Fredericton

Fredericton, Nouveau-Brunswick, constituée en tant que ville en 1848, population 58 220 (recens. 2016), 56 224 (recens. 2011). Capitale provinciale, Fredericton est située au centre du Nouveau-Brunswick en bordure du fleuve Saint-Jean, juste en aval de la ligne extrême des eaux de marée et à 135 km de la baie de Fundy.
Fredericton, Nouveau-Brunswick, constituée en tant que ville en 1848, population 58 220 (recens. 2016), 56 224 (recens. 2011). Capitale provinciale, Fredericton est située au centre du Nouveau-Brunswick en bordure du fleuve Saint-Jean, juste en aval de la ligne extrême des eaux de marée et à 135 km de la baie de Fundy.


Peuplement

Peuples autochtones

Avant l’arrivée des Européens, les Welastekwewiyik (aussi connus sous le nom de Malécites) sont les principaux habitants de la région de Fredericton. L’été, ils vivent dans des villages disséminés le long du fleuve Saint-Jean, se nourrissant de bar, d’esturgeon, de saumon et de racines et de baies sauvages. Les Welastekwewiyik plantent également du maïs, qu’ils récoltent à la fin de l’été avant leur chasse migratoire hivernale. Durant les mois plus froids, le groupe se déplace au Nouveau-Brunswick, dans le Maine et sur la péninsule de Gaspé, à la recherche d’orignaux et d’ours. L’écorce de bouleau a une importance culturelle particulière pour les Welastekwewiyik; en effet, ils l’utilisent pour recouvrir leurs wigwams et fabriquer leurs canots.

Jusqu’au XVIIIe siècle, le plus grand village Welastekwewiyik est situé à Meductic, à environ 75 km à l’ouest de l’actuelle Fredericton. En première moitié du XVIIIe siècle, les Welastekwewiyik abandonnent Meductic, s’établissant à Ekwpahak (ville actuelle d’Island View), à environ 14 km à l’ouest de Fredericton.

Peuplement européen

Les avantages stratégiques de la Pointe Sainte-Anne (le premier nom de Fredericton) ne sont cependant pleinement reconnus qu’en 1691, lorsque le gouverneur Joseph Robinau de Villebon décide d’y établir la capitale de l’Acadie, à l’embouchure de la rivière Nashwaak. Ce lieu offre un excellent mouillage en eau profonde pour les navires qui arrivent dans la région et il est plus facilement défendable contre les attaques des Britanniques ou des Américains de la Nouvelle-Angleterre qu’un emplacement situé aux environs de la baie de Fundy.

Toutefois, pas plus tard qu’en 1698, de Villebon abandonne Fort Nashwaak, qui offre une sécurité exceptionnelle en temps de guerre, mais reste en temps de paix trop isolé des principales routes commerciales et de communication pour prospérer.

À la suite du traité d’Utrecht (1713), les Britanniques prennent le contrôle de la Nouvelle-Écosse, incitant un grand nombre d’Acadiens à venir s’établir à nouveau dans la région de Sainte-Anne. Ils n’y resteront cependant pas longtemps : à l’automne 1758, le colonel Robert Monkton conduit les forces britanniques le long du fleuve Saint-Jean, détruisant sur son passage les colonies acadiennes.

Vers la fin de la Révolution américaine en 1783, la présence britannique dans la région augmente, les loyalistes venant s’installer à la Pointe Sainte-Anne. Ceux-ci donnent à leur nouveau village le nom de « Fredericstown », en l’honneur du prince Frederick, deuxième fils du roi George III. Fredericstown devient la capitale de la nouvelle province du Nouveau-Brunswick, ainsi que la pièce maîtresse de la société loyaliste.

En 1794, le juge Isaac Allen, un loyaliste, achète Ekwpahak des Welastekwewiyik pour la somme de 2 000 £. De cette somme, les Welastekwewiyik ne toucheront que 750 £, étant donné que 500 £ ont dû être versées à un prêtre pour déplacer le peuple autochtone vers un autre emplacement, et que le reste de l’argent leur est remis sous forme de marchandises. Les Welastekwewiyik s’établissent finalement à Kingsclear, au sud-ouest de l’actuelle ville de Fredericton. Les Britanniques continuant d’empiéter sur leur territoire, les Welastekwewiyik sont de plus en plus contraints d’abandonner leur mode de vie traditionnel. L’agriculture, les scieries et l’exploitation forestière font fuir les animaux, rendant la chasse hivernale difficile. La communauté est également touchée par des épidémies inconnues. Deux autres réserves sont fondées un peu plus tard dans la région de Fredericton, soit St. Mary’s en 1867 et Oromocto en 1895.

Développement

Le gouvernement municipal de Fredericton est composé d’un maire et de 12 conseillers municipaux. Le maire est élu par les résidents de la ville de façon collective, tandis que les conseillers sont élus par quartier. Chaque membre du conseil exerce un mandat de quatre ans, au terme duquel une élection a lieu.

Vie culturelle

Fredericton accueille depuis longtemps une riche communauté musicale et artistique, à laquelle s’ajoutent régulièrement des étudiants ou diplômés des quatre établissements postsecondaires de la ville, soit l’Université du Nouveau-Brunswick, l’Université St. Thomas, le New Brunswick College of Craft and Design et le collège communautaire du Nouveau-Brunswick. De nombreux groupes locaux sont influencés par leurs racines celtiques familiales. Par ailleurs, les gens du coin, grands amateurs de musique en direct, assistent en grand nombre aux spectacles quasi quotidiens que présente le Capital Complex. Des formations musicales comme Grand Theft Bus, Motherhood et Laps se produisent en spectacle tout au long de l’année à Fredericton, au grand bonheur de leurs fans. Chaque été, Shifty Bits Cult organise le festival de musique Shifty Bits Circus, puis, en septembre, des artistes et des amateurs de musique de partout aux Maritimes se rassemblent au centre-ville à l’occasion du festival Harvest Jazz and Blues, l’un des événements les plus courus de l’année.

Le New Brunswick College of Craft and Design se trouve lui aussi au centre-ville, et l’on peut trouver les créations d’artistes locaux au Fredericton Boyce Farmers Market, où les gens font la queue pour se procurer samossas, viandes, fromages et jus frais, ainsi que pour s’asseoir autour d’un bon brunch le samedi matin.

Le Theatre New Brunswick, l’unique troupe de théâtre professionnelle anglophone de la province, a son siège au Playhouse, mais se produit aussi dans toute la province. La galerie d’art Beaverbrook compte dans sa collection permanente de nombreuses œuvres d’artistes du Canada atlantique et d’autres artistes canadiens et britanniques. Tout au long de l’automne et de l’hiver, les Red Bombers de l’Université du Nouveau-Brunswick (football), ainsi que les Varsity Reds (hockey et basket-ball) constituent la principale source de divertissement pour les amateurs de sport.


Fredericton

Population (ville)

58 220 (2016)

Rang au Canada

92

Année d’incorporation

1848

Superficie

132,57 km2

Altitude

20,70 m (Aéroport Fredericton)

Température moyenne quotidienne en juillet

19,25°C

Température moyenne quotidenne en janvier

-9,41°C

Précipitations annuelles

1 077,65 mm

Liens externes

//