Coutu, Jean

Jean Coutu, pharmacien et entrepreneur (Montréal, Qc, 29 mai 1927).

Coutu, Jean

Jean Coutu, pharmacien et entrepreneur (Montréal, Qc, 29 mai 1927). Fils de Lucien Coutu, pédiatre et médecin de famille dans un quartier populaire de l'est de Montréal, il entreprend des études en médecine avant de bifurquer et de décrocher ses diplômes en pharmacie de l'Université de Montréal (1949 et 1953).

Il est toujours étudiant quand il devient gérant d'une des Pharmacies Leduc, qu'il propulse à la tête de l'importante chaîne. Jean Coutu, une fois diplômé, avec cinq de ses jeunes collègues, veulent devenir associés, mais essuient un refus de la famille Leduc. Il achète alors trois autres pharmacies. Bloqué dans son projet d'en ouvrir une quatrième à son nom, il conteste les règlements du Collège des pharmaciens du Québec et finit par obtenir l'aide du gouvernement Lesage pour les faire modifier.

L'assurance-maladie et la multiplication des médicaments brevetés bouleversent cependant le marché. Les clients veulent des conseils mais aussi, les meilleurs prix. En 1967, Jean Coutu lance les Farmateria offrant à rabais les produits en vente libre qui ont un succès éclair mais également, beaucoup d'imitateurs.

Il conçoit la Pharm-Escomptes Jean Coutu (1969), aux heures d'ouverture prolongées, sur laquelle il mise toutes ses économies. Pour soutenir l'expansion, il opte pour le franchisage et l'inscription à la Bourse des actions du Groupe Jean Coutu. Leader au Québec, il achète Maxi Drugs et Brooks aux États-Unis. Il dirige alors une des grandes chaînes en Amérique du Nord. Son fils Michel, prendra alors la direction et la présidence du groupe Jean Coutu USA.

Entre-temps, il a fondé l'Association québécoise des pharmaciens propriétaires (1966) et mis sur pied, avec sa femme, la Fondation Marcelle et Jean Coutu (1990) qui aide la population rurale du Mali à combattre la famine, la désertification et l'analphabétisme. En 2000, l'Université hébraique de Jérusalem souligne son mécénat. Il a présidé le Chantier de l'emploi au Sommet économique du Québec (1996), siégé à une dizaine de conseils d'administration et reçu plusieurs distinctions honorifiques, dont l'Ordre du Québec (1993) et l'Ordre du Canada (1994).