Musée des sciences et de la technologie du Canada

Le Musée des sciences et de la technologie du Canada collectionne et conserve des objets et des données en rapport avec l’histoire et l’évolution des sciences et de la technologie au Canada. Il effectue également des recherches, et parraine des expositions et des programmes destinés au public. Le musée est situé à Ottawa, en Ontario.

Le Musée des sciences et de la technologie du Canada collectionne et conserve des objets et des données en rapport avec l’histoire et l’évolution des sciences et de la technologie au Canada. Il effectue également des recherches, et parraine des expositions et des programmes destinés au public. Le musée est situé à Ottawa, en Ontario.

Histoire du Musée

Le Musée des sciences et de la technologie du Canada (MSTC) tire ses origines du musée de la Commission géologique du Canada (1842), rebaptisé Musée national du Canada en 1927. Le secteur des Sciences et de la technologie est créé en 1966. Il a son propre directeur et on lui confie de petites collections d’artefacts, administrées jusqu’alors par d’autres secteurs du musée. En avril 1967, on met à sa disposition un entrepôt situé en banlieue d’Ottawa et le musée ouvre ses portes au public le 16 novembre 1967. L’année suivante, il devient le Musée national des sciences et de la technologie, et fait partie des musées nationaux du Canada. En 2000, il devient le Musée des sciences et de la technologie du Canada. Le musée est exploité par Ingenium – Les musées des sciences et de l’innovation du Canada, qui administre également deux autres musées nationaux à Ottawa : le Musée de l’agriculture du Canada et le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada.

Collections, programmation et expositions

Le Musée des sciences et de la technologie du Canada collectionne et conserve des objets et des données en rapport avec l’histoire et l’évolution des sciences et de la technologie au Canada. Il effectue également des recherches et parraine des expositions et autres programmes destinés au public. Ses activités sont surtout axées sur les sciences pures (mathématiques, physique, chimie), l’astronomie, les transports, les communications, l’agriculture, la foresterie, la pêche, les industries extractives, la technologie industrielle, l’énergie, l’aviation et l’espace, la technologie marine, la technologie du feu, la technologie des arts graphiques, la technologie médicale et la photographie. Au total, les collections comprennent 20 000 lots d’artefacts, composés de 60 000 objets individuels, de 80 000 photographies et de matériel d’archives connexe. Le musée expose également la collection de photographies CN, comportant plus de 750 000 photographies canadiennes dont certaines remontent aux années 1850. Le CN a fait don de ces photos au musée en 1999, et plusieurs de ces images sont désormais exposées dans la galerie de photos virtuelle Le Canada vu par CN, une section du site web du Musée.

L’Observatoire du musée possède le plus grand réfracteur au Canada. Il appartenait auparavant à l’Observatoire fédéral et est utilisé dans le cadre de programmes éducatifs. Parmi les autres activités destinées au public, on peut citer les suivantes : présentations quotidiennes sur des thèmes comme la cryogénie et l’électricité ; démonstrations de l’utilisation d’artefacts ; expositions itinérantes ; publications ; programmes scolaires ; programmes d’astronomie ; nuits blanches ; fêtes d’anniversaires ; ainsi que des événements spéciaux chaque mois sur des sujets variés allant de la lutte contre l’incendie à la technologie de la beauté. Les expositions permanentes et temporaires sont présentées avec créativité et mettent l’accent sur la participation des visiteurs.

Le Musée des sciences et de la technologie du Canada, qui est à l’avant-garde de la mise au point de pratiques muséologiques modernes, se sert notamment de l’informatique pour inscrire les visiteurs, étudier le taux de fréquentation et analyser le profil des visiteurs, et de ses espaces extérieurs comme parc technologique. De plus, il offre son expertise à d’autres musées, nationaux et internationaux, en matière de restauration d’objets lourds, surtout ceux liés au transport.