Canadian Library Association

La Canadian Library Association (CLA) est fondée en 1946 à Hamilton, Ontario, et constituée en société le 26 novembre 1947. La CLA est un organisme bénévole sans but lucratif, administré par un conseil exécutif élu qui est conseillé par plus de trente comités ou groupes d’intérêt. Après une diminution constante du nombre de membres pendant plusieurs années, la CLA s’est dissoute en 2016.



Mission et organisation

La mission de la CLA était de promouvoir, développer et soutenir les services d’information et de bibliothèque au Canada ainsi que de travailler en coopération avec tous ceux qui partagent ses valeurs afin de présenter un consensus concernant les questions d’intérêt mutuel.

L’association était constituée de cinq divisions :

  • la Canadian Association of College and University Libraries (CACUL), incluant la section Community and Technical College (CTCL);
  • la Canadian Association of Public Libraries (CAPL), incluant la section Canadian Association of Children’s Librarians (CACL);
  • la Canadian Association of Special Libraries and Information Services (CASLIS), ayant des sections régionales à Calgary, Edmonton, au Manitoba, à Ottawa, à Toronto et au Canada atlantique;
  • la Canadian Library Trustees' Association;
  • la Canadian School Library association, incluant la section School Library Administrator’ (SLA).

En 1968, la CLA devient une association unilingue (voir Anglais canadien), laissant le soin de représenter les bibliothécaires francophones à l’Association pour l’avancement des sciences et des techniques et de la documentation (voir Langue française au Canada).

Membres

Toute personne qui s’intéresse aux bibliothèques pouvait devenir membre de l’association composée de divers groupes de particuliers ou d’organismes œuvrant dans les bibliothèques ou dans le domaine de la bibliothéconomie et des sciences de l’information. La majeure partie des membres de la CLA travaillaient dans des bibliothèques collégiales, universitaires, scolaires, publiques, spécialisées (d’entreprise, à but non lucratif et gouvernemental). Les autres membres étaient des administrateurs de bibliothèques publiques, travaillaient pour des compagnies qui offrent des biens et services aux bibliothèques ou étaient étudiants de deuxième cycle universitaire ou de programmes de collège communautaire. Les adhésions se regroupent en différentes catégories : particulier, institution, association et administrateur.

En 2002, l’association comptait 2721 membres particuliers et institutionnels. En 2014, ce nombre avait chuté à 1283. La diminution constante du nombre de membres mène éventuellement à la dissolution de la CLA en 2016.

Activités

L’association s’intéressait principalement aux politiques gouvernementales touchant toutes les questions liées aux services de bibliothèque et d’information, d’éducation permanente, de développement professionnel, de services et de communications aux membres.

Parmi les réalisations importantes de la CLA, on note la recommandation de la création de la Bibliothèque nationale du Canada (qui fait maintenant partie de Bibliothèque et Archives Canada), la coédition des règles de catalogage anglo-américaines et le lancement de la Semaine du droit à l’information.

L’association a soutenu la recherche et s’est impliquée dans les questions délicates liées au domaine de l’information et des bibliothèques comme la planification de succession, les droits d’auteur, l’Accord général sur le commerce des services (AGCS) et la propriété intellectuelle. Des partenariats tels que le Réseau Éducation-Médias et le Copyright Forum ont existé entre la CLA et d’autres organismes sans but lucratif.

À l’occasion, la CLA a préparé des commentaires écrits ou oraux concernant des initiatives du gouvernement. Souvent émis à la demande du gouvernement, ces documents soulignaient l’impact potentiel et réel des activités du gouvernement sur les programmes de bibliothèque et en fournissaient la description ainsi que les recommandations relatives à différents plans d’action.

De plus, la CLA est intervenue dans les questions liées à la profession de bibliothécaire et a collaboré avec d’autres associations de bibliothèques nationales et internationales, notamment l’American Library Association (ALA) et l’International Federation of Library Associations (IFLA).

Les membres de la CLA se rencontraient lors d’un colloque annuel et d’un salon professionnel organisé dans une grande ville canadienne à la mi-juin. Les villes choisies pour les conférences de la CLA devaient fournir un échantillon représentatif des régions du pays. Les programmes de perfectionnement professionnel, y compris le colloque annuel, les séminaires et les téléconférences, constituaient des volets importants des activités de l’association.

La CLA offrait des bourses aux étudiants fréquentant les écoles de bibliothécaires, subventionnait la recherche et l’enseignement en bibliothéconomie et en science de l’information et remettait des prix d’excellence en littérature pour enfants et jeunes ainsi que pour l’excellence professionnelle et l’innovation en matière de bibliothéconomie et de science de l’information.

Publications

La CLA a publié des monographies sur les sujets touchant les bibliothèques canadiennes, notamment les politiques de télécommunications et le droit d’auteur. Elle publiait également un magazine bimensuel, Feliciter, destiné aux bibliothécaires canadiens. Son site web, enfin, offrait de l’information sur les activités, l’organisation et les politiques de l’association, ainsi que sur la profession de bibliothécaire et les bibliothèques canadiennes.

Voir aussi BibliothèquesBibliothéconomie.