Erickson, Arthur Charles



Musée d
Le Musée d'anthropologie, à l'U. de la Colombie-Britannique (avec la permission de Arthur Erickson Architects).
Smith, maison
À Vancouver ouest, en Colombie-Britannique, en 1965 (photo de John Fulker v. 1966, avec la permission de la fondation Arthur Erickson).
Vancouver, palais de justice de
Le palais de justice conçu par Arthur Erickson s'intègre très bien aux jardins étagés et à l'ancien palais de justice, aujourd'hui la Vancouver Art Gallery (photo de James Marsh).
Arthur Erikson
Erickson s'est acquis une grande renommée grâce à sa capacité de créer des endroits grandioses avec des moyens simples en apparence (photo de V. Tony Hauser/avec la permission d'Arthur Erickson Architects).
Université de Lethbridge
Conçue par Arthur Erickson, l'université se niche sur les rives escarpées de la rivière Oldman (photo de James Marsh).

Erickson, Arthur Charles

Arthur Charles Erickson, architecte (Vancouver, Colombie-Britannique, 14 juin 1924 - 20 mai 2009). Il étudie à l'Université de la Colombie-Britannique et à l'Université McGill, et termine sa formation architecturale en 1950. Le service militaire le mène en Asie. Après avoir obtenu son diplôme, il sillonne l'Europe et le Moyen-Orient. En 1953, il ouvre une agence à Vancouver en association avec Geoffrey Massey. Ils acquièrent une réputation internationale après avoir remporté le concours de design pour l'Université Simon Fraser en 1963.

S'ensuit une série de commandes importantes, notamment certains pavillons thématiques d'Expo 67 à Montréal; la tour de bureaux MacMillan Bloedel à Vancouver (1969); le pavillon canadien d'Expo 70 à Osaka, au Japon; l'Université de Lethbridge (1971); le Museum of Anthropology de l'Université de la Colombie-Britannique (1971-1977); le complexe abritant les bureaux du gouvernement provincial, le palais de justice et le Musée des beaux-arts de Vancouver, dont la construction a débuté en 1973; la Banque du Canada à Ottawa (1980), en association avec Marani, Rounthwaite & Dick; et, enfin, le Roy Thomson Hall à Toronto (1982).

Erickson a aussi obtenu de nombreuses commandes de pays du Moyen-Orient, d'Amérique du Sud et des États-Unis, alors qu'il était l'architecte de l'ambassade canadienne à Washington, qui a ouvert ses portes en 1989. Il a reçu de nombreuses récompenses, dont le Prix de la Banque Royale (1971) et le Chicago Architectural Award (1984), avec Philip Johnson et Joan Burgee, ainsi que des médailles d'or de l'Institut royal d'architecture du Canada (1984) et de l'American Institute of Architects (1986).

Sans doute le premier architecte canadien de réputation internationale, il s'attire l'admiration populaire par sa capacité de créer des bâtiments spectaculaires avec apparemment peu de moyens. Un thème récurrent dans un grand nombre de ses oeuvres est le portail encadré de poutres horizontales appuyées sur des colonnes verticales, motif accueillant et protecteur qu'on trouve dans les habitations autochtones de la côte Ouest, mais aussi dans l'architecture de la Grèce antique. Il emploie des matériaux épurés aux couleurs discrètes dans ses bâtiments les mieux réussis afin de créer un sentiment d'appartenance et d'à propos. Ces matériaux lui offrent aussi le moyen de créer des édifices qui s'intègrent totalement au paysage.

Certaines oeuvres des années 80 expriment une réaction catégorique envers les formes et les précédents historicistes. La retenue et la sensibilité du projet de la Puget Sound House (1983-1986) est un exemple de cette réaction, tout comme l'ambassade canadienne à Washington (1983-1988), là où les traditions néoclassiques de la ville ont suggéré d'importants thèmes. En 1988, sa proposition (refusée) pour la bibliothèque de Chicago s'éloigne de cette norme élevée, ce qui reflète peut-être un sentiment d'égarement au plus fort des attaques des tenants du « postmodernisme » envers le modernisme, dont Erickson avait été un ardent défenseur.

La réussite internationale d'Erickson repose sur sa capacité d'attirer et de diriger des associés talentueux répartis partout dans le monde (Vancouver, Toronto, Los Angeles, Abu Dhabi). La gestion des ses affaires n'est toutefois pas une réussite. À la fin des années 80, des problèmes financiers l'obligent à fermer ses agences (en 1989 et en 1991). Il a habité à Vancouver et y a travaillé en association avec des agences reconnues de la ville.

Il a été nommé Compagnon de l'ordre du Canada en 1981.


Lecture supplémentaire

  • N.Olsberg and R.L. Castro, Arthur Erickson: Critical Works (2006).