Paul David

​Pierre Paul David, C.C., O.Q., cardiologue et sénateur (né le 25 décembre 1919 à Montréal, Québec; décédé le 5 avril 1999 à Montréal).

Pierre Paul David, C.C., O.Q., cardiologue et sénateur (né le 25 décembre 1919 à Montréal, Québec; décédé le 5 avril 1999 à Montréal). Fondateur de l’Institut de cardiologie de Montréal en 1954, le Dr David est considéré comme le père de la cardiologie au Québec.

Formation et début de carrière

Paul David est né au sein d’une famille socialement et politiquement engagée. Son père, Athanase David (1881-1953) est député, secrétaire de la province de Québec dans le gouvernement de Louis-Alexandre Taschereau, puis sénateur libéral, alors que sa mère Antonia Nantel (1886-1955) est parmi les membres fondateurs de l’Orchestre symphonique de Montréal (1934). Son grand-père, Laurent-Olivier David (1840-1926), homme de lettres réputé, a aussi été député, puis sénateur libéral.

Après des études à l'Université de Paris avant la Deuxième Guerre mondiale, Paul David prépare un doctorat en médecine à l’Université de Montréal (1944). Il se spécialise en cardiologie au Massachusetts General Hospital de Boston et à l’Hôpital Lariboisière de Paris où il développe son savoir-faire auprès de cardiologues de renom comme le Dr Paul Dudley White et le Dr Jean Lenègre.

Institut de cardiologie de Montréal

Après son retour au Québec en 1948, les Sœurs de la Charité de Montréal lui confient l’unité de cardiologie de l’Hôpital Maisonneuve. En 1954, le Dr David fonde l’Institut de cardiologie de Montréal (ICM) qui regroupe tous les services de cardiologie sous un même toit. Il s’agit du premier établissement de ce genre à voir le jour au Canada. Le Dr David en sera le directeur pendant 30 ans.

C'est à l’ICM que l’équipe dirigée par le Dr Pierre Grondin effectue la première greffe du cœur au Canada (31 mai 1968). Après neuf transplantations, toutes rapidement suivies de décès, le Dr David impose en 1969 un moratoire sur les transplantations. Celui-ci reste en vigueur jusqu'à l’apparition en 1983 de la cyclosporine, un médicament anti-rejet. La première des transplantations cardiaques de deuxième génération a lieu à l’Institut (24 avril 1983) et dote la jeune Diane Larose d’un nouveau cœur, qui lui permettra de survivre jusqu’à une seconde transplantation en 1993 (voir Recherche médicale). Depuis lors, les greffes du cœur sont devenues des procédures courantes.

En décembre 1984, David prend sa retraite et quitte « son » Institut. L’année suivante, il est nommé au Sénat par Brian Mulroney en tant que sénateur progressiste-conservateur. Il demeure à ce poste jusqu’en 1994, en dépit d’un grave accident vasculaire cérébral survenu en 1992 qui le laisse aphasique et partiellement paralysé.

Engagement social

Considéré comme le père de la cardiologie au Québec, le Dr David a été intronisé en 2011 au Temple de la renommée médicale canadienne. Auteur de plus de 150 publications scientifiques, il a été président du conseil d’administration (1966-1969) et du conseil de rédaction (1979-1980) de l’Union médicale du Canada, le journal officiel de l’Association des médecins de langue française du Canada (AMLFC). Il a aussi été président de la Société canadienne de cardiologie (1958-1960) et de l’AMLFC (1977-1978). Le Dr David a contribué au rayonnement de la médecine d’expression française à l’échelle canadienne et mondiale, notamment par son rôle dans la création du Comité international des congrès de cardiologie de langue française.

Il a également assuré la présidence de différentes œuvres humanitaires telles que l’Institut Cardinal Léger contre la lèpre, la Fondation Claude Brunet et le Carrefour des chrétiens des services de santé. Il a aussi siégé sur les conseils d’administration de l’Institut Vanier de la famille, du Foyer Rousselot, de l’Institut de cardiologie de Montréal et du Fonds de recherche de l’Institut de cardiologie de Montréal.

Héritage et reconnaissance publique

Le Dr David est le père de six enfants (il a épousé en premières noces la romancière Nellie Maillard, fille de Charles Maillard, peintre et directeur de l’École des Beaux-Arts de Montréal) dont plusieurs sont connus pour leur engagement social, politique et intellectuel au sein de la société québécoise. Sa fille aînée, Françoise David, a été présidente de la Fédération des femmes du Québec de 1994 à 2001 et est la coporte-parole du parti Québec solidaire depuis 2006. Détentrice d’un doctorat en psychologie clinique de l’Université de Montréal, Hélène David a été professeure au sein de cette institution, puis haut fonctionnaire. Depuis avril 2014, elle est députée de la circonscription d’Outremont et ministre de la Culture et des Communications dans le gouvernement libéral de Philippe Couillard. Le plus jeune fils de Paul David est Charles-Philippe David, professeur de science politique à l’Université du Québec à Montréal et détenteur de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques.

En 2000, son fils Pierre et sa fille Anne-Marie David ont mis sur pied la Fondation du Dr Paul David afin de soutenir différents organismes qui œuvrent auprès des personnes aphasiques. Depuis 2010, cette fondation a cessé ses activités, mais poursuit ses objectifs par le biais du Fonds Dr Paul David administré par le Théâtre Aphasique et consacré aux activités de celui-ci.

La Fondation de l’Institut de cardiologie de Montréal, en partenariat avec la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, a également créé une chaire de recherche en son honneur.

Prix et distinctions

Ordre du mérite, Association des diplômés de l’Université de Montréal (1968)

Officier de l’Ordre du Canada (1968)

Prix Urgel-Archambault, Association canadienne française pour l’avancement des sciences (ACFAS) (1969)

Compagnon de l’Ordre du Canada (1981)

Académie des Grands Montréalais (1981)

Grand officier de l’Ordre national du Québec (1988)

Médaille du mérite, Association des médecins de langue française du Canada (1989)

Intronisation au Temple de la renommée médicale canadienne (2011)


Lecture supplémentaire

  • Denis Goulet et Robert Gagnon, Histoire de la médecine au Québec, 1800-2000 (Septentrion, 2014).

    Guy Grenier, 100 ans de médecine francophone : histoire de l’Association des médecins de langue française du Canada (Éditions Multimondes, 2002).

    Alain Jacques, Docteur Paul David, Institut de cardiologie de Montréal : une âme, une équipe (Laporte, 1986)

Liens externes