Annélides

La plupart des Annélides sont vermiformes (en forme de ver). Ils ont une bouche antérieure (devant), précédée seulement du prostomium qui porte des organes sensoriels, et un anus postérieur. La plupart ont des soies (setae) généralement distribuées en groupes de 4 sur chaque segment.

Néréis
Les \u00ab Polychaeta \u00bb, une des trois classes d'annélides, sont principalement des vers marins (illustration de Claire Tremblay).

Annélides

Embranchement de vers métamérisés possédant une véritable cavité corporelle (le coelome) qui sépare le tube digestif de la paroi corporelle. Les Annélides ont probablement évolué à partir de coelomates non segmentés qui ont acquis la segmentation pour pouvoir creuser de façon soutenue. À leur tour, ils ont donné naissance aux ARTHROPODES. Les modalités de la sexualité des Annélides sont très variées, mais la plupart des espèces canadiennes d'Oligochètes, de sangsues et plusieurs Polychètes sont hermaphrodites. Les Annélides se divisent en trois classes : les Polychètes (principalement des vers marins), les Oligochètes (des VERS DE TERREet plusieurs espèces de vers dulçaquicoles) et les Hirudinées (SANGSUES).

Description

La plupart des Annélides sont vermiformes (en forme de ver). Ils ont une bouche antérieure (devant), précédée seulement du prostomium qui porte des organes sensoriels, et un anus postérieur. La plupart ont des soies (setae) généralement distribuées en groupes de 4 sur chaque segment. Le cerveau dorsal est relié par deux nerfs passant de part et d'autre de l'oesophage, à une série segmentée de paires de ganglions (centres nerveux secondaires) connectés par des nerfs, la chaîne nerveuse ventrale. Chez le ver de terre, elle comprend trois grosses fibres qui accélèrent la transmission de messages d'urgence d'une extrémité à l'autre du système nerveux qui, autrement, est plutôt lent. Ces fibres permettent au ver d'effectuer des mouvements de fuite rapide, par exemple lors d'une attaque par un prédateur.

Les vers ont été les premiers animaux à développer des vaisseaux sanguins fermés dont certains ont augmenté en volume pour former des pompes ou des coeurs simples. Une tête se distingue parfois à la présence d'yeux très simples et de tentacules. Certaines espèces peuvent porter des branchies sur différentes parties du corps, mais la plupart respirent au travers de leur peau humide.

Ils possèdent peu d'organes internes. Ils excrètent par la surface de la peau et par des néphridies tubulaires (organes semblables à des reins). Le tube digestif simple inclut parfois des organes spéciaux et des régions d'entreposage (jabot) et de broyage de la nourriture (gésier).

Les sangsues sont les seuls annélides à avoir des dents qui servent à mastiquer des proies vivantes ou à percer la peau pour sucer le sang. Certains Polychètes ont des mandibules ou denticules cuticulaires. Elles sont situées sur la partie terminale du pharynx qui peut être rapidement évaginé pour attraper ou mordre une proie (par exemple, Glycera). Plusieurs espèces de Polychètes vivant dans des tubes ont des tentacules spécialisées pour attraper des particules alimentaires.

Distribution et habitat

On trouve environ 9000 espèces d'Annélides dans le monde. Au Canada, on connaît plus de 150 espèces d'Oligochètes marins et dulçaquicoles et 20 espèces de vers de terre. La plupart des espèces de vers de terre sont décrites. Il y a probablement 600 espèces de Polychètes et 45 espèces de sangsues au Canada et aux États-Unis.

Les Polychètes (gr. poly « plusieurs », chaete « soie ») habitent presque tous dans les mers ou les estuaires. De rares espèces, dont le Maniyunkia du Canada, vivent en eau douce.

Les Oligochètes (gr. oligos « peu ») aux soies clairsemées, vivent surtout en milieu terrestre, dans des terriers humides. Ils incluent les vers de terre (la famille des Lumbricidés et des formes apparentées) dont les segments portent huit soies. D'autres espèces d'Oligochètes semblables, mais plus petites, ont jusqu'à 120 soies par segment, mais la moyenne est d'environ 24 soies seulement, distribuées en 4 groupes. Ces vers se rencontrent dans les profondeurs marines, le long des rivages, dans les lacs et les rivières, dans les sols humides, dans l'eau collectée sur la végétation ou sur des glaciers (voir VERS DE GLACIER, Mesenchytraeus solifugus).

Des Enchytréides de grande taille (jusqu'à 8 cm de longueur, 5 mm de diamètre) de couleur rose ou brune habitent des sols anciens exemptés de la glaciation au Yukon occidental. Ils sont adaptés au pergélisol (sols soumis quotidiennement au cycle du gel/dégel). On rencontre fréquemment de petits Enchytréides blancs dans le compost et la litière des vergers ou des boisés. On en fait l'élevage commercial pour nourrir les poissons. Les Oligochètes se nourrissent de bactéries du sol, d'algues, de matière végétale et de restes d'animaux. Une espèce est prédatrice de petits animaux.

Les sangsues (Hirudinées) ont toujours 34 segments, mais pas de soies. Elles se déplacent à l'aide de deux ventouses. Elles vivent en eau douce ou salée, ou en milieu terrestre sous les tropiques. De nombreuses espèces sont des parasites externes de vertébrés et quelques espèces se nourrissent d'escargots et de vers.


En savoir plus

Liens externes