Powell River

Powell River (Colombie-Britannique), constituée en ville en 2005, population de 13,943 habitants (recensement de 2021), de 13,157 habitants (recensement de 2016). Située sur la rive est du détroit de Georgia, à 133 km au nord-est de Vancouver. À l’est de la ville se trouvent la chaîne de montagnes Smith et les lacs Powell et Haslam. Le climat est doux à longueur d’année, grâce au courant chaud du détroit. Son nom vient du lac Powell, qui a été nommé en l’honneur d’Israel Wood Powell, surintendant des Affaires indiennes de la Colombie-Britannique dans les années 1880.

Powell River (Colombie-Britannique), constituée en ville en 2005, population de 13,943 habitants (recensement de 2021), de 13,157 habitants (recensement de 2016). Située sur la rive est du détroit de Georgia, à 133 km au nord-est de Vancouver. À l’est de la ville se trouvent la chaîne de montagnes Smith et les lacs Powell et Haslam. Le climat est doux à longueur d’année, grâce au courant chaud du détroit. Son nom vient du lac Powell, qui a été nommé en l’honneur d’Israel Wood Powell, surintendant des Affaires indiennes de la Colombie-Britannique dans les années 1880.

Peuplement

À l’origine, le village était un centre de production de pâtes et papiers; il a été constitué comme ville de compagnie en 1912. En 1995, l’ancien territoire du village a été nommé district historique national et plusieurs anciennes maisons de la compagnie ont été restaurées. D’abord incorporée comme une municipalité de district, en 1995, Powell River obtient le statut de ville, en 2005.

Économie

L’industrie forestière reste toujours importante dans l’ensemble de l’économie de la région, surtout l’industrie de pâtes et papiers. La pêche commerciale et l’industrie minière à l’île Texada, jouent aussi un rôle important dans l’économie. Le climat et les paysages font de Powell River et de son arrière-pays une station estivale recherchée. On s’y adonne beaucoup à la pêche et à la navigation de plaisance, tant en eau salée qu’en eau douce. L’inauguration, en 1965, d’un service de traversier entre Comox, dans l’île de Vancouver, et la côte continentale a grandement stimulé le tourisme.