Mille-Îles

La section ontarienne des Mille-Îles est située en aval du FLEUVE SAINT-LAURENT, et s'étend en aval sur 80 km à partir du lac Ontario, entre KINGSTON et BROCKVILLE.

La section ontarienne des Mille-Îles est située en aval du FLEUVE SAINT-LAURENT, et s'étend en aval sur 80 km à partir du lac Ontario, entre KINGSTON et BROCKVILLE. Elle se compose de plus de 1000 îles rocheuses et boisées dont quelques-unes ont plusieurs kilomètres carrés de superficie tandis que d'autres ne sont que des rochers et des hauts-fonds à fleur d'eau. On y dénombre officiellement 1149 îles et îlots, dont 665 du côté canadien (241 officiellement nommés) et 484 du côté américain (126 nommés).

L'émergence du BOUCLIER précambrien canadien, qui part de l'Est de l'Ontario et traverse toute la vallée du Saint-Laurent pour former l'assise des monts Adirondack, dans l'état de New York, est la cause du paysage pittoresque offert par les différentes îles et les passages en labyrinthe. Cette formation rocheuse complexe vieille de plus de 900 millions d'années et composée essentiellement de granit dur et de gneiss a été rongée et sculptée par l'érosion glaciaire pour former un relief de creux et de bosses. Sur le paysage modifié qui apparaît suite au départ des glaces continentales (inlandsis), le système des GRANDS LACS emprunte une nouvelle voie de drainage à l'est du lac Ontario, formant ainsi le fleuve Saint-Laurent. Les creux se sont remplis d'eau et les bosses rocheuses sont devenus des îles. La flore et la faune de cette partie du grand corridor du Saint-Laurent recèlent des trésors. Le paysage y est de toute beauté et l'histoire de la région est riche. Les oiseaux aquatiques y abondent. Étant donné que cette région est située à la limite sud de la zone boisée des Grands-Lacs et du Saint-Laurent, on y trouve des espèces particulières au Sud comme le caryer ovale, le tilleul d'Amérique et le pin rigide ainsi que les feuillus et les conifères répandus dans le sud de l'Ontario. Le profil varié du fond du Saint-Laurent abrite des habitats de poissons différents : quelque 38 espèces ont déjà été identifiées, dont des espèces qui attirent les pêcheurs depuis longtemps, notamment le grand brochet, le maskinongé, l'achigan à grande bouche, l'achigan à petite bouche et la perchaude.

Lieu de campement favori des Iroquoiens avant l'arrivée des explorateurs Européens, cette partie de la grande voie fluviale vers l'intérieur des terres est traversée par des explorateurs, des missionnaires, des commerçants de fourrure et des soldats. Les conflits militaires coloniaux entre la France et l'Angleterre (voir GUERRE DE SEPT ANS), et plus tard entre l'Angleterre et les États-Unis (voir GUERRE DE 1812), ont légué à la région de nombreux toponymes, comme les îles Navy, Admiralty et Lake Fleet. Les îles Endymion, Camelot et Mermaid ont été baptisées ainsi en l'honneur de canonnières, tandis que Gordon et Stovin tiennent leur nom de commandants militaires.

Les immigrants qui voyageaient vers le Haut-Canada à la fin des années 1700 et au début des années 1800 ainsi que les écrivains romantiques de cette période ont fait connaître un peu partout la beauté de la région. L'accessibilité de cette région à une société urbaine prospère dans les deux Canada et la proximité des États-Unis ont également permis de l'utiliser à des fins récréatives. Entre les années 1850 et 1870, on y construit des hôtels, souvent luxueux, surtout destinés aux pêcheurs. Les terrains de camping religieux se multiplient dans les îles et deviennent souvent des lieux de villégiature. Le développement du chemin de fer des deux côtés du fleuve attire les touristes fortunés. Les hôtels luxueux et les excursion en bateau à vapeur deviennent populaires et des résidences d'été font leur apparition, déjà avant la Confédération, en 1867. Le PARC NATIONAL DES ÎLES-DU-SAINT-LAURENT est créé en 1904 grâce à l'acquisition de plusieurs îles des Indiens mississaugas.

Dès le début du XIXe siècle, le TOURISME contribue grandement à l'économie. Excepté quelques terrains de camping nationaux et provinciaux, les îles et le littoral appartiennent aujourd'hui en majorité à des intérêts privés. Le pont international des Mille-Îles (1938) traverse le Saint-Laurent à l'île Hill, reliant l'Ontario au réseau routier de l'état de New York. L'autoroute Macdonald-Cartier (401) a grandement amélioré l'accès à la métropole après la Deuxième Guerre mondiale, et la route de plaisance des Mille-Îles longe les anses et les baies boisées de la rive du Saint-Laurent, de GANANOQUE à Brockville. Les services touristiques contribuent grandement à l'économie des collectivités voisines de Kingston, Brockville, Rockport, Ivy Lea et Gananoque. Les Mille-Îles, que FRONTENAC décrivait en 1673 comme la plus belle région au monde, a su conserver son histoire et sa beauté naturelle.


Lecture supplémentaire

  • Don Ross, Discovering the Thousand Islands (2001).