Val-d'Or

Val-d’Or (Québec), constitué en ville en 1968, population de 32 491 habitants (recensement de 2016), de 31 862 habitants (recensement de 2011). Val-d’Or est situé à 95 km au sud-est de Rouyn-Noranda dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue, une région qui se trouve dans le nord-ouest du Québec. La ville est située près de la source de la rivière Harricana, l’une des principales rivières qui coulent au nord vers la baie James. Le nom de Val-d’Or est lié à la ruée vers l’or, qui est la deuxième en importance après celle du Klondike, et qui prend d’assaut la région au milieu des années 1930. (Voir Ruées vers l’or au Canada.)

Val-d’Or (Québec), constitué en ville en 1968, population de 32 491 habitants (recensement de 2016), de 31 862 habitants (recensement de 2011). Val-d’Or est situé à 95 km au sud-est de Rouyn-Noranda dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue, une région qui se trouve dans le nord-ouest du Québec. La ville est située près de la source de la rivière Harricana, l’une des principales rivières qui coulent au nord vers la baie James. Le nom de Val-d’Or est lié à la ruée vers l’or, qui est la deuxième en importance après celle du Klondike, et qui prend d’assaut la région au milieu des années 1930. (Voir Ruées vers l’or au Canada.)


Histoire

À l’origine, la ville est composée de deux municipalités distinctes. La première, Bourlamaque, est fondée en 1934 par la Lamaque Mining Co en tant que ville de compagnie. (Voir Exploitation minière.) L’autre, Val-d’Or, est constituée en tant que village en 1935, puis en tant que ville deux ans plus tard. Dès ses débuts, elle est une ville animée de ruée vers l’or. Pendant de nombreuses années, les centres jumeaux sont connus sous le nom de Val-d’Or-Bourlamaque. Une troisième ville, Lac Lemoyne, est créée en 1958. En 1968, les trois villes fusionnent sous le nom de Val-d’Or. Avec Rouyn-Noranda, Val-d’Or est la plus grande municipalité de l’Abitibi-Témiscamingue.

Économie

Val-d’Or prospère grâce à des dizaines de mines d’or découvertes dans les environs. (Voir Exploitation minière.) La mine Sigma, située à l’intérieur des limites de la ville, commence ses activités en 1935. La mine est l’une des plus riches mines aurifères du Québec. La mine Lamaque suspend ses activités au milieu des années 1980, mais cette fermeture est contrebalancée par la découverte d’une importante réserve de cuivre, de zinc et d’or en 1989. Connue sous le nom de mine de Louvicourt, elle commence la production en 1994. Les fermetures graduelles des mines affectent toutefois l’économie de Val-d’Or au fil des années.

Les anciennes régions minières offrent des possibilités récréatives et touristiques. Les 65 premières du village minier de Bourlamaque, construit près de la mine de Lamaque en 1934, sont encore dans leur état original. En 1979, la région obtient le statut de patrimoine. Ce lieu commémore la ruée vers l’or qui a donné naissance à Val-d’Or. Le site historique de la Cité de l’Or qui se trouve à proximité est construit sur l’ancienne mine de Lamaque. Les visiteurs peuvent explorer l’ancien site minier et les galeries de mines souterraines.

L’industrie du bois d’œuvre est une importante partie de l’économie de Val-d’Or. Les forêts de la région de l’Abitibi fournissent 65 % du bois produit au Québec. Un parc industriel créé en 1972 génère également des emplois dans de nombreuses industries.

Val-d’Or est également un centre de services. Son aéroport est l’un des aéroports les plus achalandés du Québec. La ville est également le foyer d’un grand hôpital et d’un campus de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Un centre d’exposition présente des artistes visuels régionaux, et le conservatoire de musique offre des formations musicales.