Centre canadien d'architecture / Canadian Centre for Architecture



Centre canadien d
Le Centre canadien d'architecture, à Montréal (conception de Peter Rose et Phyllis Lambert assistés d'Erol Argun, 1985-1989 (photo de Michael McMordie).
Le Centre canadien d
Le Centre canadien d'architecture, de Montréal, réalisé par Peter Rose et Phyllis Lambert, avec Erol Argun, 1985-1989 (photo de Michael McMordie)
Centre canadien d
Le Centre canadien d'architecture, à Montréal, conçu par Phyllis Lambert et Peter Rose en collaboration avec Erol Argun, de 1985 à 1989. Terminé en 1989, le CCA vaut à Rose le National Honor Award de l'American Institute of Architects ainsi que la médaille du Gouverneur général pour l'architecture (photo de Michael McMordie).

Centre canadien d'architecture / Canadian Centre for Architecture

  Le Centre canadien d'architecture de Montréal est un musée et un centre d'études consacré à l'architecture. Il abrite l'une des plus imposantes collections mondiales de dessins, de livres, de photographies et d'archives sur l'architecture rassemblée par sa fondatrice et première directrice, l'architecte Phyllis LAMBERT. Les plans de l'édifice, construit entre 1985 et 1989, ont été conçus par Peter ROSE, en collaboration avec Lambert (architecte conseil) et Erol Argun (architecte associé). Le CCA comprend la maison Shaughnessy, une résidence construite en 1874 que Lambert a sauvée de la démolition, et de jardins aménagés récemment. L'objectif était de remettre en valeur un ancien quartier résidentiel, autrefois d'une élégance raffinée, défiguré par les autoroutes et les gratte-ciel environnants.

L'édifice de calcaire austère intègre des éléments modernes et postmodernes et symbolise les intérêts chers à Lambert depuis longtemps : le classicisme moderne de son premier mentor, Mies van der Rohe, les vieilles pierres grises de l'architecture de Montréal et ses anciens lotissements, la restauration du tissu urbain. Le nouvel édifice en forme de E comporte en son centre la maison Shaughnessy. Deux ailes rejoignent le manoir victorien restauré; l'aile ouest abrite un amphithéâtre et l'aile est, un atrium où sont installés des bureaux et des centres de recherches. Les extrémités arrondies des ailes rappellent les doubles fenêtres en saillie du manoir, tout comme la fondation rustique, le classique des détails, et l'équilibre de la composition du CCA. Les corniches en aluminium appartiennent à la modernité et sont des variantes des corniches de pierre du vieux manoir. Elles projettent des ombres changeantes sur les murs de maçonnerie.

 L'entrée principale se situe sur la longue façade nord qui constitue le centre de l'édifice. Elle s'ouvre sur un grand escalier qui mène aux salles publiques situées au premier étage, lesquelles se composent de salles d'exposition, d'une librairie et d'une bibliothèque. Le rez-de-chaussée abrite les bureaux du service de conservation. Au sous-sol, deux étages sont réservés aux voûtes. Les matériaux de construction, notamment le calcaire du Trenton du Québec, l'érable canadien et l'aluminium d'Alcan, proviennent des environs et ont été traités avec soin. Des puits de lumière permettent à la lumière naturelle d'éclairer l'intérieur de l'édifice.

Au printemps 1999 Phyllis Lambert prend sa retraite comme directrice du CCA et est remplacée par le chercheur d'origine Suisse Kurt W. Forster, qui a été directeur fondateur du Getty Center for the History of Art and the Humanities à Los Angeles. L'ancien chef de collections du CCA, Nicholas Olsberg, a tenu le poste de directeur de 2001 à 2004. Il fut suivi en 2005 par l'architecte, professeur et auteur, Mirko Zardini. Madame Lambert continue de présider le conseil d'administration et de faire partie du comité des acquisitions.


Lecture supplémentaire

  • Larry Richards, ed, Canadian Centre for Architecture/Centre Canadien d'Architecture: Building and Gardens (1989).

Liens externes