaires aux quatre coins du monde. À lui seul, Anne… la maison aux pignons verts a été traduit en au moins 36 langues ainsi qu’en braille, sans compter des dizaines d’adaptations sous différents formats. Nommée Officier de l’Ordre de l’Empire britannique et de l’Institut littéraire et artistique de France. Elle est également la première femme à devenir membre de la British Royal Society of Arts, en plus d’être déclarée Personne d’importance historique nationale par le Canada.

Article

Marie de l'Incarnation

Marie de l'Incarnation, née Marie Guyart, fondatrice des œuvres de l'ordre de Sainte-Ursule au Canada, mystique et écrivaine (née le 28 octobre 1599 à Tours, en France; décédée le 30 avril 1672 à Québec). Ses écrits sont parmi les plus importants témoignages de la fondation de la colonie de la Nouvelle-France et des débuts de l’implantation de l’Église catholique en Amérique. Son œuvre d’enseignement contribue à établir les fondements de l’éducation au Canada.

Article

Marie Rollet

Marie Rollet, première française s’étant établie en Nouvelle-France (née vers 1580 à Paris, France ; décédée en mai 1649 et inhumée le 27 mai 1649 à Québec, Nouvelle-France). Elle est reconnue comme étant la toute première agricultrice d’origine française en Nouvelle-France avec son mari Louis Hébert.

Article

Marie-Madeleine Jarret de Verchères

Marie-Madeleine Jarret de Verchères (née le 3 mars1678 à Verchères, au Québec; décédée en août 1747 à Sainte-Anne-de-la-Pérade, au Québec). Elle est mieux connue pour le rôle qu’elle a joué dans la défense du fort Verchères, en Nouvelle-France, en 1692. On se souvient d’elle comme étant une héroïne militaire, et son image est utilisée pour recruter des femmes canadiennes pendant les Première et Deuxième Guerres mondiales.

//