Relief éolien

Le sable transporté sur de courtes distances forme des dunes. Le limon, plus fin, est transporté plus loin et forme des loess. Le vent provoque l'usure des particules transportées, qui se frottent les unes aux autres, et crée des surfaces lisses et burinées bien caractéristiques.
Le sable transporté sur de courtes distances forme des dunes. Le limon, plus fin, est transporté plus loin et forme des loess. Le vent provoque l'usure des particules transportées, qui se frottent les unes aux autres, et crée des surfaces lisses et burinées bien caractéristiques.


Dunes de sables (Athabasca)
Photographie aérienne oblique d'une dune parabolique d'Athabasca, vive et géante, près de la rivière Williams, en Saskatchewan. La présence à certains endroits d'une végétation de hautes herbes est attribuable à une infiltration des eaux souterraines (photo de P.P. David).
Relief oélien
Regs de galets dans les dunes de sable d'Athabasca, près de la rivière Williams, en Saskatchewan. L'on peut voir des dunes de sable vives et géantes au loin. La végétation dispersée est constituée de saules endémiques (photo de P.P. David).

Relief éolien

Le relief éolien est une caractéristique de la surface de la terre produite par l'action érosive ou constructive du vent. Ce mot vient de Éole, dieu grec des vents. Le processus d'érosion éolienne se fait par abrasion, ou polissage des surfaces exposées, par l'action du vent chargé de particules de sable et par déflation, ou enlèvement par le vent des particules de la grosseur d'un grain de sable et même plus petites.

Le sable transporté sur de courtes distances forme des dunes. Le limon, plus fin, est transporté plus loin et forme des loess. Le vent provoque l'usure des particules transportées, qui se frottent les unes aux autres, et crée des surfaces lisses et burinées bien caractéristiques. L'abrasion du vent produit les cailloux à facettes, les ventifacts, qu'on trouve dans certaines régions du Canada, les assises rocheuses communes dans le Nord de la Saskatchewan, les yardangs (sillons parallèles creusés dans les dépôts tendres, mais compacts), qu'on trouve surtout dans les régions désertiques.

La déflation produit des trous éoliens, des dépressions et des bassins de déflation, communs dans les régions de dunes au Canada. L'érosion à grande échelle contribue à la formation de vallées ou de coulées dans le Sud de l'Alberta. Le processus de vannage par déflation, où les petits grains sont transportés par le vent, laisse traîner une couche de cailloux et des buttes de gravier résiduel, lequel protège les surfaces sableuses de l'érosion. Ces couches sont communes dans les régions de dunes du Canada, dont les plus spectaculaires se trouvent au sud du lac Athabasca.

Les dunes de sable ne se limitent pas aux régions désertiques, puisque les caractéristiques éoliennes qui étaient jadis actives sont maintenant stabilisées et répandues dans bien des zones froides et des zones tempérées. Les régions de dunes de sable couvrent environ 26 000 km2 ou approximativement 0,27 p. 100 du sol canadien : Alberta, 45 p. 100 ; Saskatchewan, 36 p. 100 ; Manitoba, 10 p. 100. La concentration de dunes dans la région des Prairies est due à l'existence de dépôts sableux laissés par les glaciers, à la fréquence des vents secs de l'Ouest et au fait que la région est à découvert. Les vents secs de l'Ouest produisent des dunes orientées vers l'est. Ailleurs au Canada, des vents secs moins efficaces produisent des zones de dunes localisées. À l'époque glaciaire, la calotte glaciaire dirigeait la distribution des masses d'air et produisait des dunes orientées vers le nord dans le Nord-Ouest de la Saskatchewan et de l'Alberta et des dunes orientées vers le sud dans les basses terres du Saint-Laurent (Québec).

La plupart des régions de dunes au Canada sont stabilisées par la végétation. Relativement peu sont actives, à l'exception de la région sud du lac Athabasca. Un relevé par photos satellites de cette région montre 385 km2 de surface de sable sec, où des dunes sableuses de toute beauté offrent un paysage merveilleux. Cette activité éolienne à grande échelle n'est pas causée par des conditions climatiques, mais par l'état de la nappe phréatique dans la région. Au Canada seulement, près de 2,5 p. 100 de l'ensemble des zones de dunes est active, dont 95 p. 100 dans les régions précitées.

Caractéristiques communes du Canada

Une des caractéristiques communes de presque toutes les dunes que l'on trouve au Canada, qui se distinguent des dunes du désert, est qu'elles présentent une forme parabolique, incurvée à contre-vent. Elles épousent cette forme en présence d'humidité. Chaque dune peut être de forme simple ou complexe, selon le mode et la durée de sa formation. Les régions canadiennes comprenant des dunes se regroupent en séries de zones, selon la forme des dunes. Chacune de ces zones possède des caractéristiques environnementales distinctes.

Dans chaque région de dunes, l'activité éolienne locale a commencé dès que les surfaces sableuses ont été exposées à l'air après la disparition des glaces. Dans les régions plus humides, l'activité a duré moins longtemps. Les vents secs soufflant dans une direction ou une autre ont balayé le sable pour former des dunes transversales ou paraboliques. Les dunes transversales ont persisté tant que le sable est demeuré sec. Lorsqu'elles ont été humidifiées par la pluie, elles se sont transformées en dunes paraboliques.

Dans une des régions du centre de l'Alberta, des dunes présentant les étapes de cette transformation ont été préservées par stabilisation. Dans les régions sèches, où l'activité se poursuit et les dunes se déplacent dans la direction du vent, la végétation occupe les espaces entre les dunes. Lorsque le climat devient humide, les dunes sont graduellement stabilisées par la végétation, et les sols se développent sur elles. C'est ce qui s'est passé dans les Prairies méridionales après quelques années d'activité seulement. Plus tard, les fluctuations climatiques périodiques ont amené bon nombre de dunes à être partiellement actives, et à voir ensevelir des portions de leurs surfaces et de leurs sols stabilisés.

La datation au carbone 14 de la matière organique extraite des sols ensevelis a permis de démontrer que plus de 10 périodes d'activité éolienne se sont succédé au cours des 5000 dernières années. Ces périodes concordent avec d'autres phénomènes influencés par les conditions climatiques, comme la formation des anneaux des arbres. Au Canada, les dépôts de loess ne représentent généralement que de petites zones et se produisent habituellement en aval des dunes. Ils sont formés par le transport éolien de particules limoneuses. Il existe d'autres dépôts éoliens encore moins répandus, comme les dépôts formés par des sédiments détachés d'escarpements dénudés exposés aux vents. On trouve des dépôts de ce genre dans les Prairies orientales, reposant sur d'anciens dépôts de cendres volcaniques.