Sports équestres

Prenant part aux sports équestres modernes (dressage, saut d’obstacles et concours complet) depuis le début du XXe siècle, les Canadiens remportent des médailles aux Jeux olympiques, aux Jeux équestres mondiaux et aux Jeux panaméricains.

Spruce Meadows
Spruce Meadows est le meilleur centre équestre en Amérique du Nord (avec la permission de Spruce Meadows).
L
Les cavaliers Jim Day, Jim Elder et Tom Gayford (de gauche à droite), médaillés d'or au saut d'obstacles, épreuve équestre, aux Jeux Olympiques de Mexico de 1968. (Avec la permission du Panthéon des sports canadiens, www.cshof.ca)
Hayes, Jay
Jay Hayes (photo de F. Scott Grant/Canadian Sport Images).
Lamaze, Eric
Cavalier
Lors de l'épreuve de sauts, cavalier et cheval doivent franchir une série d'obstacles (Corel Professional Photos).

Sports équestres

Prenant part aux sports équestres modernes (dressage, saut d’obstacles et concours complet) depuis le début du XXe siècle, les Canadiens remportent des médailles aux Jeux olympiques, aux Jeux équestres mondiaux et aux Jeux panaméricains. Aux Jeux olympiques, la discipline où les cavaliers canadiens obtiennent le plus de succès est le saut d’obstacles : en 1968, l’équipe de James Day, Thomas Gayford et Jim Elder remporte la première médaille d’or olympique du pays en sports équestres, tandis qu’en 1976, Michel Vaillancourt remporte l’argent aux Olympiques en saut d’obstacles. En 2008, Eric Lamaze remporte l’or aux Olympiques à l’épreuve individuelle et l’argent en équipe (avec Ian Millar, Mac Cone et Jill Henselwood). Aux Jeux olympiques d'été en 2016, Eric Lamaze remporte la médaille de bronze en saut individuel.

Origines

Les principaux sports équestres d’aujourd’hui tirent leurs origines dans la Grèce antique, où le dressage servait à préparer les chevaux à la guerre. Les chevaux sont également impliqués dans les compétitions olympiques dès 680 avant notre ère, alors que les courses de chars sont introduites dans le cadre des Jeux olympiques de l’Antiquité.Le sautse développe principalement à partir des XVIIe et XVIIIe siècles, avec les chasses au renard et les sauts d’obstacles, tandis que le concours complet (qui évalue tous les aspects de l’équitation, soit le dressage, le saut d’obstacles, l’endurance et le cross-country) se développe comme moyen de préparation et d’évaluation des chevaux de cavalerie.

Débuts des sports équestres au Canada

Les activités équestres font partie de la scène sportive du Canada depuis le début des années 1800. Le Montréal Fox Hunt est mis sur pied à la fin des années 1820, et la première course de saut d’obstacles en Amérique du Nord britannique a lieu à Montréal en 1840. À partir de 1873, les femmes participent activement aux chasses. Les premiers championnats équestres du Dominion ont lieu à Toronto en 1895 et comprennent plusieurs événements auxquels participent les hommes et les femmes. La Foire royale d’hiver de l’agriculture, tenue à Toronto en novembre de chaque année depuis 1922, marque l’émergence du Royal Horse Show, le plus grand événement équestre international à se tenir au Canada.

Compétition internationale

Les premiers événements équestres des Jeux olympiquesmodernes, tenus à Paris en 1900, comprennent le saut d’obstacles, le saut en longueur et le saut en hauteur. Le dressage et le concours complet sont présentés aux Jeux de Stockholm en 1912, tout comme le saut d’obstacles.

Les femmes ont longtemps été actives dans les compétitions équestres, mais ne sont admises aux Jeux olympiques qu’en 1952 pour le dressage, en 1956 pour le saut d’obstacles et en 1964 dans le cas du concours complet; les sports équestres sont l’une des rares disciplines olympiques où les femmes et les hommes participent aux mêmes compétitions. Ces compétitions sont également incluses dans les Jeux panaméricains. Organe dirigeant des sports équestres, la Fédération équestre internationale est fondée en 1921.

Dressage

Le dressage (terme faisant référence à l’entraînement des chevaux), qui est considéré comme la partie la plus artistique du sport équestre, se compose d’une série de mouvements techniques à difficulté variable, faits à la marche, au trot et au galop. Il y a également le dressage de style libre, qui est mis en musique, chaque cheval ayant sa propre chorégraphie.

Les Canadiens participent à des compétitions internationales de dressage depuis le début des années 1950. Christilot Hanson (connue plus tard comme Hanson-Boylen) est membre de l’équipe canadienne lors de cinq Jeux olympiques consécutifs, et ce, malgré le boycottage canadien des Jeux de 1980. En 1972, elle termine neuvième aux Jeux olympiques, devenant ainsi la toute première Canadienne à terminer parmi les 12 meilleurs cavaliers internationaux en dressage individuel; en 1976, elle termine septième. Aux Jeux panaméricains, elle remporte des médailles d’or en 1971 et 1975. En dressage d’équipe, Christilot Hanson, Cynthia Neale et Zoltan Sztehlo remportent la médaille d’or aux Jeux panaméricains de 1971; aux Jeux de 1975, Christilot Hanson-Boylen fait équipe avec Barbara Stracey et Lorraine Stubbs; elles terminent deuxièmes. Aux Jeux olympiques de Montréal en 1976, l’équipe canadienne termine au cinquième rang. En 1984, Christilot Hansen-Boylen termine dixième dans la compétition individuelle et septième en équipe. Trois ans plus tard, aux Jeux panaméricains de 1987, elle remporte deux fois l’or, en compétition individuelle et en équipe; sa coéquipière Martina Pracht remporte l’argent à la compétition individuelle.

Lors des championnats du monde de 1986 (tenus pour la première fois hors de l’Europe, à Cedar Valley, en Ontario), Cynthia Ishoy (née Neale) termine septième en épreuve individuelle tandis que l’équipe se classe cinquième. Aux Jeux olympiques de Séoul en 1988, Cynthia Ishoyfait équipe avec Ashley Nicoll, Eva-Marie Pracht et Gina Smith pour remporter la médaille de bronze; elle se classe également quatrième à l’épreuve individuelle. Cynthia Ishoy contribue à une 10e place en équipe à Barcelone en 1992, mais ne participe pas auxJeux en 2000. Bien qu’elle fasse partie de l’équipe de dressage à Athènes en 2004, Cynthia Ishoy ne se rend pas en finale, ni en équipe ni en épreuve individuelle.

Les Canadiens excellent en dressage aux Jeux panaméricains.En plus des médailles remportées à ces Jeux par Christilot Hanson-Boylen et ses coéquipières dans les années 1970 et 1980, les Canadiens remportent l’épreuve par équipe, ainsi que l’or (Lorraine Stubbs) et l’argent (Ashley Munro) en dressage individuel aux Jeux de 1991. Aux Jeux panaméricains de 1999,Shannon Oldham-Dueck remporte l’argent en dressage individuel, alors que Leslie Reid remporte l’or en 2003 et Christopher Von Martels gagne la médaille de bronze en 2015. L’équipe canadienne de dressage remporte la médaille d’argent en 2003, 2007, 2011 et 2015.

Saut d’obstacles

En saut d’obstacles, le cheval et le cavalier doivent franchir des obstacles dans un terrain délimité. Les Coupes des nations, qui comprennent les Jeux olympiques, sont les compétitions internationales les plus importantes pour les cavaliers qui y sont invités.

Les cavaliers canadiens remportent les plus grands honneurs en saut d’obstacles. Ils font leurs premières apparitions internationales dès 1909, lorsqu’une équipe de cavaliers participe au tournoi militaire dans le cadre de l’International Horse Show à l’Olympia, à Londres. Des équipes de l’Armée canadienne continuent à participer à des compétitions à l’étranger après la Première Guerre mondiale; le Major R.S. Timmis devient le premier Canadien à remporter un concours international, au Colisée de Toronto en 1923.

En 1926, la première équipe canadienne officielle de saut d’obstacles participe à la Foire royale d’hiver de l’agriculture et dispute les grands honneurs à Boston et à Londres. Le monopole des militaires sur les équipes canadiennes se poursuit jusqu’au début des années 1950, lorsque les unités de cavalerie sont réduites et que l’on encourage une plus grande ouverture de l’équitation, menant à l’accroissement du nombre de participants civils.

En 1967,James Day devient le premier Canadien à remporter une médaille d’or équestre en épreuve individuelle aux Jeux panaméricains tandis que l’équipe de saut se classe troisième. La dernière journée des Jeux olympiques de Mexico en 1968, James Day, James Elder et Thomas Gayford emballent le Canada en remportant la médaille d’or par équipe. Cette même équipe remporte le Grand Prix nord-américain et le Royal Horse Show en 1969, ainsi que le Championnat du monde à La Baule, en France, en 1970.

En 1971, les cavaliers canadiens remportent la médaille d’or en équipe au National Horse Show à New York, au Royal Horse Show et aux Jeux panaméricains (où Terrance Millar remporte également le bronze en épreuve individuelle). Aux Jeux olympiques de 1972, l’équipe se classe sixième; James Day termine quatrième à l’épreuve individuelle, perdant la médaille de bronze à la suite d’une faute qui lui coûte un quart de seconde à l’épreuve chronométrée. Barbara Simpson Kerr termine troisième aux Championnats du monde de saut d’obstacles féminin en 1974, et l’équipe canadienne remporte la médaille de bronze aux Jeux panaméricains de 1975. Un point culminant des Jeux olympiques de 1976 est la performance de Michel Vaillancourt, qui lui vaudra la médaille d’argent à l’épreuve individuelle de saut d’obstacles.

À la suite de la décision de l’équipe équestre de boycotter les Jeux olympiques de Moscou en 1980, on désigne la Coupe des nations à Rotterdam comme compétition de rechange, et les Canadiens y gagnent la médaille d’or par équipe. Deux ans plus tard, l’équipe canadienne remporte également la Coupe des Nations à Sydney, en Australie, en 1982. Mario Deslauriers remporte la Coupe du monde de saut d’obstacles en Suède en 1984. En 1986 à Aix-la-Chapelle, en Allemagne de l’Ouest, une performance sans faille permet à Gail Greenough de remporter le Championnat du monde de saut d’obstacles.

Aux Jeux panaméricains d’août 1987, le cavalier Ian Millar devient le deuxième Canadien à remporter une médaille d’or individuelle; le Canada gagne aussi l’or à l’épreuve par équipe. Ian Millar, chevauchant Big Ben, remporte la Coupe du monde en saut d’obstacles en 1988 et 1989, devenant ainsi le premier tandem cheval-cavalier à gagner la compétition deux années consécutives. Ian Millar et Big Ben sont intronisés au Panthéon des sports canadiens en 1996. Big Ben est alors seulement le deuxième cheval (après Northern Dancer) à y être intronisé.

Ian Millar fait partie de l’équipe (Mac Cone, Jill Henselwood et Eric Lamaze) qui remporte l’argent en 2007 aux Jeux panaméricains à Rio de Janeiro. Les Canadiens dominent également l’épreuve de saut individuelle, Jill Henselwood remportant l’or et Eric Lamaze gagnant le bronze (Millar se classe quatrième).

L’année suivante, les athlètes équestres du Canada causent la surprise lors des Jeux olympiques de Beijing en 2008, alors qu’Ian Millar et son équipe composée d’Eric Lamaze, de Mac Cone et de Jill Henselwood remportent l’argent, la première médaille olympique du Canada en saut d’obstacles depuis 1976. Plus tard, Eric Lamaze remporte la première médaille d’or individuelle du pays en sports équestres et la deuxième médaille individuelle en saut d’obstacles dans l’histoire olympique. Lors des Jeux panaméricains à Toronto en 2015, l’équipe canadienne de Tiffany Foster, Eric Lamaze, Ian Millar, Yann Candele et Elizabeth Gingras remporte la médaille d’or en saut d’obstacles. Lannée suivante, Eric Lamaze décroche la médaille de bronze en saut individuel aux Jeux olympiques d'été à Rio. Il termine quatrième lors de l'épreuve d'équipes (avec Yann Candele, Tiffany Foster et Amy Millar).

Concours complet

L’événement de trois jours, ou « concours complet », sert à évaluer la capacité globale du cheval et du cavalier, et comprend le dressage, des tests d’endurance et le saut d’obstacles, chaque épreuve ayant lieu pendant une journée. La première équipe équestre olympique du Canada participe au concours complet aux Jeux de 1952 à Helsinki. Lors des concours équestres de 1956 dans le cadre des Olympiques de Stockholm, l’équipe canadienne (Brian Herbinson, John Rumble et James Elder) y remporte la médaille de bronze.

Les compétiteurs canadiens aux concours complets obtiennent également de bons résultats aux Jeux panaméricains, remportant la médaille d’or en équipe et des médailles de bronze en épreuve individuelle (Norman Elder) en 1959; ils remportent l’argent en équipe et l’argent en épreuve individuelle (Norman Elder) en 1967; ils gagnent l’or en équipe et l’argent en épreuve individuelle (Clint Banbury) en 1971; et ils remportent l’argent en équipe en 1975. Le Canada gagne à nouveau l’argent en équipe aux Jeux panaméricains de 1987.

En 1978, lors des Jeux équestres mondiaux à Lexington, au Kentucky, le concours complet est remporté par le Canada (Mark Ishoy, Juliet Graham [maintenant Bishop], Elizabeth Ashton et Cathy Wedge). Le Canada ne gagne aucune médaille lors de concours complets aux championnats du monde pendant les 30 années qui suivent, jusqu’en 2010, lorsque l’équipe canadienne composée deStephanie Rhodes-Bosch, Selena O’Hanlon, Hawley Bennett-Awad et Kyle Carter termine deuxième en concours complet aux Jeux équestres mondiaux.

Aux Jeux panaméricains de 2007, l’équipe canadienne (Kyle Carter, Sandra Donnelly, Waylon Roberts et Michael Winter) remporte la médaille d’argent. Lors des Jeux panaméricains suivants en 2011, Jessica Phoenix remporte l’or au concours complet individuel et mène l’équipe canadienne (James Atkinson, Hawley Bennett, Rebecca Howard, Serena O’Hanlon) à une médaille d’argent. Aux Jeux panaméricains de 2015 à Toronto, Jessica Phoenix termine deuxième à la compétition individuelle, et troisième à la compétition par équipe avec Colleen Loach, Waylon Roberts et Kathryn Robinson.

Canada Hippique

Le sport équestre au Canada est régi par Canada Hippique, formé en 1977.Canada Hippique est associé à un certain nombre d’organisations, y compris l’ensemble des dix associations équestres provinciales. Les spectacles équestres au Canada sontégalement autorisés et régis par Canada Hippique. Un comité de Canada Hippique (« l’Équipe équestre canadienne ») est chargé de former les équipes internationales du Canada en dressage, saut d’obstacles et concours complet (l’événement de trois jours comprenant le dressage, l’endurance et le saut d’obstacles).

Spruce Meadows

Un moment important dans le développement des sports équestres canadiens est la construction en 1975 du complexe de saut d’obstacles et de compétition internationale de Spruce Meadows, au sud de Calgary, en Alberta. Meilleur site de compétition en plein air en Amérique du Nord, il accueille l’événement de sauts d’obstacles aux bourses les plus élevées au monde, attirant ainsi les meilleurs cavaliers internationaux.


Liens externes