Place des Arts

Place des arts (PDA). Complexe montréalais consacré aux arts de la scène. La PDA figure parmi les plus grandes installations de ce type au Canada.

Place des Arts

Place des arts (PDA). Complexe montréalais consacré aux arts de la scène. La PDA figure parmi les plus grandes installations de ce type au Canada. Elle comprend cinq salles de concert et abrite l'Orchestre symphonique de Montréal(OSM), l'Opéra de Montréal, Les Grands Ballets Canadiens de Montréalet la Compagnie Jean Duceppe. Le complexe accueille également des festivals, des spectacles d'humour et des concerts de différents styles musicaux, comme le jazz, le blues et le pop.

Histoire et administration

À l'initiative de Jean Drapeau, maire de Montréal, des citoyens se réunissent en 1955 pour jeter les bases d'un organisme portant le nom de Centre Sir-George-Étienne-Cartier, qui devient finalement la PDA. Les plans des architectes montréalais Affleck, Desbarats, Dimakopoulos, Lebensold, Michaud et Sise sont dévoilés en 1959. Les travaux débutent le 11 février 1961. La Grande Salle, rebaptisée salle Wilfrid-Pelletier le 13 juin 1966, est inaugurée le 21 septembre 1963 par un concert de l'OSM dirigé conjointement par Wilfrid Pelletieret Zubin Mehta. En 1964, la société du Centre Sir-George-Étienne-Cartier est dissoute et remplacée par la Régie de la PDA qui, après la réforme de la fiscalité municipale en 1982, devient la Société de la Place des arts de Montréal. Relevant uniquement du ministre des Affaires culturelles du Québec (renommé ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine), la PDA est gérée comme une société d'État. Son conseil d'administration est composé de membres nommés par le gouvernement et les charges d'exploitation sont en partie assumées par le gouvernement du Québec.

Après Louis-A. Lapointe, président de la société initiale (1957-1964), les présidents de la Société sont François Mercier (1964-1968), Marcel Piché (1968-1972), Raymond Crépault (1972-1973), Jean-Claude Delorme (1974-1982), Guy Joron (1982-1987), Danièle Touchette Robitaille (1988-1992), Roger D. Landry (1992-1995), Clément Richard (1995-2002), Normand Legault (2002-2003), Alan B. Gold (2003-2004), François Macerola (2004-2008) et Jean Laurin (2008 -). Les directeurs généraux sont Claude Robillard (1957-1964), Gérard Lamarche(1964-1986), Guy Morin (1986-1993), Roger D. Landry (1993-1994), France Fortin (1994-2000), Clément Richard (2000-2001), et Marie Lavigne (2001-). Avec l'intégration du Musée d'art contemporain de Montréal, le quadrilatère de la PDA devient l'un des plus gros centres d'art intégré en Amérique du Nord.

Caractéristiques des salles de théâtre

La salle Wilfrid-Pelletier est la plus grande des salles de la PDA avec 2982 fauteuils. La scène, de 47 m sur 17 m, est adaptée à la présentation de concerts symphoniques, d'opéras, de ballets, de comédies musicales et de spectacles de variétés. Sa fosse à géométrie variable peut contenir jusqu'à 100 musiciens. La salle comprend cinq foyers, dont le Piano nobile, grand foyer central rehaussé des Anges radieux, une œuvre du sculpteur québécois Louis Archambault.

La tenue d'Expo 67, avec son festival mondial, accélère la construction d'un deuxième édifice, inauguré en 1967, qui abrite aujourd'hui le Théâtre Maisonneuve, le Théâtre Jean-Duceppe (Port-Royal jusqu'en 1991) et le Studio-théâtre (ancien Théâtre du Café de la Place). Conçu par les architectes montréalais David, Barott et Boulva, cet édifice est situé au sud-ouest de la salle Wilfrid-Pelletier.

Le Théâtre Maisonneuve, qui en occupe la partie supérieure, est une version moderne du théâtre à l'italienne et peut accueillir 1460 spectateurs. La scène mesure 46 m sur 21 m et peut être utilisée tant pour une pièce de théâtre que pour une comédie musicale, un concert ou un spectacle de danse. La fosse peut contenir 45 instrumentistes. Le théâtre Jean-Duceppe compte 755 sièges répartis en gradins au parterre avec vue sur une scène exceptionnellement large de 42 m sur 17 m. Quoique consacrée principalement au théâtre, cette salle possède une fosse d'orchestre qui peut contenir 10 musiciens.

Inauguré le 6 novembre 1978, d'après les plans des architectes David, Barott et Clève, le Studio-théâtre contient 138 fauteuils faisant de cette salle un lieu intime pour les représentations théâtrales et les récitals de chant.

La Cinquième salle, qui contient 421 fauteuils, dessinée par les architectes Jodoin, Lamarre et Pratte, est inaugurée le 29 mai 1992. Conçue pour accueillir des spectacles de tous genres, elle est exploitée avec le Musée d'art contemporain de Montréal et présente des films, des spectacles de chant et de danse, des lectures publiques et du théâtre. La configuration flexible de cette salle permet de modifier la disposition des fauteuils selon les besoins spécifiques des spectacles présentés.

En 2002, un débat est lancé concernant la construction d'une nouvelle salle de concert (dont le nom serait L'Adresse symphonique). Malgré les revers essuyés à la phase initiale des pourparlers, Charest annonce en 2006 que son gouvernement ira de l'avant avec ce projet. En mars 2009, la firme d'architecte Diamond and Schmitt et les acousticiens Artec Consultants sont mandatés pour réaliser les plans d'une salle de 2000 sièges. Une fois les travaux de construction terminés, l'OSM quittera la Salle Wilfrid-Pelletier et emménagera dans son nouvel établissement officiel situé à l'angle du boulevard Maisonneuve et de la rue Saint-Urbain. Un couloir vitré reliera cette salle aux bâtiments environnants. L'installation sera munie de voiles acoustiques et aura des murs courbes revêtus de bois de hêtre. Les matériaux seront de production québécoise dans la mesure du possible. La fin des travaux, qui devraient totaliser 260 millions de dollars, est prévue pour 2011.

Au fil des ans, plusieurs festivals et expositions sont organisés à l'Esplanade, un vaste espace de spectacle en plein air situé au milieu des installations du complexe de la PDA.

Spectacles

Les grands noms canadiens et internationaux de la musique, de la danse, du théâtre et des variétés se produisent sur les scènes de la PDA, tels Tori Amos, Harry Belafonte, Maria Callas, Yvon Deschamps, Claude Dubois, Bob Dylan, James Ehnes, Maynard Ferguson, Dietrich Fischer-Dieskau, Ida Haendel, Vladimir Horowitz, Dmitri Hvorostovsky, André Laplante, Jean Lapointe, Monique Leyrac, Anne Murray, David Oistrakh, Louis Lortie, Luciano Pavarotti, Radiohead et Ginette Reno. Le concert gala du Concours international de musique de Montréal y est également présenté. L'Opera Guild et l'Opéra du Québecy donnent aussi leurs représentations. Le théâtre Maisonneuve est la salle qu'utilisent principalement l'Orchestre de chambre McGill, la Société Pro Musicaet l'Orchestre métropolitainpour leurs concerts.

La Société de la PDA offre un programme d'animation qui, depuis 1972, propose des activités touchant les arts de la scène, à midi et les fins de semaine, notamment la série Sons et Brioches en collaboration avec les Jeunesses musicales du Canada. La Place des Arts accueille également des festivals de grande envergure, dont le Festival international de Jazz de Montréal, le Festival Juste pour rire, Les FrancoFolies de Montréal, le Festival des Films du Monde, le Festival Montréal en lumières, le Festival TransAmériques et le Festival du Monde Arabe de Montréal.

Après la publication Placedart, dont 37 numéros ont paru de 1968 à 1975, la Société distribue gratuitement à tous les spectateurs Le Magazine de la Place des arts(1989 -), bimestriel, qui contient également le programme de la soirée ainsi que le calendrier mensuel des activités artistiques.

Bibliographie

« La Place des arts de Montréal », Alcan News(sept. 1963).

« La Grande Salle, Place des arts », Royal Architectural Institute of Canada(nov. 1963).

« La Place des arts du Québec a un an », L'Actualité(oct. 1964).

Cahier spécial sur l'Édifice des théâtres, Le Devoir(Montréal, 29 mars 1967).

Laurent Duval, « Derrière le béton », Culture vivante, 17 (mai 1970).

Rapports annuelsde la Régie de la PDA (1974-75 -).

Sondage effectué par l'Institut québécois d'opinion publique (1975).

Claude GINGRAS, « En 15 ans, la Place des arts est devenue la place de tout le monde », La Presse(Montréal, 30 sept. 1978).

John FITZGERALD, « The Price dilemma at Place des arts », The Gazette(Montréal, 13 mars 1982).

Maryse ANGRIGNON SIROIS, « Place des arts 1963-1983 », Aria, VI (aut. 1983).

Guy JORON, « L'Avenir de la Place des arts après l'OSM », Le Devoir(Montréal, 2 et 3 mai 1984).

Véronique ROBERT, « Embouteillage à la Place des arts », L'Actualité(avril 1986).

Laurent DUVAL, L'Étonnant dossier de la Place des arts : 1956-67(Montréal 1988).

Jocelyne LEPAGE, « De la "Place des autres" à la Place des arts : les 25 ans d'un projet grandiose », La Presse(Montréal, 17 sept. 1988).

Maryse ANGRIGNON SIROIS, « Guy Morin : directeur général, Place des arts », Aria, XI (hiv. 1988).

Mathieu-Robert SAUVÉ, « Théâtres sous surveillance », L'Actualité (juin 1989).

Bernard PARÉ, « L'Entrée en scène d'un théâtre révolutionnaire », Magazine de la Place des Arts, vol. 3, no 5 (mai/juin 1992).

___________, « La Place des Arts ouvre sa boite à chansons », Paroles & Musique, vol. 2, no 3 (mars 1995).

Louise DUGAS, « Nouvelle mission », Magazine de la Place des Arts, vol. 10, no 2 (nov./déc. 1998).

Kelly RICE, « A dream come true », Magazine de la Place des Arts, vol. 10, no 4 (mars/avril1999).

Gildas ILLIEN, « La Place des Arts et la Révolution tranquille : Les fonctions politiques d'un centre culturel »(Sainte-Foy, 1999).

Guy Marceau, « Slowly but surely », Magazine de la Place des Arts, vol. 14, no 1 (sept./oct. 2002).

Arthur KAPTAINIS, « Wait for it: MSO hall promised by 2011 », Montreal Gazette(28 juin 2006).

__________, « MSO hall plans revealed (259 million dollars) », Montreal Gazette(29 mai 2009).