Radisson, Pierre-Esprit

   Pierre-Esprit Radisson, explorateur et commerçant de fourrures (France, 1636 -- Londres, juin 1710).

Découvertes, terres intérieures de l
Nonsuch
La réplique du \u00ab Nonsuch \u00bb.
Radisson, Pierre-Esprit
Radisson est un personnage intrépide et énergique dans une époque colorée d\u0092aventures et d\u0092intrigue (avec la permission des Bibliothèque et Archives Canada/C-15497).

Radisson, Pierre-Esprit

Pierre-Esprit Radisson, explorateur et commerçant de fourrures (France, 1636 -- Londres, juin 1710). En 1651, Radisson, un opportuniste rusé réputé pour sa connaissance du mode de vie des Amérindiens et de la géographie de l'Amérique du Nord, suit sa demi-soeur à Trois-Rivières et observe les IROQUOIS, d'abord comme prisonnier adopté par la tribu en 1652-1653, puis avec les jésuites en mission chez les Onondagas en 1657-1658. En 1659, il est recruté par le mari de sa soeur, Médard Chouart DES GROSEILLIERS, pour participer à une expédition de traite aux lacs Supérieur et Michigan, expédition pour laquelle ils n'ont pas de permis. Dans les terres situées au-delà des lacs, ils trouvent des castors en abondance et entendent parler de la « baie de la mer du Nord » qui permettrait d'atteindre directement la région.

Après avoir été punis par le gouverneur de la Nouvelle-France pour cette expédition non autorisée, les deux associés partent pour Boston afin d'organiser un voyage jusqu'à la baie d'Hudson. En 1665, ils s'embarquent pour l'Angleterre, où ils trouvent l'appui financier pour mettre à dessein leur projet d'atteindre la région intérieure riche en fourrures sans passer par le Saint-Laurent. Le voyage du NONSUCH en 1668-1669 prouve que leur projet est viable et rentable. Après la constitution de la COMPAGNIE DE LA BAIE D'HUDSON (CBH) en 1670, Radisson établit le poste de la rivière Nelson et sert de guide, d'interprète et de conseiller.

Insatisfaits de la compagnie et attirés par une offre généreuse du secrétaire d'État français, Jean-Baptiste Colbert, les deux beaux-frères passent à la France en 1674. Radisson, dont la femme est anglaise, n'inspirera jamais pleine confiance. Comme le gouverneur du Canada ne veut pas l'employer, Radisson devient aspirant dans la marine française de 1677 à 1679. En 1682, la COMPAGNIE DU NORD l'engage pour défier les négociants anglais dans la baie d'Hudson. Il détruit les postes des rivaux et érige Fort Bourbon sur la rivière Nelson.

Lorsque le gouverneur du Canada décide de lever une taxe sur leurs fourrures et de relâcher un navire qu'ils avaient capturé, les deux beaux-frères réclament un dédommagement à la France. Ils perdent leur cause, car Colbert, leur protecteur, est mort. En 1684, Radisson retourne en Angleterre et, malgré les pertes qu'il lui avait causées, la CBH le réengage en espérant ainsi profiter de sa grande expérience et de son habileté. Il oblige son neveu à rendre Fort Bourbon et son inventaire à la CBH. Il dirige la traite à Fort Nelson de 1685 à 1687. Sa tête étant mise à prix au Canada, il se retire avec sa famille à Westminster (Londres), où il terminera l'écriture de ses récits de voyage.

Voir aussi TRAITE DES FOURRURES.


Liens externes