Îles de Toronto

Les îles de Toronto, d'une superficie de 332 ha, forment un archipel composé de 15 îles dans le lac Ontario, à 1,6 km au sud du centre-ville de Toronto.

Views: Toronto Islands by Google Maps

Les îles de Toronto, d'une superficie de 332 ha, forment un archipel composé de 15 îles dans le lac Ontario, à 1,6 km au sud du centre-ville de Toronto. Les Mississaugas les surnommaient « endroit où les arbres surgissent de l'eau ». Interdite aux voitures, cette région était au départ une péninsule, communément considérée comme une île au mépris de la géographie. Le sable et le gravier qui la composent proviennent de l'érosion des falaises de Scarborough, situées plus à l'est. En 1858, une violente tempête la sépare de la terre ferme. La superficie des îles, qui était de 145 ha en 1870, a doublé depuis. Les vents, les courants, les travaux de dragage et de remplissage ont aidé à façonner les îles, leur donnant la forme d'un crochet de 8 km découpé à l'intérieur par de petites lagunes et des îlots. Les 8 plus grandes îles sont les îles Centre, Muggs, Donut, Forestry, Olympic, South, Snake et Algonquin. L'île Centre, dotée d'un parc d'attraction, de plages et de jardins, attire un million de visiteurs par année. Le Toronto Island Airport, situé dans la partie nord-ouest de Hanlan's Point, est l'un des aéroports les plus fréquentés au Canada avec quelque 184 000 départs et arrivées par an (1981-1985).

Après avoir pique-niqué, parcouru les îles à pied et à cheval en 1793, le lieutenant-gouverneur Simcoe décide de faire de York (Toronto) le centre naval et militaire du Haut-Canada, et de Gibraltar Point (maintenant Hanlan's Point) le gardien du port de Toronto. Toutefois, en 1813, les soldats américains détruisent les fortifications des îles. Localité résidentielle depuis plus de 150 ans, l'île Ward, à l'extrémité est de l'archipel, a été baptisée ainsi en l'honneur du pêcheur David Ward, qui s'y est établi avec sa famille en 1834. Un pont relie l'île Ward à l'île Algonquin et, ensembles, elles comptent 250 maisons. Les terres sur lesquelles sont bâties ces maisons sont louées aux propriétaires par la métropole urbaine de Toronto. Au début des années 1950, 8000 personnes habitaient l'île Centre, mais au cours des années 1950 et 1960, ses hôtels de villégiature élégants, ses théâtres et ses magasins ont été démolis afin de faire place à un parc. Depuis 1956, les derniers habitants de l'île luttent pour sauver leurs maisons. En 1981, le gouvernement de l'Ontario a adopté une loi afin que la sauvegarde de la localité soit assurée au moins jusqu'à l'an 2005.


Lecture supplémentaire

  • Robert Sward, The Toronto Islands (1983).

Liens externes