Peuples autochtones au Canada

Au Canada, le terme « peuples autochtones » réfère aux Premières Nations, aux Métis et aux Inuits. Ce sont les habitants originaux du territoire qu’est aujourd’hui le Canada. En 2016, plus de 1,6 million de personnes se sont identifiées comme étant Autochtones, formant 4,9 % de la population nationale. Malgré beaucoup de menaces – et dans certains cas l’extinction – par les forces coloniales, la culture autochtone, la langue et le système social ont façonné le développement du Canada, et continuent à s’accroître et à prospérer malgré l’adversité.

Famille non identifiée, probablement à Osnaburgh House (Ontario)
Ce portrait de famille illustre la rencontre de deux cultures. Le père porte un complet européen agrémenté d'une montre de poche. La mère, vraisemblablement métisse, tient son enfant installé dans une planche porte-bébé, un accessoire traditionnel des Premières Nations. Son châle est un reflet de la culture métisse; plusieurs femmes et filles en portaient
Femmes inuites en costume de gala, Qatiktalik (Cape Fullerton), env. 1903-1904.
Justin Trudeau et Perry Bellegarde
Le premier ministre, Justin Trudeau, et le chef national de l'Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, discutent avant le début de l'Assemblée extraordinaire des Chefs de l'APN au Québec (2015).

Qui sont les peuples autochtones au Canada?

Les peuples autochtones vivent au Canada depuis toujours. Ils forment des systèmes sociaux, politiques, économiques et culturels complexes bien avant que les Européens ne viennent en Amérique du Nord.

Il y a trois catégories d’Autochtones au Canada : les Inuits, les Métis et les Premières Nations. Les Inuits habitent principalement dans les régions au nord du Canada. Leur terre, connue sous le nom « Inuit Nunangat », comprend la plus grade partie de la terre, de l’eau et de la glace de la région arctique. Les Métis sont des mélanges d’ancêtres européens et autochtones, et vivent principalement dans les provinces des Prairies et en Ontario, mais aussi dans d’autres parties du pays. Les Premières Nations sont les premiers habitants du territoire canadien, occupant souvent les terres au sud de l’Arctique.

La Loi sur les Indiens – la principale loi par laquelle le gouvernement fédéral gère une variété de questions concernant les affaires autochtones – divise les peuples autochtones en deux catégories : les Indiens inscrits et les Indiens non inscrits. Les Indiens inscrits sont des personnes inscrites sur les registres indiens, et reçoivent une carte d’identité (connue comme la « carte des inscrits »), qui regroupe les informations sur leur identité, leur bande et le numéro d’inscrit. Les Indiens non inscrits sont des Autochtones qui ne sont pas enregistrés auprès du gouvernement fédéral. (Voir aussi Indiens.)

Toutes les personnes autochtones au Canada sont protégées par la section 35 de la Loi constitutionnelle de 1982, qui conserve les droits ancestraux. Plusieurs traités et autres lois servent à protéger la relation spéciale entre la Couronne et les peuples autochtones au Canada.

Démographie

En 2016, plus de 1,6 million de personnes au Canada s’identifiaient comme étant Autochtones, soit 4,9 % de la population nationale. La population autochtone augmente régulièrement au Canada; depuis 2006, elle a plus que quadruplé. Statistique Canada a prévu que d’ici 20 ans, la population autochtone dépassera probablement 2,5 millions de personnes.

Le recensement de 2016 a révélé une augmentation de la population dans les communautés autochtones à l’intérieur et à l’extérieur des réserves; de 2006 à 2016, la population à l’intérieur des réserves a augmenté de 12,8 % tandis que celle hors réserve a augmenté de 49,1 %. Statistique Canada a également signalé que les Métis représentent le groupe autochtone qui a le plus tendance à vivre en ville; près des deux tiers de la population vivaient en ville en 2016. Chez les Inuits, près de 75 % de la population réside dans l’Inuit Nunangat, un territoire traditionnel qui s’étend sur une partie des terres, des eaux et des glaces de l’Arctique.

LE SAVIEZ-VOUS?

Lors du recensement de 2016, 11 620 personnes au Canada ont revendiqué une ascendance Cherokee. La Nation Cherokee est la plus grande nation tribale des États-Unis.

Diversité régionale et culturelle

Les peuples autochtones, d’hier et d’aujourd’hui, en Amérique du Nord peuvent être divisés en dix aires culturelles. Seules les six premières aires se situent au Canada :

Les frontières politiques modernes en Amérique du Nord ne reflètent pas (et souvent chevauchent) les territoires traditionnels. Par exemple, le peuple mohawk d’Akwesane chevauche des frontières provinciales (le Québec et l’Ontario) et internationales (l’État de New York), car son existence est antérieure à la création des frontières internationales, en 1783. (Voir aussi Territoires autochtones.)

Ces zones sont basées sur des divisions linguistiques d’abord définies par l’ethnologue et le linguiste Edward Sapir en 1910, lorsqu’il était à la tête du département d’anthropologie à la Commission géologique du Canada, qui plus tard devient le Musée canadien de l’histoire. (Voir aussi Langues autochtones au Canada.) Le travail géographique d’Edward Sapir est utilisé par la Smithsonian Institution pour le livre Handbook of North American Indians, qui est publié en 1978 et est toujours beaucoup utilisé dans l’enseignement.

Le Handbook of North American Indians établit que ces catégories sont « utilisées dans l’organisation et le référencement des informations sur les groupes contigus ayant ou ayant eu des similarités culturelles et historiques », mais il est important de noter que ces délimitations ne sont pas concrètes : les peuples voisins partagent toujours des similitudes. Plutôt que de représenter dix cultures distinctes, ces zones reflètent les groupements géographiques et culturels fluides et souvent entremêlés. De plus, les peuples autochtones d’aujourd’hui peuvent vivre loin de leurs terres ancestrales, et peuvent ainsi former de nouvelles communautés enracinées dans les villes plutôt que dans les terres traditionnelles.

Ces aires culturelles sont imposantes et généralisées : ce qui est vrai pour certains n’est pas vrai pour tous. Par exemple, certaines sources divisent davantage les forêts de l’Est dans les régions du Sud-Est et du Nord-Est, tandis que d’autres combinent ces régions en forêts et, par conséquent, ne supposent pas que tous les peuples partagent les mêmes expériences.

Le survol des recherches sur les six aires culturelles du Canada ne fournit que des informations anthropologiques spécifiques. Les peuples de ces zones sont similaires d’une certaine manière et d’une autre manière sont différents. Ce qui est vrai pour les Wendats n’est pas forcément vrai pour les Mi’kmaq. En effet, il existe des variations dans les bandes d’un groupe. Lorsque l’on regarde des situations contemporaines, il est impossible de supposer qu’une question, des croyances ou une référence culturelle peuvent concerner tous les peuples autochtones au Canada, alors que dans la politique contemporaine, des mouvements politiques à grande échelle, comme Idle No More, sont acceptés par beaucoup de gens et ces derniers sont de plus en plus mobilisés.

Les ethnologues, les archéologues et les anthropologues qui ont publié des ouvrages sur ces aires culturelles n’étaient pas souvent des Autochtones. Bien qu’une partie de leur travail ait été faite à travers des entrevues et des recherches sur le terrain, et malgré leurs bonnes intentions, ils ont dû fonctionner dans un cadre colon-colonisateur (une vision du monde qui privilégie l’acquisition de propriétés, le gouvernement de style européen et la croissance économique). Néanmoins, cette recherche demeure précieuse tant comme outil historique qu’historiographique.

Liste des peuples autochtones au Canada

En 2011, plus de 1,4 million de personnes se sont identifiées comme étant Autochtones au Canada. Ci-dessous se trouve une liste des différentes nations autochtones au Canada. Cette liste n’est pas exhaustive, mais elle donne un aperçu de l’histoire, de la société, de la culture, de la politique et de la vie contemporaine de diverses communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis au Canada.

Abénaquis

Innus (Montagnais-Naskapis)

Oneida

Ahousaht

Salish du continent

Onondagas

Algonquins

Inuinnait (Inuits du cuivre)

Pacheenahts

Assiniboines

Inuvialuits (Inuits du fleuve Mackenzie)

Pétuns

Attikameks

Kainai (Gens-du-Sang)

Piikani (Peigans)

Inuits de l’île Baffin

K’asho Got’ine (Lièvres)

Inuits Sadlermiuts

Beothuk

Kaska Dena

Sahtu Got’ine (Bearlake)

Confédération des Pieds-Noirs

Kivallirmiut (Inuits du Caribou)

Secwepemc (Shuswap)

Cayugas

Ktunaxas (Kootenays)

Sékanis

Salish de la côte centrale

Kwakwaka’wakw (Kwakiutl)

Sénécas

Salish de la côte

Kyuquot et Checleseht

Shuta Got’ine (Montagnards)

Cris

Labradormiuts (Inuits du Labrador)

Siksikas (Pieds-Noirs)

Dakotas

Líl̓wat (Lillooet)

Slaves

Dakelh (Carriers)

Łingíts (Tlingits)

Stoneys-Nakodas

Dane-zaa (Castors)

Métis

Syilx (Okanagan)

Dénés

Mi’kmaq

Tagish

Dénésulines (Chipewyan)

Mohawks

Tahltans

Ditidaht

Mowachaht et Muchalaht

Tla-o-qui-aht (Clayoquot)

Ehattesaht

Nahani

Tlichos (Plats-Côtés-de-Chien)

Gitxsans (Gitksans)

Netsilingmuit (Inuits de Netsilik)

Toquaht

Gwich’in

Confédération des Neutres

Tr’ondëk Hwëch’in (Hans)

Haïdas

Nicola-Similkameen

Tseshaht (Sheshaht)

Haisla

Nisga’a

Tsilhqot’in (Chilcotins)

Haudenosaunee (Iroquois ou Six Nations)

Nlaka’pamux (Thompson)

Tsimshians

Heiltsuks(Bella Bellas)

Salish de la côte Nord du détroit de Georgia 

Tsuut’ina (Sarsis)

Hesquiahts

Nuchatlaht

Tutchonis

Hupacasath (Opetchesaht)

Nunavimmiut (Inuits d’Ungava)

Uchucklesaht

Huu-ay-aht

Nuu-chah-nulth

Ucluelets (Première Nation)

Hurons-Wendat

Nuxalks (Bella Coolas)

Welastekwewiyik (Malécites)

Iglulingmiut (Inuits Iglulik)

Odawas

Wetal (Tsetsaut)

Inuits

Ojibwés

Couteaux-jaunes (bande)


En savoir plus // Peuples Autochtones

Guide pédagogique perspectives autochtones

Collection des peuples autochtones