La Fondation Lucie et André Chagnon

La Fondation Lucie et André Chagnon est une organisation caritative qui a pour mission de prévenir la pauvreté en préconisant la réussite éducative de l’enfant, de 0 à 17 ans.

La Fondation Lucie et André Chagnon est une organisation caritative qui a pour mission de prévenir la pauvreté en préconisant la réussite éducative de l’enfant, de 0 à 17 ans. Il s’agit d’une des plus importantes fondations privées au Canada.

Parcours d’un homme d’affaires d’avant-garde : André Chagnon

Né en 1928 à Montréal, André Chagnon est l’un des hommes d’affaires les plus dynamiques et innovants de sa génération. En 1957, à l’âge de 29 ans, il fonde une entreprise de services électriques, suivant les traces de son père, un entrepreneur électricien. Sept ans plus tard, il vend celle-ci et décide de se consacrer à la télédistribution.

En 1964, il fonde Vidéotron, une compagnie régionale de télédistribution qui devient sous sa direction, et grâce à une stratégie de croissance par acquisition, la troisième entreprise en importance dans ce secteur au Canada et la plus importante au Québec (voir Câblodistribution).

En 1986, le Groupe Vidéotron acquiert Télé-Métropole (aujourd’hui TVA). En 1988, la société s'établit à Londres et en 1993, elle fait une percée aux États-Unis. Le système multimédia Vidéoway, commercialisé au Canada, au Royaume-Uni et aux États-Unis, vaut à André Chagnon et au Groupe Vidéotron une reconnaissance internationale. En 1995, Chagnon est nommé au Conseil consultatif de l’autoroute de l’information et il est invité, en compagnie de trois autres dirigeants d’entreprises canadiennes, à participer à la Conférence ministérielle du G7 à Bruxelles.

En 2000, appuyé par la Caisse de dépôt et placement du Québec, Pierre Karl Péladeau, président de Québecor inc., procède à l’acquisition du Groupe Vidéotron et de TVA (voir Radiodiffusion et télédiffusion). Ces entreprises sont regroupées au sein d’une nouvelle filiale du groupe Québecor, Québecor Média inc. Après 37 ans de carrière, André Chagnon quitte la direction du Groupe Vidéotron.

Création de la Fondation Lucie et André Chagnon

En 1988, le Chagnon Foundation Trust est mis sur pied, en complément à l'engagement philanthropique du Groupe Vidéotron. À la suite de la vente de l’entreprise, la famille Chagnon fait le choix de se réapproprier la fondation en la nommant désormais Fondation Lucie et André Chagnon.

C’est à cette époque que la mission et l’approche de la fondation se dégagent, c'est-à-dire prévenir la pauvreté en préconisant la réussite scolaire. La Fondation adopte une vision « large de l'ensemble des facteurs individuels et collectifs qui agissent sur le développement des enfants et des actions qui concourent à la réalisation de sa mission ». La famille Chagnon croit qu’il y a de multiples solutions novatrices, efficaces et durables qui doivent être expérimentées et généralisées. Le statut de l’organisme permet de lancer des idées et d'offrir les moyens de les réaliser. Aussi, afin de soutenir les activités de sa fondation, la famille Chagnon y injecte 1,4 milliard de dollars.

Les organismes de la Fondation Lucie et André Chagnon

Dans la foulée d’une tournée de consultation au pays et à l'étranger en 2001–2002, le projet Québec-Enfants voit alors le jour pour soutenir les communautés locales. L’objectif est de favoriser le développement social et cognitif des enfants en bas âge afin qu’ils puissent entrer en maternelle en pleine santé, tant physique que psychologique (voir Éducation préscolaire).

En partenariat avec le gouvernement du Québec, le Fonds pour le développement des jeunes enfants est créé. Ce fonds de 400 millions de dollars répartis sur une période de 10 ans (dont 250 millions $ versés par la fondation et 150 millions $ par le gouvernement du Québec) est géré par un nouvel organisme à but non lucratif, Avenir d'enfants.

Un autre volet de l'organisme, Québec en forme, vient appuyer les communautés locales dans leur approche préventive. En ciblant les jeunes écoliers de 5 à 17 ans et ce, tout au long de leur parcours académique, la Fondation fait la promotion de l'adoption et du maintien d'un mode de vie physiquement actif et d'une saine alimentation (voir Éducation physique).

De plus, pour encourager la persévérance scolaire, la fondation met sur pied l’organisme à but non lucratif, Réunir Réussir. Celui-ci vise à soutenir la mobilisation de la société civile, soit les intervenants en milieu scolaire, les parents, mais aussi les municipalités et les milieux des affaires.

Dans une vision globale du développement de l'enfant, la fondation lance à l'automne 2009, en partenariat avec le gouvernement québécois, une vaste campagne en vue de sensibiliser les parents au rôle crucial qu’ils jouent dans le développement de leurs enfants âgés de moins de 5 ans. Appuyé par une publicité accrocheuse, touchante et très efficace, le programme tente de revaloriser l'importance de l'engagement du parent. Vingt-cinq millions de dollars du gouvernement québécois (par l'entremise du Secrétariat à la jeunesse du Québec) et 25 millions $ de la Fondation, répartis sur 5 ans, sont injectés dans cette campagne de sensibilisation.

L’outil de sensibilisation le plus important de la Fondation est Naître et grandir, qui est, à la fois, un magazine et un site internet s’adressant aux parents de jeunes enfants.

Aujourd'hui, la Fondation possède un portefeuille d'une vingtaine de projets dont la plupart viennent à échéance prochainement. La Fondation souhaite dorénavant financer des projets par le biais des trois organismes indépendants qu’elle a mis sur pied conjointement avec le gouvernement du Québec, soit Avenir d’enfants, Québec en Forme et Réunir Réussir. Chaque année, le montant global annuel alloué à ces trois partenariats est de 50 millions $.

En août 2014, la Fondation annonce avec regrets le décès de sa cofondatrice, Madame Lucie Chagnon, à l’âge de 84 ans.

Prix et distinctions (André Chagnon, sauf mention contraire)

Officier de l’Ordre du Canada (1993)

Médaille d’excellence Édouard-Montpetit (1993)

Intronisation au Temple de la renommée de l’entreprise canadienne (2002)

Grand bâtisseur québécois des technologies de l’information et des communications, Fédération de l'informatique du Québec (2003)

Prix « Contribution exceptionnelle au développement des jeunes enfants », Santé Canada (2003)

Officier de l'Ordre national du Québec (2003)

Mérite philanthropique (avec Lucie Chagnon), Fédération des chambres de commerce du Québec (2004)

Grand Montréalais, Chambre de commerce du Montréal métropolitain (2004)

Grand Prix de l’entrepreneur, Ernst & Young Québec (2005)

Médaille d’or de l’Ordre du mérite (Fondation Lucie et André Chagnon), Fédération des commissions scolaires du Québec (2007)

Doctorat honoris causa, HEC Montréal (2008)

Intronisation au Temple de la renommée des télécommunications (2009)

Prix BNP Paribas de la Philanthropie individuelle, BNP Paribas, France (2010)