Érables au Canada

Les érables sont des arbres et des arbustes du genre Acer. Autrefois classé dans la famille Aceraceae, certains taxonomistes placent l’érable dans la famille des sapindacées, qui inclut également le marronnier commun (Aesculus hippocastaneum). On répertorie environ 150 espèces d’érables dans le monde, la plupart se trouvant dans la zone tempérée de l’hémisphère nord et étant originaires d’Asie de l’Est. Dix espèces d’érable sont indigènes au Canada. L’espèce la mieux connue est probablement l’érable à sucre (Acer saccharum), que l’on retrouve dans l’est du Canada et le nord-est des États-Unis. Le drapeau canadien affiche une feuille d’érable stylisée, et l’érable est l’emblème arboricole officiel du pays. La signification de l’érable au Canada n’est pourtant pas que symbolique : cet arbre revêt également une grande importance écologique et économique.



Érable de Douglas (Acer glabrum)

Les feuilles de l’érable de Douglas sont dotées de trois à cinq lobes et les samares sont en forme de V. 

(photo prise par Nancy J. Turner)

Description

Les érables répertoriés au Canada vont des grands arbres de 40 m ou plus (comme l’érable à grandes feuilles, Acer macrophyllum) aux arbustes de moins de 10 mètres de hauteur (comme l’érable à feuilles rondes, Acer circinatum, et l’érable à épis, A. spicatum). Les érables sont généralement à feuillage caduc, et leur bois, de couleur pâle, présente un fil droit. Les feuilles poussent en paires les unes face aux autres, à partir des nœuds de la tige. Les pétioles sont longs et élancés, et les limbes sont palmés, ce qui signifie que chacun possède plusieurs nervures principales, chacune partant du même point à la base de la feuille. Alors que la plupart des feuilles d’érable ont un seul limbe, avec trois à neuf lobes pointus, l’érable du Manitoba (Acer negundo) a des feuilles composées, avec trois à neuf folioles disposées le long d’une tige centrale.

Érable à feuilles rondes (Acer circinatum)

Les feuilles de l’érable à feuilles rondes sont dotées de sept à neuf lobes et deviennent rouges ou jaune vif à l’automne. 

(photo prise par Nancy J. Turner)

Les érables sont célèbres pour leurs couleurs automnales éclatantes. La majorité, surtout ceux renommés dans les forêts à feuilles caduques de l’est du Canada, affichent des tons vifs de rouge et d’orange. Sur la côte ouest, cependant, l’érable à grandes feuilles, tout aussi éclatant, tourne au jaune doré. Les couleurs de l’automne sont dues à la production de pigments appelés anthocyanines (responsables des tons rouges) ou à la présence de caroténoïdes (qui donnent des teintes orange et jaunes) dans les feuilles après la destruction de la chlorophylle.

Au printemps, les bourgeons des feuilles d’érable commencent à s’élargir, généralement au même moment que les fleurs éclosent. Les fleurs, pollinisées par le vent ou les insectes, sont groupées et arborent une couleur blanchâtre à jaune-vert, et parfois rouge, selon l’espèce. Les fleurs mâles et femelles sont séparées, selon l’espèce, dans le même regroupement, dans des groupes différents, ou encore sur des arbres différents. Les fruits, connus sous le nom de samares, sont produits en paires ailées (rarement en groupes de trois) et contiennent des graines qui se dispersent avec le vent. L’angle présent entre les samares ailées varie selon les espèces.

Répartition et habitat

Érable à grandes feuilles
Les érables à grandes feuilles (Acer macrophyllum) comptent parmi les plus grandes espèces d’érable au Canada, pouvant atteindre 40 m et plus.
Feuilles de l’érable à grandes feuilles
Les feuilles de l’érable à grandes feuilles sont larges, d’un vert foncé, et deviennent jaune doré à l’automne.
Fleurs de l’érable à grandes feuilles
Les fleurs de l’érable à grandes feuilles sont jaunâtres et poussent en grappes tombantes.

Parmi les 125 espèces d’Acer existantes dans le monde, plus des deux tiers poussent en Chine, 10 sont natives du Canada et les autres sont utilisées à des fins décorative. Parmi ces dernières, certaines (comme l’érable de Norvège, A. platanoides) sont naturalisées dans certaines régions du Canada. Les érables poussent dans une grande variété d’écosystèmes et d’altitudes, mais préfèrent les sols profonds, humides et fertiles. Ils représentent un élément important de nombreuses forêts tempérées.

Espèces d’érable au Canada

Espèce

Description

Habitat et répartition

Acer circinatum (érable à feuilles rondes)

Petit arbre ou arbuste au tronc divisé; feuilles dotées de sept à neuf lobes qui deviennent rouge vif ou dorées à l’automne; fleurs blanches poussant en grappes; ailes des samares très espacées.

Forêts claires et humides et rivages, du sud-ouest de la Colombie-Britannique au nord de la Californie.

Acer glabrum (érable nain ou érable de Douglas)

Petit arbre ou arbuste au tronc divisé; feuilles dotées de trois à cinq lobes qui deviennent jaunes ou rouges à l’automne; fleurs vert jaunâtre poussant en grappes; ailes des samares en forme de V.

Rives, collines graveleuses et forêts claires de la Colombie-Britannique (à l’exception du nord-est de la province) jusqu’aux contreforts de l’Alberta à l’est et jusqu’aux États-Unis au sud, principalement de l’Oregon à l’Utah. 

Acer macrophyllum (érable à grandes feuilles)

Grand arbre étalé; feuilles vert foncé très larges dotées de cinq lobes qui deviennent jaune doré à l’automne; fleurs jaunâtres poussant en grappes pendantes; samares velues dont les ailes ont un angle d’environ 45o.

Régions boisées et prairies humides de l’ouest de l’Amérique du Nord, de la côte centrale de la Colombie-Britannique à la Californie.

Acer negundo (érable à Giguère ou érable négondo)

Petit arbre étalé; feuilles composées dotées de trois à sept folioles (rarement neuf) qui deviennent jaunes à l’automne; fleurs blanches sans pétales poussant en grappes denses; ailes des samares en forme de V.

Sols humides, du sud de la Saskatchewan, du Manitoba et de l’Ontario jusqu’à la Floride et au Nouveau-Mexique. (Aussi naturalisé dans le sud de la Colombie-Britannique et ailleurs au Canada, ainsi qu’en Europe.)

Acer nigrum (érable noir)

Arbre de taille moyenne à couronne dense; feuilles à longues tiges dotées de trois lobes, dont le dessous du limbe est velu et qui deviennent orange ou jaune-brun à l’automne; fleurs vert jaunâtre poussant en grappes suspendues; ailes des samares très légèrement en angle.

Tolère les milieux ombragés, pousse dans les plaines inondables et les bas-fonds humides, dans les forêts à feuilles caduques du sud-est, d’Ottawa à Montréal et, au sud, jusqu’au Tennessee, aux États-Unis.

Acer pensylvanicum (érable de Pennsylvanie ou érable barré)

Petit arbre ressemblant à un arbuste dont l’écorce particulière est striée verticalement; feuilles larges et douces dotées de trois petits lobes qui deviennent jaune doré à l’automne; fleurs jaune pâle poussant en grappes pendantes et dont les mâles et les femelles se trouvent sur des arbres différents; ailes des samares séparées par un angle d’environ 145°.

Tolère les milieux ombragés, pousse dans les régions fraîches et humides, allant de la Nouvelle-Écosse et de la Gaspésie, au Québec, jusqu’à la Saskatchewan à l’ouest et jusqu’en Géorgie, aux États-Unis, au sud.

Acer rubrum (érable rouge)

Arbre de taille moyenne; feuilles atteignant jusqu’à 15 cm de long, dotées de trois à cinq lobes dentelés et qui deviennent rouge vif à l’automne; rameaux, bourgeons et fleurs rouge vif; ailes des samares séparées par un angle d’environ 60o.

Grande variété d’habitats, allant des marécages aux forêts sèches, répartis largement à l’est de l’Amérique du Nord.

Acer saccharum (érable à sucre)

Grand arbre large au tronc rectiligne; feuilles dotées de cinq lobes pointus qui deviennent rouge vif à l’automne; petites fleurs à longue tige en forme de cloche; samares en grappes dont les ailes en U sont légèrement divergentes.

Courants dans les forêts à feuilles caduques, sur des sols profonds et bien drainés, de l’Ontario aux provinces des Maritimes et, au sud, jusqu’en Géorgie et au Kansas, aux États-Unis.

Acer saccharinum (érable argenté)

Arbre étalé de taille moyenne, au tronc court et atteignant jusqu’à 35 m de hauteur; feuilles très lobées vert pâle au-dessus et blanc argenté en dessous, qui deviennent jaunâtres ou brunes à l’automne; fleurs poussant en grappes denses; très grandes samares dont les ailes mesurent jusqu’à 5 cm.

Sur les rives des cours d’eau et les bas-fonds humides et riches, au sud-est des Grands Lacs, dans la région forestière du Saint-Laurent et dans la majeure partie de l’est des États-Unis.

Acer spicatum (érable à épis)

Petit arbre ou gros arbuste au tronc court, tordu et souvent divisé; feuilles vert jaunâtre sur le dessus et blanchâtres en dessous, dotées de trois lobes et qui deviennent jaunes ou brunes à l’automne; fleurs jaune pâle qui poussent en pics denses et dressés; ailes des samares séparées par un angle d’environ 45o.

Sous-bois, versants et rives de cours d’eau; de la Saskatchewan jusqu’à Terre-Neuve-et-Labrador à l’est et jusqu’au nord-est des États-Unis au sud.

Faune

Les érables sont d’importantes sources de nourriture pour la faune. Le nectar et le pollen de leurs fleurs sont recherchés par les abeilles, les mouches et d’autres insectes. Les colibris et d’autres oiseaux apprécient également le nectar des fleurs d’érable. Les fruits et les graines de l’arbre sont consommés par les oiseaux, les écureuils, les tamias et les souris, tandis que les jeunes pousses et les feuilles sont prisées par les cerfs et les orignaux.

Peuples autochtones

Les érables sont bien connus des peuples autochtones au Canada et sont nommés dans plusieurs langues autochtones. Bien que tous les érables contiennent de la sève sucrée, celle de l’érable à sucre est la plus concentrée. Elle a été utilisée par presque tous les peuples autochtones ayant accès à l’arbre et a été transformée en sirop et en sucre par les peuples haudenosaunee, anishinaabeg, wolastoqiyik (malécite), mi’kmaq, innu, algonquin et plusieurs autres peuples des États-Unis. Des preuves tangibles appuient le fait que les peuples autochtones des régions boisées de l’est auraient été les premiers à mettre au point les méthodes d’acériculture; à l’arrivée des Européens, les Premières Nations vendent de grandes quantités de sucre d’érable aux postes de traite de fourrure. En plus d’offrir de la sève pour la production de sucre et de sirop, certains érables possèdent une écorce interne comestible autrefois mangée fraîche ou séchée, ou encore réduite en poudre, puis utilisée pour épaissir les soupes ou ajoutée aux pains.

Le bois d’érable est utilisé par les peuples autochtones de plusieurs manières, allant de la vannerie à la fabrication de pièges à poissons, de raquettes, d’arcs, de manches de harpons, de pagaies et de fusaïoles. L’écorce interne fibreuse des érables peut être transformée en paniers, en cordes et même en vêtements, et les feuilles sont utilisées comme surfaces pour déposer la nourriture. Les érables sont également utilisés pour traiter divers malaises, allant de la toux à la tuberculose, en passant par la dysenterie.

Utilisations

Le Canada est le plus important producteur mondial de sirop d’érable et autres produits dérivés de l’érable. De toute la production canadienne de sirop, 90 % provient du Québec (au début de 2018). Le bois à grain fin des plus grands érables du Canada est couramment utilisé pour fabriquer des meubles, des planchers et des boiseries intérieures, en plus de bols, de jouets, d’instruments de musique, de contreplaqués et de placages. Certains arbres sont dotés de broussins et produisent un bois dont le motif du grain est tordu, appelé érable moucheté, et qui est très recherché chez les travailleurs du bois. Au Canada, les espèces d’érable sont également très utilisées pour décorer les rues des villes et les terrains privés. Elles donnent ainsi un aspect esthétique, fournissent de l’ombre, contrôlent l’érosion et aident à la gestion des eaux de ruissellement.

Menaces

Les changements climatiques, à l’origine d’un climat généralement plus chaud et sec, sont probablement la plus grande menace pour les érables canadiens. Ceux-ci sont également menacés par certains insectes nuisibles, comme le longicorne asiatique, qui les endommagent grandement.


En savoir plus

Lecture supplémentaire

Liens externes