John James Rickard Macleod

John James Rickard Macleod, physiologiste, co-découvreur de l’insuline (né le 6 septembre 1876 à Cluny, en Écosse; décédé le 16 mars 1935 à Aberdeen, en Écosse). John Macleod est un physiologiste et expert en métabolisme des glucides de renommée internationale, mieux connu pour avoir joué un rôle dans la découverte de l’insuline, un traitement contre le diabète sucré.

John James Rickard Macleod, physiologiste, co-découvreur de l’insuline (né le 6 septembre 1876 à Cluny, en Écosse; décédé le 16 mars 1935 à Aberdeen, en Écosse). John Macleod est un physiologiste et expert en métabolisme des glucides de renommée internationale, mieux connu pour avoir joué un rôle dans la découverte de l’insuline, un traitement contre le diabète sucré.



Éducation et début de carrière

Formé dans les universités d’Aberdeen et de Leipzig ainsi qu’au London Hospital Medical College, John James Rickard Macleod immigre en Amérique en 1903 pour enseigner à la Western Reserve University de Cleveland. Il acquiert peu à peu une réputation internationale d’expert en métabolisme des glucides et en physiologie générale et, en 1918, il est nommé professeur de physiologie à l’Université de Toronto.

Découverte de l’insuline

Au printemps 1921, John Macleod appuie les recherches de Frederick Grant Banting sur la sécrétion interne hypothétique du pancréas en lui accordant l’accès à un laboratoire, de l’équipement et des conseils et l’aide d’un de ses étudiants (Charles Herbert Best). (Voir aussi Diabète.)

Contrairement aux récits déformés de Banting et de Best, John Macleod a été un superviseur actif et indispensable dans cette recherche qui a mené à la découverte de l’insuline au printemps 1922. Son élaboration des premiers résultats sommaires, son traitement des essais cliniques et ses présentations hautement professionnelles de la recherche ont tellement impressionné les enquêteurs suédois qui recommandent, à juste titre, qu’il partage le prix Nobel de médecine ou de physiologie (1923) avec Banting. (Voir aussi Les prix Nobel et le Canada.)

Héritage

Pendant plusieurs décennies, la contribution de Macleod à la physiologie et à la science canadienne n’est pas reconnue à sa juste valeur ni à Toronto ni au Canada. Il quitte le Canada en 1928 pour devenir professeur titulaire de la chaire royale de physiologie à l’Université d’Aberdeen, en Écosse, où il décède en 1935.

Prix et distinctions