Coeur de pirate

Béatrice Martin (nom de scène Cœur de pirate), auteure, compositrice, interprète, parolière, pianiste (née le 22 septembre 1989, à Montréal, au Québec). Lauréate de plusieurs prix Félix dont celui de la Révélation de l’année, en 2009, et celui de l’Artiste québécois s’étant le plus illustré hors Québec, en 2012, Cœur de pirate a su faire sa place auprès du public québécois et français. Après la sortie de son album bilingue Roses, en 2015, la renommée de Cœur de pirate s’étend à travers le Canada anglophone, les États-Unis et plusieurs autres pays européens.

Coeur de pirate
Coeur de Pirate au Festival les Ardentes de Liège

Enfance et début de carrière

Béatrice Martin est la fille aînée de Nicolas Martin, ingénieur informaticien de profession, et d’Élise Desjardins, pianiste classique, chambriste et accompagnatrice. C’est à l’âge de 3 ans que Béatrice apprend les rudiments du piano. Sa mère attache une grande importance au développement de ses aptitudes musicales. Cette discipline pèse cependant sur l’enfance de la jeune musicienne puisqu’elle implique beaucoup de sacrifices.

Elle intègre le Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec à l’âge de 9 ans, mais abandonne l’apprentissage du piano quelque temps vers ses 14 ans. Aujourd’hui reconnaissante envers sa mère de l’avoir astreinte à faire ses gammes, elle réalise assez tôt que c’est à travers ce talent musical qu’elle exprime le mieux ce qu’elle ressent. C’est aussi grâce à celui-ci qu’elle pourra par la suite mener une carrière à l’échelle internationale.

Tout au long de son enfance et de son adolescence, Béatrice vit néanmoins un mal-être dont elle n’arrive pas à identifier la source. Alors qu’elle est étudiante au Collège Jean-de-Brébeuf, elle découvre le réconfort de l’écriture automatique. Pour épancher une peine d’amour, elle se lance dans l’écriture d’un poème, qu’elle rédige d’un seul jet, en anglais (un texte qu’elle ne dévoilera jamais à qui que ce soit). Elle réalise qu’elle vient de toucher à une de ses forces créatrices. À partir de ce jour, elle prend la plume comme premier réflexe pour calmer ses angoisses.

Cœur de pirate (2008)

Passionnée par l’œuvre de Leonard Cohen, de Jacques Brel, de Charles Aznavour et de Stromae, elle s’en inspire pour composer ses premières chansons. À 18 ans, elle est claviériste pour la formation Bonjour Brumaire. C’est à cette époque que sa sœur cadette, Gabrielle, la convainc de diffuser une de ses premières pièces, intitulée « Comme des enfants », sur le site internet MySpace.

Elle est vite repérée par l’étiquette de disques québécoise Grosse Boîte, qui lui propose de publier un album. Béatrice Martin compose son premier projet musical. Elle lui donne comme titre le nom du personnage qu’elle souhaite incarner, en raison de son côté à la fois vengeur et romantique, soit Cœur de pirate.

Trois mois plus tard, elle se retrouve en studio pour l’enregistrement de ce disque qui est ensuite lancé au Québec en septembre 2008 et en France en avril 2009.

Vendu à près de 600 000 exemplaires, l’album connaît un succès presque unanime et propulse la jeune chanteuse à l’avant des projecteurs, sur bon nombre de plateaux de télévision, que ce soit au Québec ou en France. Elle remporte le prix Félix de la Révélation de l’année en 2009. Son album est aussi nommé pour un prix Juno en 2009 dans la catégorie Album francophone de l’année et sa chanson « Comme des enfants » est désignée Chanson originale de l’année par le public français lors de la 25e édition des Victoires de la musique en 2010.

Blonde (2011)

Cœur de pirate publie un second album, Blonde, en 2011. Au gré de musiques plus travaillées, tout en jonglant avec les thèmes qui la préoccupent toujours, les ruptures et l’amour, la chanteuse charme son public avec des pièces comme « Adieu », « Golden Baby » et « Cap Diamant ». L’album lui vaut trois prix Félix, un prix aux Indies ainsi qu’un prix de graphisme pour sa pochette en 2012. Parallèlement, elle collabore à d’autres projets dont une compilation de reprises de musiques anglophones dans le cadre de la cinquième saison de la série télévisée québécoise Trauma, écrite par l’auteure Fabienne Larouche et pour laquelle d’autres artistes avant elle (dont Ariane Moffatt) ont prêté leur voix. Cette trame sonore lui vaut d’être nommée une nouvelle fois pour un prix Juno, cette fois-ci dans la catégorie Album contemporain adulte.

Coeur de pirate
Coeur de pirate lors du Festival Mythos, Rennes, 21 avril 2013

Roses (2015)

La naissance de sa fille Romy, en 2012, vient transformer l’élan de son écriture. Cœur de pirate n’a plus envie de jouer la « carte des filles brisées » en se défoulant par le biais de ses chansons (comme c’est le cas avec la pièce « Adieu » de son album Blonde).

Afin de bien orienter son nouvel album et de le peaufiner, elle fait appel à deux producteurs émérites soit Björn Yttling, d’origine suédoise (ayant collaboré avec Lykke Li) et Ash Workman,un Britannique (qui a contribué entre autres à l’album Chaleur humaine de Christine and the Queens). Roses est lancé au début de septembre 2015. Les fans de Cœur de pirate découvrent alors une femme plus mature et qui s’est épanouie.

Dans le cadre d’une entrevue avec le journaliste Patrick Simonin, sur les ondes de TV5 en décembre 2015, Cœur de pirate se confie sur la difficulté d’avoir grandi dans l’œil du public :

Je ne me suis pas rendu compte de l’effet que ça avait vraiment sur moi, sur comment j’étais […] sans avoir vraiment d’amis, de port d’attache et tout. Je faisais des choses merveilleuses. J’avais le meilleur travail au monde, mais je n’avais pas vraiment de maison. […] j’avais ces liens de connexion qui ne se faisaient pas. Qui se faisaient avec le public, mais qui ne se faisaient pas d’un point de vue personnel.

Cette réflexion, elle la livre à travers des pièces comme « Crier tout bas » ou « The Way Back Home », qu’elle dédie à sa fille. La chanteuse explore aussi le thème des relations parent-enfant dans sa chanson « Drapeau blanc », qui exprime l’amour parfois tendu, mais inconditionnel qu’elle porte à sa mère.

Cet album bilingue, qui arbore une facette plus moderne, est un tournant dans la carrière de Cœur de pirate. Il lui permet de percer les marchés canadien anglophone et américain. En effet, elle présente ses spectacles devant des foules, et fait salle comble dans des villes comme Seattle, San Francisco, Los Angeles, New York et Washington. Elle aussi nommée pour un prix Juno Fan Choice (2016).

Les souliers rouges (2016)

En 2016, elle prend part au projet musical Les souliers rouges, inspiré du film The Red Shoes de Michael Powell et Emeric Pressburger (dont l’histoire est basée sur un célèbre conte de Hans Christian Andersen). Écrit par l’auteur-compositeur-interprète Marc Lavoine et mis en musique par Fabrice Aboulker, l’album comprend 15 titres interprétés par Marc Lavoine, Cœur de pirate et le musicien et chanteur Arthur H.    

Vie personnelle

Après la fusillade survenue en juin 2016 dans une boîte de nuit de la communauté LGBTQ2 à Orlando, en Floride, Cœur de pirate sent le besoin dans une lettre ouverte de dévoiler qu’elle est queer, précisant par la suite qu’elle est d’abord attirée par une personne, indépendamment de son genre ou de son identité sexuelle (voirDroits des LGBTQ2 au Canada). La réaction mitigée de certains de ses fans face à cette nouvelle la bouleverse et elle décide de se retirer un certain temps de la vie médiatique.

Ayant de la difficulté à gérer ses peurs et ses doutes, Cœur de pirate se réfugie tranquillement dans l’alcool et se laisse envahir par la dépression. Au même moment, elle fait face à une première panne d’inspiration, ce qui l’emmène à se questionner sur l’avenir de sa carrière. Par amour pour sa fille, elle tente de retrouver courage, mais c’est par l’intermédiaire de la chaîne française M6, qui lui propose de devenir juge pour l’émission Nouvelle Star, qu’elle reprend le contrôle de sa vie.

Incertaine au départ, la musicienne accepte le défi, mais c’est l’interprétation de sa chanson « Crier tout bas », livrée par le jeune Vénézuélien Yadam Andrés, qui lui redonne le goût de poursuivre sa carrière musicale.

En cas de tempête, ce jardin sera fermé (2018)

En 2018, Cœur de pirate offre au public un nouvel album, entièrement en français, intitulé En cas de tempête, ce jardin sera fermé. Elle y parle de solitude, d’amour toxique et d’agression, des sujets très intimes dont elle ose parler depuis le mouvement de solidarité #MeToo/#MoiAussi, né dans la foulée de l’affaire Harvey Weinstein aux États-Unis.

Dans une entrevue accordée à un journaliste à La Presse, elle précise : « Jamais je n’aurais été capable d’en parler seule », dit-elle en évoquant sa chanson « Je veux rentrer ». « Je salue la force des femmes qui sont allées de l’avant et qui ont nommé leurs agresseurs. Je trouve ça vraiment courageux. Je l’ai fait en musique parce que c’est quelque chose qui m’appartient. J’ai vécu le traumatisme à ma façon ».

Une fois de plus, Cœur de pirate effectue un retour avec un album solide et convaincant. L’année 2018 est marquée par une tournée au Québec et en France où elle présente notamment son spectacle à L’Olympia de Paris.

Prix et distinctions

  • Prix Félix, Révélation de l’année, ADISQ (2009)
  • Révélation de l’année, Gala alternatif de la musique indépendante du Québec (2009)
  • Trophée Victoire, Chanson originale de l’année (« Comme des enfants »), Victoires de la musique, France (2010)
  • Prix Félix, Artiste québécois s’étant le plus illustré hors Québec (2010)
  • Prix Félix, Interprète féminine de l’année, ADISQ (2012)
  • Prix Félix, Album de l’année – pop (Blonde), ADISQ (2012)
  • Prix Félix, Artiste québécois de l’année s’étant le plus illustré hors Québec, ADISQ (2012)
  • Grand prix, pochette CD/DVD (livre en édition limitée publié à l’occasion de la sortie de l’album Blonde, réalisé par Catherine D’Amours du collectif Pointbarre), concours Grafika (2012)
  • Prix aux Indies, Artiste, groupe ou duo francophone de l’année, Canadian Music Week (CMW) (2012)
  • Prix Félix, Album de l’année – anglophone (Roses), ADISQ (2016)