Frederick Horsman Varley

Frederick Horsman Varley, peintre (Sheffield, Angl., 2 janv. 1881 -- Toronto, 8 sept. 1969). Il passe beaucoup de temps dans la campagne anglaise étant jeune et devient intensément croyant, trouvant Dieu dans la nature et non à l'église.

Autoportrait de F.H. Varley
F.H. Varley, 1919, huile sur toile (avec la permission du Musée des beaux-arts du Canada).
\u00ab Mountain Landscape, Garibaldi \u00bb
Frederick Horsman Varley, vers 1928, huile sur toile (avec la permission de la Power Corporation du Canada Limitée).
Portrait d
Frederick Horsman Varley, 1930, huile sur bois (avec la permission du Musée des beaux-arts de Vancouver).

Frederick Horsman Varley, peintre (Sheffield, Angl., 2 janv. 1881 -- Toronto, 8 sept. 1969). Il passe beaucoup de temps dans la campagne anglaise étant jeune et devient intensément croyant, trouvant Dieu dans la nature et non à l'église. Il reçoit une solide formation en art, d'abord à la Sheffield School of Art (1892-1900), puis à l'Académie royale des beaux-arts à Anvers (1900-1902), en Belgique, où il étudie les peintures originales de Rubens. Après des débuts de carrière infructueux comme illustrateur et professeur d'art en Angleterre, Varley immigre au Canada en 1912. Grâce à Arthur Lismer, un ami de Sheffield qui s'est installé au Canada l'année précédente, il trouve un emploi comme graphiste à Toronto et se lie d'amitié avec Tom Thomson et Frank Carmichael.

En 1918, les Oeuvres canadiennes commémoratives de la guerre chargent Varley de produire des illustrations de la guerre en Europe. Il peint plusieurs portraits en Angleterre et fait deux voyages en France. Les quatre grands tableaux qui en résultent sont acclamés par la critique et en font un peintre de premier plan au Canada. En mai 1920, Varley devient un membre fondateur du Groupe des Sept. Cependant, il ne partage pas l'enthousiasme du Groupe pour les paysages de l'Ontario et, peu après 1920, il essaie de gagner sa vie comme portraitiste. La famille de Vincent Massey lui commande plusieurs portraits, mais Varley gagne peu et, en 1926, commence à enseigner à la Vancouver School of Decorative and Applied Arts.

Au cours des dix années qui suivent, il peint des centaines de paysages à l'huile et à l'aquarelle, qui se caractérisent par la finesse du coup de crayon, par les couleurs exotiques, par des points de vue inhabituels et, après 1933, par des formes métamorphosées. En 1933, lui et J.W.G. Macdonald ouvrent leur propre école, le BC College of Arts. Bien qu'elle soit très fréquentée, elle est affectée par la Crise des années 30 et ferme au bout de deux ans. En 1936, Varley est ruiné et déménage à Ottawa pour tenter de reprendre sa carrière de portraitiste. Pendant les neuf années qui suivent, il fait l'aller-retour entre Ottawa et Montréal et peint peu, excepté en 1938 lorsqu'il s'embarque pour l'Arctique à bord d'un ravitailleur du gouvernement, le Nascopie. En 1944, il retourne à Toronto et enseigne à la Doon Summer School of Fine Arts (1948-1949), près de Kitchener. En 1955, il fait une excursion au Cap-Breton pour tirer des croquis et entreprend, en 1957, le premier d'une série de voyages en Colombie-Britannique pour peindre. Romantique et indépendant, Varley est connu comme le « bohémien » du Groupe des Sept. Ses dons de coloriste, de dessinateur et de fin observateur de la vie se révèlent davantage dans ses dessins et dans ses petites aquarelles.


En savoir plus // La groupe des septs

En savoir plus

Lecture supplémentaire

  • Christopher Varley, F.H. Varley (1981).

Liens externes